Bulletin des climato-réalistes n° 96

 

URGENCE CLIMATIQUE : LE CONSENSUS EUROPÉEN EST ROMPU


 

Le 28 novembre, lendemain d’un appel du Réseau européen climato-réaliste (ECRN), 225 députés européens ont rejeté la motion des partis écologistes déclarant l’urgence climatique. La motion a tout de même été adoptée au Parlement par 429 députés, 19 s’étant abstenus.

ATTAQUE DE LA PRESSE FRANÇAISE CONTRE LES CLIMATO-RÉALISTES

Un article publié simultanément sur Basta!MediapartPolitis et Reporterre présentent les climato-réalistes comme des « faussaires ». Les journalistes qui signent l’article sont membres du « Jiec » (Journalistes d’investigation sur l’écologie et le climat) et se présentent comme des journalistes d’investigation. Ils sont en réalité des journalistes engagés.« Ce n’est pas infamant, mais ce n’est pas la même chose. Visiblement, l’aptitude à maîtriser le sens des mots se perd, dans la profession » remarque Benoît Rittaud.

LES APPELS PATHÉTIQUES À LA REDUCTION DES ÉMISSIONS

L’ONU, le « Saint-siège de l’écologisme » selon le mot de l’ancien ministre Bruno Durieux dans une interview à Radio Notre-Damevient de publier l’édition 2019 de son rapport sur les « écarts d’émissions ». Sans surprise, ce rapport constate que les rejets de CO2 continuent d’augmenter (+1,5 % par an en moyenne sur la dernière décennie), et ne montrent pas le moindre signe d’infléchissement. Cette augmentation est entièrement le fait des pays pauvres, et notamment de la Chine qui s’est dotée, au cours des 18 derniers mois, de 42,9 GW de capacités supplémentaires de production d’électricité avec des centrales au charbon. « Les pays pauvres ne veulent pas réduire leurs rejets de CO2, et les pays riches ne le peuvent pas » résume Rémy Prud’homme.

Comment s’en étonner ? L’Agence Internationale de l’Energie (AIE) a également rendu public son rapport annuel : la consommation d’énergie augmentera de 50% dans le monde d’ici 2050 et les énergies renouvelables n’y suffiront pas. Cela signifie donc que pour répondre aux besoins grandissants d’énergie dans le monde au cours des prochaines années, l’utilisation d’énergies fossiles continuera à augmenter.

Quant à la nouvelle Commission européenne d’Ursula von der Leyen, elle entend, dans le cadre d’un « Green Deal européen » (soutenu par 1000 milliards d’euros sur dix ans), atteindre la neutralité carbone en 2050 et réduire dès 2030 de 50%, voire 55%, les émissions. (Rappelons que l’union européenne ne représente que 9,6% des émissions mondiales.)

Comme le dit Benoît Rittaud, un monde gouverné par des adultes aurait pris acte de cette situation et décidé que « puisque nous ne sommes pas en mesure de réduire les émissions globales, nous devons aborder la question d’une autre manière ».

PAS DE BIEN-ÊTRE SANS ÉNERGIE ABONDANTE ET BON MARCHÉ

Le lien entre hausse du niveau de vie – et donc justice sociale –, croissance démographique et augmentation de la consommation d’énergie a toujours été fort. Or pour la première fois dans l’histoire de l’humanité il est désormais considéré que la consommation d’énergie est le péché originel et irréductible du développement, alors que 2,5 milliards de personnes dépendent encore du bois pour cuisiner et se chauffer et que, selon les données de la Banque Mondiale, 11% de la population mondiale n’a toujours pas accès à l’électricité.

Les différentes transitions énergétiques qu’a connu l’humanité n’ont pas été le fait de programmes gouvernementaux, mais d’innovations de rupture qui ont conduit à l’usage d’énergies plus productives, libérant de la main d’œuvre qui a pu se consacrer à des activités tournées vers le progrès humain (éducation, recherche, santé, art…), au service de la justice sociale et d’une population mondiale en expansion.

Ces innovations de rupture ne seront disponibles que dans 20, 30 ans voire plus pour la fusion nucléaire. Le MIT qui a identifié 10 innovations de rupture constate l’impasse  du solaire photovoltaïque malgré des dizaines d’années de développement, et annonce le solaire thermophotovoltaïque d’ici 10 à 15 ans.


À LIRE : LE DERNIER OUVRAGE DE CHRISTIAN GERONDEAU

Le nouveau livre de Christian Gerondeau, Oui, vous pouvez acheter un diesel !, vient de paraître aux Éditions de L’Artilleur.

Présentation de l’éditeur :

Non seulement les relevés d’Airparif mettent en évidence une spectaculaire amélioration de la qualité de l’air de nos villes, mais celle-ci est justement le fruit des efforts des constructeurs automobiles. Pour leur part les voitures électriques seront, pour très longtemps encore, chères et peu autonomes. Pour parcourir 400 kilomètres il leur faut 400 kilos de batterie alors que les diesels modernes sont économiques et ne polluent pratiquement plus.

En fait, parce qu’ils sont la seule solution réaliste, les carburants pétroliers seront encore très longtemps irremplaçables pour les déplacements quotidiens de l’écrasante majorité des Français. Et comme il faut économiser les réserves de pétrole et que le diesel consomme peu, l’avenir lui est grand ouvert.

Michel Leubel 5/12/2019

Discuss this articleDiscuss this article

Imprimer ce texte Imprimer ce texte

390 vues

Tous les articles de Michel Leubel

Share/Save/Bookmark

Trackback

Posted in: Climat unique-LI-DAC, Liens d'actualité

 

Comments are closed. Please check back later.