Les Relations économiques Sino-Israéliennes

Jack Ma, président d’Ali Baba, s’adressant aux Israéliens en octobre 2018 : « En Israël, l’innovation est omniprésente et tellement naturelle, comme l’eau et la nourriture. Même si vous n’avez rien, si vous avez un cerveau et un coeur, rien n’est impossible La plupart des gens innovent pour réussir, mais je trouve qu’Israël innove pour survivre : vous n’avez pas de diamants, mais vous avez la plus grande bourse de diamants au monde. Vous ne fabriquez pas de voitures, mais vous disposez de la meilleure technologie automobile au monde. Vous n’avez pas d’eau, mais j’ai entendu dire que vous êtes l’un des plus gros exportateurs de fruits et légumes en Europe. C’est étonnant »

La Chine ne cherche pas à satelliser Israël, mais à profiter des résultats obtenus par ce pays en recherche  et développement dans les domaines les plus variés. En contrepartie, la Chine offre sa main d’œuvre et ses compétences en matière d’infrastructure. Après la formidable expansion économique de la dernière décennie, la Chine cherche surtout à se substituer aux Etats-Unis comme partenaire privilégié.

En fait le statut de la Chine en tant que puissance mondiale potentielle a incité Israël à créer des liens plus étroits avec ce pays, en l’intégrant à sa gestion économique et à sa stratégie au Moyen-Orient. Pékin a apprécié la stabilité politique et l’ingéniosité diplomatique d’Israël et considère l’État juif comme l’un des piliers régionaux pour assurer l’influence de la Chine au Moyen-Orient et dans le monde entier.

Les points communs et les similitudes entre les cultures et les valeurs des deux nations, les racines anciennes ainsi que la convergence des intérêts ont rapproché les deux pays en ce qui concerne les liens scientifiques, économiques, diplomatiques et culturels. Shaun Ho, Auteur de « Chine-Israël: amitié et prudence » : « La Chine a toujours été fascinée par l’Histoire juive et la langue hébraïque. De nombreux Chinois considèrent que les Juifs sont très intelligents et ont un sens étonnant des affaires. Le Talmud est considéré comme une sorte de Bible des affaires… »

Dans le cadre de l’Initiative « Ceinture et Route » (One Belt-One Road), celle de la nouvelle Route de la Soie, lancée par le Président XI Jinping en 2013, une série de corridors ferroviaires et maritimes relieront la Chine à l’Europe, le Moyen-Orient et l’Afrique. Israël joue ainsi un rôle important dans la connexion de la Chine à la Méditerranée.

La Chine est devenue le plus grand partenaire commercial d’Israël en Asie de l’Est. Ce pays a sollicité l’expertise d’Israël dans les domaines de l’énergie solaire, la robotique, l’irrigation et la gestion agricole, le dessalement de l’eau, et pour lutter contre la sécheresse et les pénuries d’eau. En retour, Israël a importé de Chine des produits de haute technologie et des biens manufacturés. Plus de 1 000 entreprises israéliennes sont présentes en Chine et les entreprises chinoises jouent un rôle essentiel dans l’industrie des aliments casher, qui représente 10 milliards $, avec 500 usines qui produisent des aliments casher pour les marchés américain et israélien.

Dans les années 2010, la Chine a investi plus de 15 milliards$ dans les start-up dans les domaines agricoles, la pharmacie, les appareils médicaux, l’intelligence artificielle et la conduite automatique, ainsi que l’acquisition de sociétés telles que Tnouva, société laitière et alimentaire, pour un milliard $ et Adama, la société de pesticides et de protection des cultures pour 2,4 milliards $.

La Chine et Israël ont développé des liens militaires stratégiques étroits entre eux. Selon un rapport de la Commission d’examen de l’économie et de la sécurité des États-Unis et de la Chine, « Israël est le deuxième fournisseur de systèmes d’armes à la Chine, après la Russie, et le premier fournisseur de technologies militaires de pointe, suivi de la France et de l’Allemagne ».

Israël a vendu des technologies pour moderniser les chars et les avions chinois dans les années 1980. La technologie des IAI Lavi et des UAV semble avoir été vendue à la Chine. L’expertise dans l’adaptation d’équipements occidentaux à du matériel de fabrication soviétique a aidé à la modernisation de l’armée et de l’aviation chinoises. La Chine s’est tournée vers Israël pour les armes et la technologie militaire qu’elle ne pouvait pas acquérir auprès des États-Unis, de l’Europe et de la Russie, notamment les lasers et les satellites de communication.

La Chine a développé des partenariats avec des universités telles que celle de Beer Shewaa et l’Université de Tel-Aviv, qui a été dotée d’un don de 300 millions $ dollars pour un centre de recherche commun avec l’université de Tsinghua, et le Technion de Haifa, doté d’un don de 130 millions $. Par ailleurs à l’université de Pékin, la Chine a initié un programme entièrement consacré à l’enseignement de la culture d’entreprise israélienne et à l’hébreu.

Sur le plan des infrastructures, Pékin a obtenu un appel d’offres de 2 milliards $ pour la construction du chemin de fer « Med-Red » reliant le port d’Ashdod à Eilat, ainsi qu’un appel d’offres d’un milliard $ pour l’extension du port d’Ashdod. Israël a confié la gestion des transbordements dans le port de Haifa au « Shanghai International Port Group », au grand dam des Etats-Unis dont la flotte accoste souvent dans ce port.

Ajoutez à cela le nombre croissant de touristes chinois qui atteint les 200 000, surtout attirés par les bienfaits de la Mer morte.

Daniel Pipes, journaliste et chroniqueur américain en octobre 2019 : « Les dirigeants chinois apprécient les prouesses technologiques de l’État juif à un point tel qu’ils y ont investi 3,2 milliards de dollars durant le premier semestre 2019 et que, selon les estimations, ils exercent désormais le contrôle ou une influence sur près d’un quart de l’industrie technologique, y compris les entreprises militaires travaillant avec des firmes américaines sur des projets confidentiels. La Chine pourrait en effet prendre rapidement la place des États-Unis comme source d’investissement principale d’Israël, une perspective qui a non seulement de plus en plus alarmé  les responsables à Washington, mais qui pourrait également porter préjudice à des relations particulièrement fortes et productives de plusieurs décenniesLe modèle chinois fait de surveillance, de censure, de contrôle et de répression est devenu un produit d’exportation important qui a également de terribles implications. Pékin a non seulement le pouvoir de modifier les alliances, le discours politique et même les libertés internes dans toute la région, mais elle essaie aussi d’exploiter ce pouvoir au maximum… »

Israël semble être allé trop loin dans ses relations économiques avec la Chine, d’autant plus que celle-ci aide dans la région des pays ennemis, tels que l’Iran.

Efraim Halevy, ancien chef du Mossad, avait récemment averti en ces termes : « Israël doit faire des affaires avec la Chine, bien entendu, mais il n’y a pas de mécanisme sérieux pour s’assurer que nous ne vendons pas des actifs économiques essentiels et des connaissances technologiques précieuses. »

Et ceci est d’autant plus vrai depuis la crise sanitaire provoquée par le coronavirus. Le Sunday Times, « les laboratoires chinois ont identifié un virus mystérieux comme un nouvel agent pathogène hautement infectieux à la fin décembre de l’année dernière, mais ils ont reçu l’ordre d’arrêter les tests, de détruire les échantillons et de supprimer la nouvelle, a révélé un média chinois ».

« Il est clair que le virus du régime totalitaire du président chinois Xi menace la santé et les libertés non seulement du peuple chinois, mais de nous tous, partout dans le monde« , note le dissident chinois Ma Jian. « Dans l’état actuel des choses, la Chine est susceptible de causer des dommages importants au reste du monde, par accident ou intentionnellement » a écrit le chroniqueur Daniel Henninger dans le Wall Street Journal.

« Le gouvernement communiste chinois représente de plus en plus une menace existentielle non seulement pour ses 1,4 milliard de citoyens mais aussi pour le monde entier« , a écrit le célèbre historien Victor Davis Hanson.

Albert Soued, écrivain, http://symbole.chez.com pour www.nuitdorient.com

Albert Soued 1/4/2020

Discuss this articleDiscuss this article

Imprimer ce texte Imprimer ce texte

229 vues

Tous les articles de Albert Soued

Share/Save/Bookmark

Trackback

Posted in: Libertés-LIDAC, Liens d'actualité

 

Comments are closed. Please check back later.