L’obamaniacie

Est-il curieux ou étonnant que cela ait si bien marché pour lui et moins pour Hillary Clinton ? Oui. Et non. Justement parce que ce registre de la repentance marche moins concernant l’oppression des femmes qui semble immémoriale et se trouve de toute façon contestée par le multiculturalisme et le postmodernisme. Alors qu’un « noir », dans l’ambiance ultra du politiquement correct c’est bien plus fort question adrélanine idéologique, cela excite plus, n’oublions pas le rêve des Henri Miller dans Tropique du Cancer et ses (petites) photocopies telle un Nabe en France rêvant du beau noir sous un pont poétique.

Toute la dramaturgie de la modernité, jusqu’à ses inconséquences les plus ultimes se concentre désormais comme imago et aura autour d’Obama. La rage de certains acteurs d’Hollywood montre bien que l’enjeu est bien plus culturel voire civilisationnel que seulement économique : il est politique au sens fort de ce terme lorsqu’il touche le lien entre le et la politique, leur serment même qui fonde le citoyen dépassant clan et famille pour se fondre dans la Cité. Est-ce qu’Obama incarne plus que Mc Caïn ce serment? Pas sûr. Mais tout le monde peut se tromper. Même les peuples.

Lucien SA Oulahbib 26/10/2008

Discuss this articleDiscuss this article

Imprimer ce texte Imprimer ce texte

1 513 vues

Tous les articles de Lucien SA Oulahbib

Share/Save/Bookmark

Trackback

Posted in: Alliance des civilisations-A-LI-DAC, Article Resiliencetv, Evaluation de l'action-OIL, Intégrismes-RTV

 

Comments are closed. Please check back later.