Featured

Meurtre d’Ilan: MANIF LUNDI 13 JUILLET A 19H PLACE VENDOME

 

Les avocats des "barbares" ne manquent pas de toupet (ils n’ont aucune décence) à oser dissocier leur chef du reste de la bande alors que celle-ci a bien entendu ce dernier vociférer sa haine anti-juive tout le long de la séquestration puis de la lente mise à mort genre le film "scream" où les coups de couteau rythmaient les brûlures de cigarettes les coups et les insultes, crime rituel nazi par excellence ou djihadiste puisque leur chef se réclame désormais de leur dieu.

La classe politique est sinon restée silencieuse, du moins n’a pas épilogué malgré quelques condamnations bien plus clientélistes qu’autre chose. Aussi on peut comprendre que certains veuillent manifester… et exiger de ne pas en rester là.

Lucien SA Oulahbib 11/7/2009

Discuss this articleDiscuss this article

Imprimer ce texte Imprimer ce texte

1 978 vues

Tous les articles de Lucien SA Oulahbib

Share/Save/Bookmark

Trackback

Posted in: Article Resiliencetv, Editorial de Resiliencetv-ARTV, Headline-RTV

 


Comments • comment feed

  • Hélène Keller-Lind dit :

    Ilan Halimi, jeune homme sans histoires, a subi un épouvantable calvaire de près de 3 semaines aux mains de Fofana et de ses acolytes. Parce qu’il était juif.
    Il n’a pas uniquement été enlevé et « retenu » mais torturé au quotidien. De mille et une manières. Par Fofana et ses acolytes, avec la complicité active ou passive de tous ceux qui ont été partie prenante de cet effroyable meurtre.
    Si un seul de ces complices avait parlé le calvaire d’Ilan Halimi aurait cessé aussitôt et ne se serait pas poursuivi jusqu’à ce que mort atroce s’en suive. Tous ceux qui ont été mêlés à cette effroyable affaire sont responsables des tortures et de la mort d’Ilan Halimi.
    Et qu’importe que tel ou tel ait été battu ou violenté lorsqu’il était enfant. Cela ne peut expliquer et encore moins excuser que tel ou tel complice ait sciemment laissé torturer un jeune homme à mort jour après jour, minute après minute.
    Apprendre que la justice française de 2009 relaxe purement et simplement certains d’entre eux ou les condamne à des peines légères avec sursis dans certains cas est sidérant. Et dangereux.
    L’antisémitisme ambiant dans certains quartiers, souvent zones de non droit, est partie prenante de ces 3 semaines d’horreur rendues possibles par une omerta évidente. Ces acquittements ou faibles peines sont non seulement iniques mais aussi incitatoires. Car où va la société française si la vie d’un homme ne vaut que quelques mois de prison, voire aucune sanction ?