SOS Racisme et un fondateur du FN « unis » dans la critique…

…contre l’apéro géant, en défenseurs du communautarisme musulman

C’est fou comme un simple pique-nique franchouillard peut mettre en émoi le ban et l’arrière-ban des idiots utiles de l’islam politique !

Le premier à sortir son flingue est SOS-Racisme, dans un communiqué grotesque (1). Rien que le titre vaut son pesant de totalitarisme : « Il faut interdire « Apéro géant Saucisson et pinard à la Goutte d’Or » ». Bigre ! Voilà que les « potes » de Dominique Sopo voudraient « interdire » le fait de consommer charcuteries et bon vin au pied de la butte Montmartre ? Mais quelle mouche « halal » les a donc piquées ? Lisons donc leur étrange fatwa.

« Le 18 juin prochain, aura lieu, à l’initiative du Bloc identitaire un rassemblement à la Goutte d’Or dont l’objectif est clairement la provocation. »

Bon c’est déjà tout faux dès le début ! Les premiers à avoir eu l’idée d’un apéro dans le 18ème arrondissement de Paris, c’est… Riposte Laïque (2) ! Puis une citoyenne du quartier, Sylvie François, lança son propre « apéro Facebook », où, comme on peut le constater sur les « infos » de son groupe, il n’est fait nullement à quelque référence politique ou associative qui soit (3). Le Bloc Identitaire lui a répondu positivement, mais Sylvie François déclara aussitôt qu’elle allait également « se rapprocher » de l’initiative de Riposte Laïque (4).

Le « rapprochement » fut efficace, puisque les deux « apéros » ont fusionné, et le projet commun reçut vite l’approbation de groupes comme Bivouac-ID (dont on cherchera en vain la filiation avec les Identitaires), mais aussi les associations Résistance Républicaine et Ligue du Droit des Femmes, dont on ne peut pas dire qu’ils partagent pleinement le programme du Bloc Identitaire. Celui-ci, tout comme Riposte Laïque, font référence à l’appel du 18 juin du Général de Gaulle et au Conseil National de la Résistance. C’est sans doute là que SOS-Racisme aurait dû chercher l’esprit de ce pique-nique populaire, mais évidemment il n’en dit mot. Il préfère taper uniquement sur le Bloc Identitaire.

« Les créateurs de la mouvance identitaire, et en particulier Fabrice ROBERT, sont des anciens membres d’Unité Radicale, groupuscule d’extrême droite, dissout à la suite de la tentative d’assassinat de Jacques CHIRAC par Maxime BRUNERIE, le 14 juillet 2002. »

Voilà un argument éculé, rabâché depuis huit ans pour discréditer les Identitaires qui se sont pourtant clairement désolidarisés de l’acte de Maxime Brunerie. Loin de moi l’idée de défendre Fabrice Robert dont je ne partage pas les idées, mais réduire un groupe à l’exaction de l’un de ses membres supposés est tout de même malhonnête intellectuellement. Et fallacieux dans ce cas, puisqu’évidemment Maxime Brunerie n’a jamais fait partie du Bloc Identitaire et pour cause. Mais pas plus d’ailleurs, d’Unité Radicale dont il était sympathisant et non encarté. Il n’a jamais appartenu qu’au MNR, qu’on n’a pas dissous dans la foulée.

Et on n’a vu personne condamner François Hollande ou Noël Mamère quand, le 27 mars 2002 (la même année que l’affaire Brunerie !), un certain Richard Durn, militant du PS et des Verts, décima la moitié du Conseil municipal de Nanterre (5). Et personne n’a demandé la dissolution de SOS-Racisme parce que l’un de ses deux cofondateurs, l’avocat Francis Terquem, a été condamné et radié du barreau pour « escroquerie », puis condamné à nouveau pour « coups et blessures » (tentative d’étranglement) sur son épouse.

Mais cette mauvaise foi n’empêche pas SOS-Racisme de poursuivre : « En effet, la mouvance identitaire véhicule un message d’incitation à la haine et à la violence envers des groupes de personnes en raison de leurs origines, vraies ou supposées, et leurs rassemblements ont systématiquement donné lieu à des troubles graves à l’ordre public. »

On aurait aimé quelques exemples d’« incitation à la haine et à la violence » etc. Mais curieusement, SOS-Racisme n’en cite aucun. On connaît le procédé depuis longtemps, utilisé contre Brigitte Bardot ou Eric Zemmour, entre autres ! Affirmer certaines réalités, ou même avoir une idéologie « identitaire », c’est assimilé à l’appel à des ratonnades. Ridicule et grotesque ! Qu’on me cite un seul exemple où des gens du Bloc Identitaire ont appelé à aller casser de l’arabe ou du noir, ou sont passés eux-mêmes à l’action violente ! Bien que je ne partage pas leurs thèses, force est de constater que leur défense de l’« identité » ne nie nullement l’identité d’autres peuples dans le monde, bien au contraire. C’est d’ailleurs l’une des divergences fondamentales d’avec les universalistes de gauche, mais ces discussions philosophiques échappent totalement à Dominique Sopo et ses compagnons idéologisés.

SOS-Racisme ment encore quand il affirme que les « rassemblements » des Identitaires « ont systématiquement donné lieu à des troubles graves à l’ordre public ». Certains rassemblement se sont effectivement terminés en bataille rangée, mais à qui la faute ? Les vidéos publiées sur Internet sont explicites : c’est à chaque fois à l’initiative de contre-manifestants gauchistes, dont certains appelés par SOS-Racisme, et le plus souvent à 5 ou 10 contre 1. Les arrestations par la police le prouvent également : ce n’est pas du côté des Identitaires qu’on a trouvé les battes de base-ball…

Et l’adverbe « systématiquement » est lui aussi totalement mensonger. Les dernières dix « actions » des Identitaires, que ce soit le faux appel du muezzin à Bordeaux, la visite d’un Quick Hallal à Bordeaux par une soixantaine de militants déguisés en cochon, la manifestation de la Ligue du Sud contre la mosquée de Marseille ou d’autres coups d’éclats (« journée sans immigrés », etc.) n’ont donné lieu à aucun « trouble à l’ordre public ».

SOS-Racisme prend ses désirs pour des réalités. Et quand il affirme que « cette nouvelle manifestation ne dérogera pas à la règle », c’est tout simplement qu’il souhaite que ses amis gauchistes aillent perturber un pique-nique familial par la violence et la provocation. Pas très joli tout cela…

Si SOS-Racisme veut trouver des « troubles à l’ordre public », il n’a donc qu’à chercher dans son camp. L’a-t-on entendu condamner les manifestations contre Israël de ces derniers jours, qui se sont terminées par des vitrines cassées, des magasins pillés, des voitures brûlées ? L’a-t-on vu condamner les propos racistes qui s’y sont tenus, ou les drapeaux d’organisations terroristes brandies ? Que nenni ! SOS-Racisme fait silence radio sur certaines violences, et en invente d’autres de toutes pièces à la tête du client.

Mais toutes ces contrevérités permettent à SOS-Racisme de jouer les censeurs : « C’est pourquoi SOS Racisme a saisi aujourd’hui le Préfet de Paris afin de demander l’interdiction de ce rassemblement qui constituerait une menace réelle de trouble à l’ordre public. »

Non seulement il s’agit d’un parfait procès d’intention, mais on se demande pour qui se prend SOS-Racisme pour vouloir interdire à quiconque de manifester ! On ne saurait mieux montrer un visage fasciste.

Evidemment, SOS-Racisme élude non seulement le caractère de rassemblement large de cet « apéro » pour ne cibler que les Identitaires, mais il fait silence également sur les motivations des organisateurs. SOS-Racisme qualifie l’événement de « provocation ». Provocation envers qui ? Il se garde bien de le dire ! Il évite soigneusement de parler de l’occupation illégale de rues du 18ème arrondissement pour des prières musulmanes, chaque vendredi. Non seulement c’est là une véritable « provocation », mais il est étrange que SOS-Racisme qui prétend combattre le « communautarisme » n’a jamais dénoncé cette manifestation hebdomadaire du communautarisme musulman, et de toute la déconstruction du « vivre ensemble » qui va avec.

Dans cette complicité implicite avec l’islam politique et conquérant, l’officine de Dominique Sopo est rejointe par le site VOXNR de Christian Bouchet. Ce vieux routier de l’extrême droite est un fondateur du Front national, adepte du complot juif, qui a failli être tête de liste de son parti aux dernières élections régionales, avant que de sombres conflits internes ne le rétrogradent dans une position moins glorieuse.

L’analogie entre leur condamnation de l’apéro de Sylvie François (6) et le communiqué de SOS-Racisme saute aux yeux.

L’article de VOXNR est titré : « Un apéro islamophobe, sionistophile et antinational ».

On cherchera en vain l’explication du qualificatif « islamophobe » dans le texte de l’article. Tout comme pour SOS-Racisme, aucune allusion aux prières publiques ni à l’islamisation du quartier. Donc cet apéro serait « islamophobe », mais on se garde bien de dire pourquoi.

VOXNR, tout comme SOS-Racisme, cible ses attaques non pas sur les motifs du rassemblement, mais uniquement par le discrédit de ses soutiens : « Qui trouve-t-on parmi ses initiateurs ? »

« Les jeunesses du Mouvement pour la France de Philippe de Villiers, un groupuscule d’extrême droite – le Bloc identitaire – qui est surtout connu pour avoir récemment monté des listes de division contre le Front national, que Riposte laïque et Résistance républicaine. »

Il est amusant de voir les amis de Christian Bouchet accuser le Bloc Identitaire d’être « d’extrême-droite » ! C’est l’hôpital qui se fout de la Charité. Quant à l’accusation de « liste de divisions contre le Front national », on se demande le rapport avec l’apéro du 18 juin, et aussi depuis quand le Front national aurait le monopole de présenter des listes aux élections. Bien curieuse idée de la démocratie… Mais cela permet sans doute à VOXNR de justifier son qualificatif d’« antinational », comme si la Nation n’appartenait qu’à un pré carré d’idéologues de l’acabit de Christian Bouchet.

La suite de l’article attaque Pierre Cassen et Christine Tasin ad hominem, par un copié-collé de bêtises piquées sur deux articles de Nations Presse Info (7). Dans nos colonnes, Martine Chapouton (8) et même une adhérente au Front National (9) ont largement démontré la fausseté de ces accusations mensongères.

Remarquons d’abord l’angle d’attaque choisi pour cibler Pierre Cassen.

« Il n’est pas inutile de se souvenir que le 27 avril dernier, Pierre Cassen, rédacteur en chef de Riposte laïque, a été reçu à la mairie du XVIe arrondissement de Paris par les loges Ben Gourion, Hatikva et Déborah-Sam-Hoffenberg du B’nai B’rith ».

Faudrait-il en conclure que Riposte Laïque ferait partie du complot juif que dénoncent de manière obsessionnelle des franges de l’extrême droite ?

La suite est du même accabit.

« Durant ces élections, Christine Tasin n’a pas eu de mots assez durs pour dénoncer le Front national. Ces derniers jours, elle s’est singularisée en soutenant l’action de la marine israélienne contre les bateaux des humanitaires se rendant à Gaza ».

Voilà donc Christine, nouvelle présidente de Résistance républicaine, accusée, elle aussi, de faire partie du même complot, mais en plus d’être trop méchante avec le Front national !

Incarnant, avec Alain Soral, une aile de l’extrême droite qui pense le monde par un supposé complot juif, Christian Bouchet ne peut donc s’empêcher de voir dans ce apéro géant une fête "islamophobe" et "sionistophile" !

L’analogie avec le communiqué de SOS-Racisme est par ailleurs flagrante. Chez Dominique Sopo on cible uniquement le Bloc Identitaire en le présentant comme raciste et d’extrême-droite ; chez Christian Bouchet on cible quasi uniquement des responsables de Riposte Laïque en les présentant comme des suppôts de la franc-maçonnerie et du sionisme. Chacun ignore soigneusement le côté rassembleur de l’apéro, chacun ne vise qu’à diaboliser au travers d’une « reductio ad hitlerum » fallacieuse.

N’en déplaise à Dominique Sopo et Christian Bouchet, pour une fois complices dans la méthode mensongère et diffamatoire tout comme dans la complicité avec l’islamisation de la France, leurs manipulations grossières ne marchent plus. Notre apéro du 18 juin en est la meilleure preuve ! Les Français en ont marre de ces idéologues « has-been », ils constatent des réalités niées par ces bien-pensants qui ne défendent plus que leur propre fond de commerce sectaire, et ils viendront de tous horizons à la Goutte d’Or le 18 juin à 19 heures, tout comme d’autres, bien avant eux, ont manifesté la première fois – et avec bien plus de risques – le 11 novembre 1940 contre l’occupant nazi.

On prête au Général de Gaulle cette parole apocryphe à propos des Français résistants qui l’ont rejoint en premier à Londres pour continuer la lutte : « Je n’ai trouvé à Londres que la cagoule et la synagogue ». Les Sopo de l’époque auraient fustigé la cagoule pour justifier leur pacte avec le soldat allemand. Les Bouchet de l’époque auraient caricaturé la synagogue pour plaire à Vichy. Je n’ai jamais porté ni cagoule ni kippa, ni d’ailleurs keffieh ou soutane, mais je répond « présent » à l’appel de Sylvie François. Tout comme tous ces Français qui croient au Ciel ou qui n’y croient pas, mais qui savent que les protégés de Dominique Sopo et de Christian Bouchet représentent ce troisième totalitarisme que nous devons combattre.

mercredi 9 juin 2010, par Roger Heurtebise

(1) http://sos-racisme.org/Il-faut-interdire-Apero-geant.html

(2) http://www.ripostelaique.com/Le-gouvernement-sevit-contre-les.html

(3) http://www.facebook.com/group.php ?gid=120706347964200&v=info

(4) http://fr.novopress.info/59213/sylvie-francois-%C2%AB-l%E2%80%99apero-saucisson-et-pinard-a-la-goutte-d%E2%80%99or-sera-joyeux-%C2%BB/

(5) http://fr.wikipedia.org/wiki/Tuerie_de_Nanterre

(6) http://www.voxnr.com/cc/dep_interieur/EkZypEEuAEIjStluWK.shtml

(7) http://www.nationspresse.info/ ?p=5706 et http://www.nationspresse.info/ ?p=101221

(8) http://www.ripostelaique.com/Curieux-article-plein-de.html

(9) http://www.ripostelaique.com/Le-mauvais-proces-fait-par-Nations.html

(10) http://www.ripostelaique.com/11-novembre-1940.html

Riposte Laïque 9/6/2010

Discuss this articleDiscuss this article

Imprimer ce texte Imprimer ce texte

100 vues

Tous les articles de Riposte Laïque

Share/Save/Bookmark

Trackback

Posted in: Affinement négatif-OIL, Conservation négative-OIL, Dispersion négative-OIL, Dissolution négative-OIL, Evaluation de l'action-OIL

 


Comments • comment feed