Israël vs ‘’faiseurs de paix’’

Le Brésil ainsi que l’Argentine, avant l’Uruguay courant 2011, ont admis dans une lettre adressée à Mahmoud Abbas président de l’Autorité palestinienne, en réponse à sa demande, « la légitime aspiration du peuple palestinien à un Etat uni, sûr, démocratique et économiquement viable, coexistant de façon pacifique avec Israël ». Pour ce faire, ces pays ont convenu que le moment est venu de reconnaître la « Palestine en tant qu'Etat libre et indépendant dans les frontières de 1967 ».
 
Ainsi, de facto, ces pays ‘’prônant’’ la paix au Proche-Orient ont déterminé, sans nulle consultation préalable, quelles seront les frontières israéliennes ! Des frontières plaquées sur le tracé de la ligne d’armistice de 1949, jugée non sûre par les Israéliens mais également par la résolution 242 du Conseil de sécurité lors de sa rédaction  D’où la demande explicite, en 1967, d’un tracé de frontières garantissant la sécurité d’Israël mais aussi celle d’un avenir de paix pour ce pays. Futur compromis par l’exigence de la communauté musulmane internationale d’un « droit au retour » de millions d’étrangers en son sein. Retour qui permettra sans faute l’éradication du « foyer juif » par l’arme de la démographie, foyer promulgué cependant en 1947 par la résolution 181 du même Conseil de sécurité onusien.
 
‘’Détails’’ omis par ces ‘’grands faiseurs’’ de paix sud-américains lors de cette reconnaissance.
 
Autre petit élément insignifiant évacué par ces derniers. Si ces pays n’ont pas encore osé, par cette occasion, indiquer quelle devra être la capitale ‘’palestinienne’’, en revanche on peut légitimement déduire quelle ville ne sera plus la capitale israélienne. Jérusalem, la vielle ville et spécialement le Mont du Temple -premier lieu saint du Judaïsme-, se trouvant sur le territoire affecté à la « Palestine » est donc appelée à devenir la capitale de ce pays à naître et « l’Esplanade des Mosquées » sacralisée comme lieu saint de l’Islam. Tout comme la Tombe de Rachel à Bethlehem, le Caveau des Patriarches à Hébron ou encore le Tombeau de Joseph à Chrem.
 
Ce qui devra contribuer, nul n’en doute, à la pacification de la région !
 
Mais encore ! Que faire des « colons » ? Là encore, les pays sud-américains -et ceux qui les ont précédés- n’ont pas osé approuver (pour l’instant ?) l’exigence d’un état ethniquement purifié de tout Juif. Présence, on le sait, qui ne se réglera que par des négociations entre les parties. Pourparlers pourtant contrecarrés par l’acte insensé du Brésil et de l’Argentine cédant ainsi au désidérata ‘’palestinien’’. A savoir, le refus de toutes négociations menant à reconnaître quelques droits juifs dans la région.
 
Négociations déjà largement compromises par la stupidité du Président us Barak Hussein Obama dès son accession au pouvoir ainsi que par l’incompétence de son administration d’imposer des conditions à l’un des belligérants seulement en lieu et place de la convocation immédiate et sans appel de toutes les parties à négocier directement la paix pour tous. Attitude américaine qui a autorisé la reconnaissance actuelle de la « Palestine » par des pays incapables de ramener l’ordre dans leur propre région. Farc, mafias etc.…
 
Un Barak Obama cependant primé par un prix Nobel de la Paix créé afin de gratifier ceux « ayant apporté le plus grand bénéfice à l'humanité ». Dixit la volonté d’Alfred Nobel exprimée par le testament laissé. Un Humaniste devant probablement se retourner dans sa tombe au vu des jours sombres qui se préparent au Proche-Orient à l’encontre des Israéliens refusant de se laisser déposséder de leur histoire, de leur culture, de leur lieux saints et de leur terre ancestrale.
 
Victor PEREZ ©

Victor Perez 7/12/2010

Discuss this articleDiscuss this article

Imprimer ce texte Imprimer ce texte

2 172 vues

Tous les articles de Victor Perez

Share/Save/Bookmark

Trackback

Posted in: Alliance des civilisations-A-LI-DAC, Liens d'actualité, Tribune offerte par Resiliencetv

 

Comments are closed. Please check back later.