Featured

L’insupportable Benjamin Brafman, avocat de DSK

Certes, comme le dit son collègue William Taylor, si l’on a des ennuis à New York, l’avocat à prendre pour sa défense, c’est sans aucun doute Benjamin Brafman. A condition, bien entendu, de pouvoir se payer ses services qui ont un coût réputé exorbitant…Mais, depuis l’arrêt des poursuites contre son client, cette star du Barreau new-yorkais, qui multiplie les interviews, tient parfois avec son confrère, William Taylor, des propos insupportables.
« Cette femme est soit malfaisante, soit pitoyable ou les deux, » dit Benjamin Brafman de Nafissatou Diallo en réponse à Piers Morgan qui lui demande ce que pensent d’elle les Strauss-Kahn, exprimant là, dit-il, une opinion « collective. » C’était au cours d’une interview conduite par le présentateur vedette de CNN au soir de l’abandon des poursuites contre l’ancien directeur du FMI. Étonnant que celui que d’aucuns voyaient déjà à la tête de la France ait manqué de discernement à un point tel qu’il n’ait rien vu de tout cela lors de leur « brève rencontre  sexuelle » – telle qu’elle a été décrite par le Procureur Cyrus Vance – dans une suite du Sofitel…On peut dire que nous l’avons échappé belle…
Et, puisque, de leur propre aveu, elle est « pitoyable », il est insupportable de multiplier les menaces à son égard, comme le font désormais Benjamin Brafman et William Taylor, les avocats new-yorkais de DSK…
En effet, dans une interview conjointe du JDD, ils avertissent que si procès civil il y a, « si ce sera l’enfer pour Dominique Strauss-Kahn, cela le sera aussi pour Nafissatou Diallo, à qui nous pourrons également poser de… nombreuses questions. » Et d’ajouter : « Nafissatou Diallo est une bien étrange personne qui a vécu des choses très « bizarres » dans son existence. Je serai, par exemple, très curieux de savoir qu’elle est l’origine des fonds qui se trouvent sur son compte… »
Des fonds se montant soit à 100.000 $, soit à 80.000 $, – environ 57.000 € ou 71.000 € – les déclarations pourtant officielles ayant varié sur ce point… . On sait que Nafissatou Diallo a déclaré ne pas savoir ce qui se trouvait sur ce compte et ne pas l’utiliser. Il n’est pas impossible qu’elle ait été utilisée. Mais, quoi qu’il en soit, même si elle est malhonnête, est-ce que cela justifierait que cette femme ait été traitée en « vide-sperme », comme aurait dit le Marquis de Sade ? Puisque, en effet, une chose est sûre, il ne s’agit pas d’un cas de prostitution, – qui aurait pu mal tourner si le « client » avait refusé de payer – puisque William Taylor l’affirme, dans le Journal du Dimanche, cette fois.
Par ailleurs, cela paraît assez indécent de la part de ces avocats d’évoquer ces « fonds » comme s’il s’agissait de sommes colossales, par rapport à d’autres chiffres cités dans cette affaire. Lorsqu’ils évoquent la possibilité de demander de l’argent à la plaignante et que la journaliste du JDD souligne que celle-ci -ci n’en a pas, Benjamin Brafman fait cette réponse ahurissante : « Nafissatou Diallo n’a pas d’argent ? M. Strauss-Kahn non plus n’est pas un homme riche. C’est sa femme qui possède une fortune importante. » On reste sans voix…
Évidemment, cette immigrée guinéenne n’a pas épousé un partenaire ayant « une fortune importante, » … Mais il est insupportable de mettre sur un même pied les revenus d’une femme de chambre avec les 551.700 dollars annuels que touchait le directeur du FMI en poste pendant 3 ans qui a perçu entre 2 à 300.000 € de « parachute doré, » perçoit actuellement et percevra à vie une retraite du FMI estimée à 250.000 $ annuels - montant qui a été démenti mais ne devrait pas en être très éloigné..-Indécent aussi au regard, entre autres, du montant probable des honoraires de ces deux avocats ou des fastes de la maison des Strauss-Kahn à Washington ou de la maison louée à New York. Même si c’est sa femme qui paie.
Par ailleurs, sur CNN, Benjamin Brafman affirmait de Nafitassou Diallo que : « c’est une femme qui a été utilisée par d’autres, je ne suis pas certain combien l’ont utilisée… »
Utilisée ? Mais par qui ? Et dans quel but ? Et, dans la mesure où elle a fait part de ce qu’elle a décrit comme une agression très peu de temps après cette « rencontre sexuelle » à des supérieurs, on voit mal comment cela aurait pu être un piège qui aurait eu un chantage à la clef…alors, quoi ? Est-ce la théorie du complot politique qui se profile ici ?
Mais si « elle a été utilisée par d’autres, » dans on ne sait quel but obscur, force est de constater que personne ne peut imaginer qu’elle aurait pu savoir qu’elle le trouverait nu dans sa suite sur le coup de midi, alors qu’il devait quitter l’hôtel, et encore moins forcer celui qu’on a décrit comme l’un des hommes les plus puissants du monde à faire quoi que ce soit…Il aurait donc sauté bien rapidement dans le piège qui lui aurait été tendu….Quant à elle, quel que soit le cas de figure, elle est digne de pitié, en effet, et que la défense strauss-kahnienne s’acharne ainsi sur elle a vraiment quelque chose d’insupportable.
Hélène Keller-Lind 29/8/2011

Discuss this articleDiscuss this article

Imprimer ce texte Imprimer ce texte

2 341 vues

Tous les articles de Hélène Keller-Lind

Share/Save/Bookmark

Trackback

Posted in: Alliance des civilisations-ARTV, Analyses-RTV, Article Resiliencetv, Headline-RTV

 


Comments • comment feed