7 février 2023
Non classé

LA BOMBE DE TEHERAN

Winston Churchill, armé d’une redoutable lucidité, avait lui-même condamné cette démarche en ces termes prémonitoires : “Ils ont eu le choix entre le déshonneur et la guerre; il ont choisi le déshonneur, et ils auront la guerre”.

Soixante-huit ans après cette catastrophe d’une dimension planétaire, l’Europe, en la personne du Haut représentant de l’Union européenne pour la politique extérieure (sic !), M. Ravier Solana, doit se rendre à Téhéran dans les 48 heures.

Il s’agira de remettre aux totalitaires du cru, et en mains propres, les nouvelles propositions des cinq membres du Conseil de sécurité de l’ONU plus l’Allemagne pour tenter, à l’instar de Munich 1938, de s’éviter une nouvelle catastrophe bien pire que la précédente !

En agissant de la sorte, l’Europe commet une faute impardonnable en offrant aux mollahs iraniens, en l’occurrence dépourvus de tout scrupule, de prendre durablement la main dans un jeu létal qui n’est pas plus maîtrisé qu’hier face à Hitler.

Librement !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :