5 février 2023
Non classé

Douste-Blazy, docteur-miracle, au chevet du Hezbollah

Mais revenons sur terre. En dehors des mouches – auxquelles, comme dit plus haut, le “doux” ministre serait incapable de faire du mal -, il vient de nuire considérablement, par contre, à un Etat d’Israël déjà très éprouvé, et qui n’avait pas besoin de ce sel sur ses plaies.

Pourquoi, se demandera-t-on peut-être, se soucier des propos d’un aussi falot personnage ? C’est que, si falot qu’il soit, un ministre des Affaires étrangères – surtout français – a un pouvoir de nuisance diplomatique qu’il serait imprudent de sous-estimer. Les Etats-Unis en ont fait l’expérience douloureuse, lors de la seconde guerre d’Iraq.

Au demeurant, il est vrai que, depuis qu’il a été gratifié du prestigieux “maroquin” des Affaires étrangères, Douste n’a pas brillé par ses résultats exceptionnels en matière de politique extérieure.

Par contre, il est célèbre pour ses “bourdes”, qu’on se susurre entre initiés (1).

Mais cette fois, il s’agit de tout autre chose. C’est, au mieux, de l’irresponsabilité, au pire, du cynisme de raison d’Etat.

Nul doute que l’Iran soit une grande civilisation, mais en tant qu’homme politique à ce niveau de responsabilité, le ministre des Affaires étrangères de la France ne peut cultiver cette image d’Epinal en affectant d’ignorer que ce pays a rejoint le camp des Etats-voyous, qu’il impose au peuple iranien un régime religieux intégriste et rétrograde, et que son président répète à l’envi qu’il a la ferme intention de rayer de la carte un Etat démocratique, membre de iure de la Communauté des nations.

En effet, non content de tresser des couronnes ridicules à un tel régime, ce diplomate-courtisan va jusqu’à le créditer d’un « rôle stabilisateur pour la région », alors qu’il est de notoriété publique et internationale que l’Iran est gouverné par un régime de potentats religieux, qu’il tient tête au monde, provoque toutes les nations sur le dossier nucléaire, et est en passe de se voir condamner au Conseil de Sécurité !

Pour un ministre, ce n’est plus de l’incompétence : c’est du cynisme et du parti pris. Et mieux vaut ne rien dire de l’amertume d’Israël, qui voit Douste-Blazy pèleriner à Beyrouth, et l’entend flétrir les bombardements israéliens et exiger que l’on impose un cessez-le-feu. Entendez: à Israël, car le Hezbollah n’attend que cela pour reprendre son souffle…

Rappelons que, lors de cette visite de condoléances pour le “massacre” de Cana – que la France, par la voix de son président, a qualifié d'”intolérable” -, le ministre n’a pas eu le moindre mot de condamnation, voire de simple regret, pour l’enlèvement crapuleux de deux soldats israéliens sur leur sol national, ni pour les bombardements quotidiens incessants de Katiouchas (2.500 en quinze jours), qui ont causé morts, blessés et dommages matériels considérables dans toute la région nord d’Israël, condamnant près d’un million d’habitants à passer le plus clair de leur temps dans les abris, et en contraignant plus de 350.000 à se réfugier dans le centre du pays.

Tel est le “docteur-miracle” (2), dont les talents de cardiologue (3) reconverti dans la diplomatie tentent de faire repartir le cœur endommagé du Hezbollah, pour “apaiser” le crocodile iranien, maître du mollah libanais.

Aussi, Monsieur le Ministre, de grâce, rendez service à la diplomatie, en général, et à la France, en particulier : retournez à votre chaire d’enseignement et à votre pratique médicale.

Il reste à espérer que le diagnostic du cardiologue sera meilleur que celui du diplomate, qui aura été, brièvement et sans gloire, en charge des Affaires étrangères de l’Etat, pour la honte de la France.

——————

Notes


(1) Voici quelques extraits savoureux d’un article du Monde sur ces fameuses bourdes (Source : 24h Mag.com) :
“Il a confondu Taiwan avec la Thailande et la Croatie avec le Kosovo, et il ne parle aucune langue étrangère – même pas l’anglais. Le Ministre est si prompt à la gaffe, que le Président Jacques Chirac lui adjoint un fonctionnaire pour le suivre avec un magnétophone afin de garder une trace de toutes ses mésaventures.”
“Au mémorial de l’Holocauste Yad Vashem, à Jérusalem, en septembre dernier, Douste-Blazy s’était arrêté devant une carte comptabilisant les communautés juives dans les pays européens, avant et après la seconde guerre mondiale.

Dialogue :

“Il n’y a pas eu de juifs tués en Angleterre ?”, demande le ministre.
“Mais, monsieur le ministre, l’Angleterre n’a jamais été occupée par les nazis, lui répond le conservateur.

Et Douste de s’entêter:
“Mais, il n’y a pas eu de juifs expulsés d’Angleterre ?”

“Lorsqu’une catastrophe aérienne a endeuillé la Martinique, le 16 août 2005, Douste-Blazy a voulu aussitôt se rendre à Fort-de-France. Il a fallu que l’Elysée intervienne pour rappeler que les Antilles ne sont pas un territoire étranger” [et qu’il n’avait donc pas à s’y rendre en sa qualité de ministre des affaires étrangères].

“Dans les premiers mois qui ont suivi sa prise de fonctions, en juin 2005, les diplomates français vivaient dans la terreur de ses gaffes. En visite à Gaza, en septembre, on l’entendit assurer que les Israéliens étaient prêts à embaucher de jeunes Palestiniens, alors que les permis de travail, déjà en nombre très réduit, sont seulement attribués aux hommes mariés de plus de 35 ans, et ce depuis plus de dix ans.” La presse israélienne, commente le quotidien, était éberluée.

(2) Quand on est né à Lourdes, il en reste forcément quelque chose. (Voir Wikipedia).

(3) Selon Wikipedia, il a exercé la cardiologie à Lourdes et à Toulouse, enseigné la médecine à la faculté des sciences de Toulouse. Par contre, contrairement à ce qui figure dans ce Curriculum, Douste n’est pas membre de l’Académie de médecine. Gabriel Lévi, dont nos lecteurs connaissent les articles sérieux et documentés, remet les pendules à l’heure dans un message qu’il vient de m’adresser pour rectifier l’information erronée que j’avais reprise de Wikipedia : “Il s’agit de Louis, son père, dans la section ‘science biologique et pharmaceutique’. Si mes souvenirs sont bons, il s’était illustré par des travaux sur les lipides et l’athérosclérose. Son fils, Philippe, ne s’est illustré en rien. Il n’est (même pas) correspondant national de cette académie.” (G. Lévy).

——————

Mis en ligne sur le site upjf.org

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :