15 avril 2021
Non classé

IDENTITÉ ET DIFFÉRENCES – Droits et devoirs de l’immigré

Pour penser l’immigration sous un angle nouveau, il faut admettre qu’aucun individu n’a le “droit” d’aller vivre dans le pays d’un autre, pas plus qu’on n’a le droit de s’installer dans la maison d’un autre. Ni la Déclaration universelle des droits de l’homme, ni le droit international ne reconnaissent ce genre de revendications. Entrer dans un pays est un “privilège” dont on peut bénéficier, mais ne constitue en rien un droit que pourraient légitimement revendiquer tous les étrangers.

Les individus s’épanouissent lorsqu’ils appartiennent à une communauté. Pour favoriser le développement d’une communauté, il faut susciter l’adhésion à un ensemble limité mais significatif de valeurs communes (ou à une culture morale), cultiver un sentiment d’histoire commune et d’avenir commun. Il se pourrait qu’apparaissent un jour des communautés régionales comme l’Union européenne, voire une communauté mondiale. Mais, pour l’heure, en matière d’immigration, la notion de communauté coïncide généralement avec celle du pays. Quiconque aspire à rejoindre un pays pour trouver une vie meilleure doit être prêt à adhérer aux liens et à la culture morale de cette communauté nationale. Cette exigence n’impose en rien aux immigrés de s’assimiler au point de perdre leur spécificité, ni ne les empêche d’œuvrer pour faire évoluer leur nouvelle patrie. Mais ils doivent s’employer à devenir des membres à part entière de leur pays d’adoption, faute de quoi leur désir d’appartenance peut être légitimement rejeté.

Les véritables demandeurs d’asile sont l’exception. Ils ont bel et bien droit à un refuge, mais pas à un refuge particulier, dans un pays particulier. Les véritables demandeurs d’asile doivent être protégés – quelque part. Il est donc légitime de leur donner asile dans des pays en développement, à condition qu’ils y soient en sécurité et que ces pays soient disposés à les accueillir. Cette politique présenterait un avantage complémentaire car elle découragerait largement les faux demandeurs d’asile et empêcherait les candidats dont la demande n’a pas encore été approuvée de prendre pied dans une communauté dans laquelle beaucoup finiront par se voir refuser le droit de résidence. Par ailleurs, elle optimiserait considérablement le processus qui permet d’accorder l’asile à ceux qui en ont réellement besoin, puisque la forte baisse du nombre de faux candidats accélérerait sensiblement le temps d’étude des dossiers. Elle limiterait enfin l’hostilité et la suspicion qui pèsent sur les demandeurs d’asile, à l’heure où la plupart des candidats invoquent divers prétextes, compromettant la réputation de ceux qui ont réellement besoin d’être protégés au plus vite.

On pourrait opposer à cela que les faux demandeurs d’asile ne sont jamais que de pauvres gens qui aspirent à une vie meilleure et que, dans des conditions semblables, beaucoup d’entre nous auraient également recours à des mensonges et à de faux papiers. Il ne faudrait donc pas les expulser. Il convient de distinguer entre ce que l’on peut appeler une immigration humanitaire, dont l’objectif premier est d’aider les individus concernés, et l’immigration économique, qui vise en premier lieu à aider l’économie du pays concerné.

Si nous autorisons un grand nombre de faux demandeurs d’asile à rester dans un pays au nom de la compassion, nous finissons par accueillir des gens qui n’en ont pas le plus besoin et qui passent devant ceux qui ont un besoin urgent de protection. L’immigration humanitaire dans un pays devrait être proportionnelle à son capital de compassion, mais, au bout du compte, le nombre de candidats sera toujours largement supérieur à la capacité d’accueil. D’où la nécessité de fixer des critères d’immigration sélective… et de s’y tenir.

Entrer dans le pays d’un autre est un “privilège”


Ce n’est pas faire preuve de compassion que de déraciner de son pays un individu pas ou peu préparé à un environnement de travail moderne, à la vie urbaine et au système démocratique, et de le transplanter dans l’une de nos villes, en partant naïvement du principe qu’il s’acculturera et sera désormais heureux. En fait, ce raisonnement lèse les deux parties. Pour résumer, plus un pays est compatissant, plus il devrait consacrer de ressources pour venir en aide à ceux qui en ont le plus besoin, souvent dans leur pays d’origine, et plus il devrait veiller à n’accueillir que ceux qui ont réellement le plus besoin de protection.

L’immigration économique est tout autre chose. Dans la mesure où les immigrés économiques doivent être sélectionnés en fonction de qualifications telles que leur capacité à trouver un travail et à le garder, leur jeunesse ou leur bon niveau de préparation (évalué, par exemple, à travers des tests de langue), ils ont bien plus de chances de s’intégrer à l’économie et à la société de leur nouveau pays. Faire venir des immigrés pour des raisons humanitaires et penser qu’ils se comporteront comme des immigrés économiques est généralement voué à l’échec.

Quand un enfant naît dans une famille établie depuis des siècles dans la même communauté nationale, celle-ci lui impose toute une série d’exigences. Il est acquis que cet enfant apprendra la ou les langue(s) nationale(s) et qu’il sera scolarisé dans un établissement qui le familiarisera avec la culture morale, l’histoire et l’avenir de la société. Dès son plus jeune âge, l’enfant apprendra avant tout à vivre dans le respect des principes fondamentaux de l’observance de la loi, de l’autorité, de la non-violence et de la tolérance mutuelle.

Il n’y a aucune raison pour qu’une communauté nationale attende moins de ses immigrés qu’elle n’attend des enfants nés sur son sol. Et, tout comme nous avons des examens scolaires, des “tests de citoyenneté” devraient être instaurés pour déterminer si un individu maîtrise la langue nationale, la culture morale et, surtout, s’il adhère aux principes essentiels de respect de la loi et de tolérance mutuelle. Plusieurs échecs d’affilée devraient motiver un refus de citoyenneté et de résidence. La citoyenneté et la résidence devraient également être refusées aux immigrés qui ont été condamnés, notamment pour des délits violents, incitation à la haine ou maltraitance à l’égard de leurs conjoint ou enfants.

Ici encore, on pourrait nous opposer que nombre d’immigrés sont issus d’un milieu défavorisé et qu’il est injuste de leur imposer ces exigences. Or ce n’est pas leur rendre service que de ne pas les encourager à apprendre la langue de la société à laquelle ils veulent se joindre, à respecter ses lois et à adhérer à ses valeurs fondamentales. Si les immigrés ne sont pas disposés à entreprendre ces initiatives d’intégration relativement limitées, ils en paieront les conséquences économiques, politiques et sociales – et la société d’accueil également.
Un certain nombre de conditions doivent être remplies pour que les tests de citoyenneté remplissent cet objectif :

1) La citoyenneté ne peut être fondée sur un principe héréditaire, comme cela s’est fait en Allemagne jusqu’en l’an 2000, car alors aucune préparation ne suffira et l’on perdra l’un des principaux facteurs motivant un comportement favorable à l’intégration sociale.

2) Pour la même raison, il ne faut pas placer la barre des tests si haut que seuls quelques candidats auront une chance de réussir. Le niveau des tests de citoyenneté américain et britannique est beaucoup trop bas, et ces tests se concentrent sur l’évaluation des connaissances et non sur les dispositions comportementales. En revanche, plusieurs cantons suisses ont mis en place des critères informels si élevés que certains immigrés de la troisième génération, parfaitement intégrés, n’ont jamais pu décrocher leur citoyenneté.

3) Le recours aux tests vise à s’assurer que les individus sont disposés à respecter la loi et à faire preuve de tolérance à l’égard des membres de leur pays d’accueil. L’existence d’un casier judiciaire devait constituer un critère important, sans pour autant être l’unique considération.

D’aucuns peuvent objecter que des tests de citoyenneté élimineraient un trop grand nombre de candidats, à l’heure où les pays ont besoin d’immigrés. Soit, mais rien n’oblige un pays qui a besoin d’immigrés à accueillir des immigrés issus d’une culture susceptible de rendre la socialisation particulièrement difficile. L’Espagne, par exemple, privilégie des immigrés venus de pays hispanophones.

Si les immigrés adhèrent aux valeurs, lois et institutions de base de leur pays d’accueil, ils devraient avoir le droit d’exprimer leurs divergences sur d’autres thèmes et même y être encouragés. Certains attendent des immigrés qu’ils s’assimilent au point de ne plus se distinguer des citoyens d’origine (c’est, par exemple, souvent le cas en France). Un tel degré d’assimilation, superflu pour la paix sociale et la qualité de la communauté, est souvent difficile à atteindre. Il passe à côté des effets enrichissants de la diversité. A l’opposé, certains appellent à un multiculturalisme sans limites, selon lequel les immigrés sont libres de garder leur culture et de résister à la socialisation dans la culture nationale dominante.

Quitte à me répéter parce que c’est le point fondamental de la position que je défends ici, si les immigrés adhèrent à ce que l’on pourrait appeler les fondements sociétaux, ils sont non seulement libres d’avoir des opinions différentes sur d’autres questions, mais ils y sont même encouragés. Ce qui appartient au cadre commun et ce qui relève du domaine de la diversité est ouvert au débat et susceptible d’évoluer. Il n’en est pas moins évident que les immigrés doivent accepter les valeurs fondamentales de la société, qu’ils doivent se plier à la loi, apprendre la ou les langue(s) du pays et partager aussi bien les bienfaits que les boulets que l’Histoire a légués à ce pays.

De même qu’un individu qui entre dans une famille – par mariage ou adoption, par exemple – ne peut revendiquer sa part des avantages et refuser les contraintes ou inconvénients, un individu qui entre dans une nouvelle société doit aussi bien assumer les fardeaux de l’Histoire que les promesses de l’avenir. En ma qualité d’immigré aux Etats-Unis, je ne peux ainsi pas prétendre n’avoir aucun lien avec l’esclavage, ni avoir à me soucier de rétablir des injustices passées et en même temps revendiquer les droits instaurés par les Pères fondateurs. De la même manière, un Allemand ne peut pas s’enorgueillir des œuvres culturelles de personnalités marquantes telles que Kant, Goethe et Bach et ne vouloir assumer aucune responsabilité pour l’Holocauste.

Parallèlement, chaque groupe de la société est libre de maintenir ses coutumes et institutions qui ne sont pas incompatibles avec le noyau dur commun et de garder une forte dose de loyauté à l’égard de son pays d’origine, à condition que celle-ci ne supplante pas celle qu’il voue à sa société d’accueil. Le domaine culinaire symbolise très bien ce que je cherche à démontrer : nous continuons de reconnaître des cuisines nationales, mais les effets de l’immigration, de la mondialisation et de la démocratisation des voyages ont fait que l’on propose et consomme dans la plupart des grandes villes un vaste éventail d’autres cuisines. La même chose vaut pour bien d’autres domaines, la musique, la danse et la mode vestimentaire, mais aussi notre deuxième ou troisième langue, nos connaissances particulières et l’intérêt que l’on porte à son pays d’origine. Plus les nouveaux citoyens apportent de connaissances particulières et d’échanges avec des régions du monde que les citoyens de souche connaissent peu, plus cela est bénéfique à tous.

Le principe de diversité dans l’unité (DDU) ne préconise pas que les identités du pays d’accueil gomment les identités des immigrés ou toute loyauté envers leur pays d’origine. Mais il appelle à une sérialisation des identités et allégeances, où la communauté d’ensemble (le pays ou l’Union européenne) fournirait les identités et allégeances globalisantes, au sein desquelles les divers groupes (les Turco-Allemands, par exemple) pourraient préserver leurs sous-identités. L’épreuve de vérité est le conflit des allégeances. Les Américains du Panamá se battraient-ils aux côtés des Etats-Unis si ceux-ci envahissaient le Panamá, ou bien réclameraient-ils le droit de rester en retrait face à ce type de conflit ? Sur des thèmes de politique nationale, les Turco-Allemands s’aligneraient-ils sur Ankara ou sur Berlin ?

L’éducation revêt une importance majeure au regard des rapports qu’entretiendront les immigrés (et leurs enfants) avec leur pays d’adoption. Le modèle assimilationniste part du principe que les immigrés et les membres des minorités seront scolarisés dans les écoles publiques et apprendront la même chose que les autres membres de la société. Le modèle de diversité illimitée prône la création d’écoles séparées et des programmes différents pour chaque groupe ethnique, comme des écoles juives ou musulmanes.

Une approche DDU, fondée sur le concept d’écoles de proximité, propose, dans l’idéal : que tous les enfants fréquentent les mêmes écoles publiques ; que tous les enfants suivent les mêmes cours pendant 85 % du temps scolaire, de sorte que tous les membres de la prochaine génération aient assimilé un enseignement globalement identique, en termes de disciplines, d’orientation narrative et de contenus normatifs ; que les minorités puissent contribuer de manière significative à 15 % des programmes, sous forme de classes optionnelles ou alternatives, dans lesquelles les élèves intéressés par une discipline, une histoire ou une tradition puissent bénéficier d’une éducation plus poussée ; et enfin, que le contenu universel, à caractère unitaire, du programme soit reformulé pour intégrer, par exemple, davantage de cours sur la culture et l’histoire des minorités.

Il reste bien d’autres questions à résoudre dans le contexte de l’approche DDU et beaucoup à apprendre de son application. Le principe de DDU reconnaît le sentiment de l’écrasante majorité des citoyens d’Europe et de nombreux autres pays, du Japon au Pérou, à savoir le sentiment que l’immigration pose un défi à l’unité nationale et à la culture morale dominante. Dans le même temps, le principe de DDU met le doigt sur le fait que l’on peut aussi autoriser, voir encourager les immigrés à préserver des caractéristiques distinctes, à condition qu’ils adhèrent aux valeurs fondamentales.

Amitai Etzioni
Süddeutsche Zeitung

—————-

L’auteur


Docteur en sociologie, professeur à l’université George Washington, à Washington, Amitai Etzioni a consacré l’essentiel de ses travaux aux rapports entre individus et communautés et au rôle des sociétés civiles face au libéralisme, à l’individualisme et à l’Etat-providence. Surnomméle “gourou du communautarisme”, il fonde, en 1993,le Réseau communautarisme, qui regroupe des chercheurs réfléchissant aux “moyens de renforcer les bases sociales et morales des sociétés”. Né en Allemagne en 1929, Amitai Etzioni a fui le nazisme pour la Palestine.

Après des études à Jérusalem et à Berkeley, il a enseigné la sociologie à l’université Columbia pendant vingt ans. Il a également été conseiller à la Maison-Blanche sous Jimmy Carter. Ses deux derniers ouvrages sont From Empire to Community, a New Approach to International Relations (De l’Empire à la communauté, une nouvelle approche des relations internationales, éd. Palgrave Macmillan, 2004) et How Patriotic is the Patriot Act (Le Patriot Act est-il patriotique ? éd. Routledge, 2004).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :