13 août 2022
Non classé

B.B. S’EN VA-T-EN GUERRE

Tous les poncifs de la pensée unique française véhiculés par une propagande antisémite qui ne veut pas dire son nom, unaniment anti-israélienne sous couvert d’un antisionisme universel digne du protocole des sages de Sion, sont, hélas, concentrés dans cette Lettre ouverte dégoulinante de bien-pensance.

Après avoir en son nom propre et au nom de sa Fondation supplié M. Peretz de faire cesser immédiatement les attaques, la télé reprend tous ses droits : “Le monde retient son souffle, et nous sommes en pleurs à la vue de dizaines de civils, hommes, femmes et enfants, victimes des combats menés, sous vos ordres, par vos soldats”.

“Il n’est pas possible de tolérer l’intolérable, de tenter de justifier l’injustifiable, non, l’homme se doit de faire preuve d’un minimum d’humanité. Et le coup de pied de l’âne : “Bien sûr, votre peuple a terriblement souffert, mais cela ne lui donne pas le droit de semer la mort sans discernement“.

Puis vient la leçon de maintien au peuple élu : “Lorsqu’on a survécu au génocide peut-on, à son tour, se conduire en tyran ? Je ne le crois pas, ou alors, c’est que l’histoire n’a servi à rien, que l’horreur est sans fin”. Le Paradis sur terre, Brigitte, est une fiction qui n’appartient en propre qu’aux illuminés : seriez-vous une illuminée ?

Encore et toujours la télé : “En quelques jours, vos bombardements ont tué des dizaines d’innocents et ont provoqué la plus grande catastrophe écologique qu’ait connue la Méditerranée… Savez-vous où vous ménera cette surenchère meutrière ? Allons donc ! Amir Peretz est certainement mieux placé que quiconque pour le savoir !

“On me reprochera sûrement cette lettre, peu importe, se taire c’est être complice paraît-il et je ne veux, en aucun cas, être complice de cette folie dévastatrice”. Certes, mais la destruction de l’Etat démocratique d’israël étant sans cesse souhaitée et physiquement tentée par ses voisins, je ne sache pas, Madame, que vous ayez jamais si fort pétitionné quand c’est Israël qui, depuis un demi-siècle, morfle sans répit !

Librement !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


%d blogueurs aiment cette page :