7 février 2023
Non classé

Islam : ” il n’y a pas de contraintes en religion “…

Elle tombe d’ailleurs en même temps que la nouvelle Loi Algérienne sur l’interdiction du prosélytisme chrétien, la possession la simple référence , l’édition d’une Bible ou d’un Evangile peut entraîner une condamnation .

On pouvait voir le 28 mars dernier , des manifestants furieux dans les rues de Kaboul, craignant une épidémie de conversions au christianisme , si la conversion devenait un passeport pour la liberté des pays Européens !!!!

Que penser d’une religion qui invoque le spirituel, mais qui ne maintient ses ouailles que par la coercition physique ? Il n’y a rien de moins spirituel que l’interdiction de penser . Certains juristes musulmans justifient cette sanction par la comparaison avec un crime de haute trahison pour désertion dans une armée de métier. Mais ils oublient que l’adhésion à cette armée est libre , ce qui n’est pas le cas pour un membre de la Oumma , puisque tout enfant né de parents musulmans est musulman par définition .

Comment gérer la coexistence pacifique de populations de différentes religions, si certaines d’entre elles sont enfermées derrière les barreaux du risque d’une exécution capitale en revendiquant leur liberté de pensée ? Les populations musulmanes sont-elles condamnées à vivre totalement refermées sur elles-mêmes pour résoudre cette contradiction ?
Comment accepter un voisinage qui vous laisserait marier votre fille au fils du voisin et qui interdirait à votre fils d’épouser leur fille ?
La réciprocité et le respect n’est-elle pas l’une des valeurs premières de l’humanité ? et comment accepter ce voisinage si les lois ne s’appliquent pas équitablement à tous ?

Comment inciter des peuples à réfléchir , à voter, à se responsabiliser et à se prendre à charge, si ils n’ont pas le droit de penser et de remettre en cause le système qui les gère ?
Comment attirer les investisseurs , les cerveaux dont ces pays ont besoin ?

Comment gérer , au sein même de l’ONU des populations qui n’ont pas les mêmes droits sur la première de leur liberté : la liberté de conscience ? Comment exiger un traitement équitable et sur quelles bases établir la notion même d’équité pour ces populations , vivant ensembles et dont certaines seraient libres et d’autres emprisonnées ?

Comment imaginer faire rentrer dans l’Union Européenne un pays comme la Turquie , dans lequel ce problème pourrait se poser à nouveau ?

Les Imams afghans qui ont exigé la peine de mort d’Abdul Rahmane n’avaient certainement pas imaginé toutes les contradictions, toutes les incohérences qui seraient mises en lumière à la suite de leurs imprécations et de leurs exigences… Ils n’avaient sans doute pas imaginé la réaction internationale qui suivrait ce jugement , et toutes les réflexions que ces contradictions ne vont pas manquer de faire surgir , au sein même de l’Islam … car s’ils en avaient seulement imaginé le quart de la moitié du tiers, ils se seraient bien abstenus de condamner cet homme…de peur que le vrai visage de l’islam se dévoile lorsqu’il est appliqué intégralement…or, l’islam ne peut croître que voilé…du moins en terre à conquérir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :