28 janvier 2023
Non classé

Nous sommes arrivés à un carrefour

La première, bâtarde par nature, est la seule possible car elle autorise l’expression de la fécondité expressive, héraut de toute culture, donc de toute affirmation artistique, littéraire et scientifique. La seconde mène droit au désastre car la religion dominatrice évoque une autorité dont nul ne peut seulement être certain qu’elle existe (Dieu EST-il ou n’existe-t-il pas ?) alors qu’au moins, le peuple, malgré toutes ses imperfections, existe !

Aujourd’hui, au grand Carrefour, la mondialisation généralisée ne peut plus éluder les échéances : quelle civilisation pour demain ?

Nos démocraties, minées par l’angélisme chrétien, héritage de la très catholique génuflexion devant la violence (tend l’autre joue si tu as été giflé) pèchent par arrogance “autoréfléchie” (je suis un être civilisé, donc je ne réponds pas à la violence par la violence). Nous touchons, ici, le noeud du désastre humanitaire. Il est fait d’IGNORANCE. Car l’homme a un destin, celui de se REALISER. A titre individuel.Donc, additionnellement, à titre collectif. S’il n’y parvient pas, égocentriquement et affectivement, il demeure un “barbare” : ou il peut exploser de violence inopinément, ou il “doit” se soumettre à la barbarie de l’autre. L’expérience actuelle montre qu’en Occident, c’est vers cette deuxième version que le peuple français, puis les peuples européens, puis le peuple canadien et les autres, tendront.

C’est parce que nos démocraties sont devenues leucémiques à force d’infantilismes entretenues par les politiques, que la dictature théocratique de l’islam nous guette. Et nous broiera… Si !

La France étant en pointe, ce sont les élections présidentielles de 2007 qui décideront. Etant donné l’enjeu – comme jamais il n’y en eut – celles-ci ne peuvent plus, ni se préparer, ni se dérouler à l’aune de ce que nous avons connu. C’est d’autre chose dont il s’agit. C’est déclarer la “guerre” à l’envahisseur, qu’il soit islamique ou islamiste. Une guerre “passive” mais ouverte : sans violence provoquée mais avec CONSCIENCE que c’est le “gué étroit” ou la mort.

Le ton de ces quelques mots pourront vous paraître un tantinet “panthéiste” ou “à la Cassandre”. Rappelez-vous, ce qu’avait été écrit dans les Ecritures (entre autres) :

En ces temps-là, les hommes mangèrent, buvèrent et marièrent leurs filles. Puis, Noé monta dans l’arche“.

Ces “temps-là” sont “là”, présentement. Il n’y a plus d’arche pour fuir, car la peur ne peut constituer une Alliance.
Conscience et courage et clairvoyance. A toute épreuve.

Mais… quel prétendant aux présidentielles en serait investi ?


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :