28 janvier 2023
Non classé

Tu n’auras pas de nouveau porte-avions na ! Et Duhamel au piquet !

Que ce porte-avions soit déjà une vieille histoire importe peu, par contre le fait que Ségo fasse le serment d’en déverser l’argent dans le puits sans fond de l’éducation, relève de l’idéologie, que l’on ne peut plus guère mettre sur le dos de la cruchitude ou la niaititude, puisque l’éducation ne crève pas en premier lieu d’un manque de moyens mais de liberté, celle qui permettrait aux établissements de s’auto-organiser ; mais les chantres de l’autogestion ne l’entendent pas de cette oreille si celle-ci n’est pas sous la coupe réglée de quelque commissaire de “comités de citoyens” ce soviet miniature des années 1792 en attente de se (re)lever, regrimper le puit sans fonds de l’Histoire, s’arrimer au radeau de la Méduse qu’est devenue cette campagne présidentielle jonglant avec les milliards, lorgnant sur le magot supposé mal acquis des riches, écartant des écrans tout professionnel faisant son travail critique au profit de jury de citoyens assénant leur vérité comme si elle sortait des nuées du vrai.

C’était patent à Mots Croisés et Michel Leubel serait sans doute d’accord d’ajouter dans son article que l’ambiance virait au cirque, pas seulement parce qu’un supposé suppôt de l’islam a traité de Villiers de “bouffon” en lui montrant un nez de clown mais surtout parce qu’il aurait été tout à fait plausible qu’un des jurés se lève et vienne mettre une baffe à l’un des “politiques” pour le punir de ne renvoyer que sa propre image, vide, celle d’un miroir sans autre reflet que des arguments replets d’office alors qu’ils peuvent ne pas être quelconques, sauf qu’ils sont dits à la va-vite, à la sauvette, de peur que la Maréchaussée ne vienne verbaliser au sens propre : donner du verbe, une direction, le premier tour de 2002 joua ce rôle…

Il est clair que dans ce théâtre d’ombres, Sarkozy avance comme dans un rêve, chacun jouant sa partition au plus anti-libéral dans les extrêmes, sauf sans doute de Villiers qui certes piétine encore, mais il n’y a pas de raison qu’il n’ait pas lui aussi son quart d’heure de gloire, comme, cette semaine, ce fut celui de Bayrou…qui a dit certaines choses non inintéressantes comme l’a souligné Leubel, dont celle-ci : le fait qu’un gouvernement des Meilleurs voit le jour au-delà des étiquettes, même si leurs racines plongent très loin dans l’âme collective.

Des ministères nécessaires, au sens de fonctionnellement indispensables, dont chaque ministre serait élu à la façon du président de la République : là ce serait du sport, de la politique donc, un vrai Sénat romain, une Agora, on verrait alors qui aurait la stature d’un Périclès pour redresser la France et la placer là où le monde veut qu’elle soit : au premier rang.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :