6 février 2023
Non classé

Pourquoi un million de personnes manifestent en Turquie ?

Personne ne l’a vu vraiment venir d’ailleurs. Par exemple en France, nous sommes tellement décervelés par des médias soucieux de multiplier les courbettes au moindre manquement de respect et de déférence envers l’islam qu’un tel rejet amorcé sur les bords du Bosphore apparaît “disproportionné” pour reprendre un mot à la mode. Incompréhensible. Comment est-ce possible ?…

La plupart des médias et des idéologues avaient fait leur cette antienne stipulant que c’est par mécompréhension, malentendu, esprit néocolonial, que la tension entre Islam et Occident serait née ; c’est elle et pas autre chose qui nourrit “le terrorisme” tout court.

Cela fait depuis belle lurette en effet que même Bush et Blair ne parlent plus de terrorisme islamiste ou djhadiste puisque ces deux mots, islam et terrorisme, sont incompatibles ; islam et intégrisme aussi par voie de conséquence; ceux qui mettent des bombes sont des “déviants” énoncent sans rire les wahhabites saoudiens, amis de Bush… Ceux qui mettent des bombes et commencent par prêcher un islam radical n’ont rien compris à cette religion, or, patatras, des centaines de milliers de Turcs, plus d’un million le 14 avril à Ankara, manifestent leur crainte de voir la Turquie, leur pays, se transformer à nouveau en terre dominée par cet islam national qui les a mené à leur perte durant la Première Guerre Mondiale.

Que l’Etat laïc construit par Atatürk n’ait pas été jusqu’au bout des choses puisqu’il n’a pas créé les conditions réelles d’une démocratie pluraliste prospère est une chose qui mériterait une analyse approfondie ; il en est une autre d’évacuer un revers de main les appréhensions de millions de Turcs, appréhensions semblables au fond à celles qui sont soulevées en Occident devant le discours agressif et à volonté hégémonique d’un islam déculpabilisé, puissament armé dans son désir d’imiter Mahomet à la lettre et d’y vivre en son sein sans avoir besoin de rien d’autre.

Que cela soit des Turcs qui secouent le joug de cette intimidation idéologique qui fait passer la moindre once de critique de l’islam pour une maladie honteuse en dit long sur le degré de décomposition avancée de la classe politico-médiatique française et occidentale, en coma dépassé et même en phase terminale.

Une question s’impose : faut-il débrancher les machines et cesser l’acharnement thérapeutique ou est-il nécessaire de faire acte d’euthanasie en dressant l’acte de décès, l’oraison funèbre, (qui jouera le rôle de Bossuet ?), pour, tout de même, instituer un enterrement grandiose à la hauteur de ces cent ans d’hégémonie idéologique qui s’effacent, sous nos yeux, dans les sables (é)mouvants de cerveaux disjonctés, mélasse spongieuse dont la maladie de la vaches folle, fut, par une ironie de l’Histoire, le signe avant-coureur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :