11 août 2020
Non classé

La Poule Déchaînée : le second numéro#0 est arrivé !

Ce projet répond au besoin, non encore satisfait aujourd’hui, d’une publication, en rupture franche, avec la ligne éditoriale de la quasi-totalité de la presse française politique et culturelle. A quelques exceptions près, cette presse est aujourd’hui, dominée par “le mode de penser soixante-huitard”, de ses rédacteurs.

Or, comme l’a proclamé le Président de la République, il faut tourner cette page. Le moment est on ne peut plus propice. En effet, les réformes en profondeur, nécessaires à la modernisation de la France, ne se concrétiseront qu’avec l’adhésion et la participation d’une majorité de Français.

Le premier pas, sans doute le plus difficile, vient d’être franchi avec l’élection de Nicolas SARKOZY. Mais, malgré l’extrême ouverture de son premier gouvernement, d’évidence, la presse écrite ne manifeste pas la moindre inflexion de sa ligne politique générale. Elle campe sur les fantasmes surannés du post-gauchisme. L’essai de la nouvelle présidence risque de ne pas être transformé, si l’opinion publique continue d’être manipulée uniquement par les idées de ce passé récent.

D’où la nécessité d’une presse qui porterait, sans complexes, les idées et les valeurs, de la nouvelle majorité des Français. Répondant à un besoin réel, l’entreprise devrait connaître un bilan économique positif. Les grandes lignes en sont décrites ci-après.

Au fil du temps, ne pouvant convenablement s’exprimer dans les grands média, des gens de sensibilités différentes, se sont rapprochés, pour faire front commun, contre de nombreux choix politiques.

Deux lignes cristallisent l’essentiel de cette opposition :

– La politique économique

A l’instar de nombreux pays voisins, pour résoudre les grands problèmes économiques de notre pays, au premier rang desquels, le chômage et la protection sociale, il est nécessaire, de ne plus rejeter systématiquement toutes les idées libérales. Or celles-ci sont “diabolisées” dans la presse actuelle.

Par ailleurs, le libre débat des choix de société, doit se faire dans le respect des valeurs qui fondent notre république. A savoir, la liberté de penser, les libertés individuelles, l’égalité des droits des personnes. Or, aujourd’hui, l’islam pose un problème dont ni le pouvoir, ni les média n’ont voulu discuter sur le fond. Contrairement à ce que l’on tente de faire croire aux Français depuis des décennies, l’islam n’est pas une simple religion, mais un mode de vie global.

L’islam se proclame lui-même irréformable. Il ne peut donc ni s’adapter, ni coexister durablement, avec les libertés individuelles républicaines. Tant qu’aucune autorité religieuse musulmane, reconnue, non seulement en France, mais aussi dans le monde musulman, n’aura pas officiellement reconnu la prééminence des lois républicaines, notamment au plan individuel, autoriser la propagation sans critique ni analyse de l’islam et ce au nom de la liberté de penser est un danger alors que toutes les autres doctrines sont passées au crible. Et qu’il existe une séparation nette entre les sphères religieuses, idéologiques, et la sphère publique.

La République doit réagir à la diffusion de doctrines liberticides, et les combattre si nécessaire.

Sur ces principes communs, le projet “La Poule Déchaînée” dispose d’un important “réservoir” de “signatures” de très haute qualité. Malgré la censure tacite dont elles pâtissent, certaines de ces signatures jouissent d’une notoriété méritée.

Après une période de lancement estimée à trois mois, “La Poule Déchaînée” sera, pour ne pas plagier, un hebdomadaire ironique, paraissant le mercredi. Il a le format du quotidien “le Figaro” et une pagination variant de huit à douze page. Toutefois, de nombreux articles n’auront rien d’ironique…

Car l’image, complexe, des entreprises, des entrepreneurs, de la gestion du patrimoine, mais aussi de toutes celles et de tous ceux qui pensent que le libéralisme, le Droit, les USA, Israël, ne représentent pas l’horreur absolue, cette image (si bien défendue par un magazine comme Fortune et des quotidiens comme Financial Times et surtout le Wall Street journal ) se trouve de plus en plus ternie en France.

La réalité du monde des affaires, des idées, des relations internationales, s’avère de plus en plus réduite aux excès ou aux manques divers. Alors qu’il existe bel et bien un public, au fait des réalités mondiales et locales, mais qui se retrouve de moins en moins dans cette présentation simplifiée des faits et des personnes.

Un tel public est plutôt désireux d’analyses pointues, et il désire aussi être en contact avec des réflexions et des reportages sachant rester sans concession. Ce qui n’empêche pas d’adopter, aussi, un ton plus léger, ironique, pour asseoir un profil, une problématique, brosser une situation.

Voilà ce que vous trouverez dans La Poule Déchaînée, parce que vous le valez bien !