7 février 2023

L’attentat de Karachi et le conflit judéo-arabe

D‘aucuns parlent déjà de coup fourré des militaires pakistanais eux-mêmes liés aux Américains donc à Israël par quelques biais dont par ailleurs l’existence pousse à ce genre d’exactions, d’autres, par exemple Adler, parle du jeu saoudien visant à amoindrir la puissance iranienne en créant une force sunnite puissante à ses frontières, et le tour est joué, ce qui évite de réfléchir sur le fait majeur qu’est devenu l’islam enseigné à la façon d’autrefois au p^lus près de la source, bref dans le droit fil de la tradition mahométane : retrait dans une forteresse religieuse, ascèse spirituelle afin de focaliser l’esprit sur un seul but, la conquête, entraînement aux choses de la guerre, puis départ vers les razzias pour se faire la main avant de passer aux choses sérieuses.

Voilà pourquoi cela plaît à nos jeunes banlieusards transformés en James Dean Djihadistes plutôt de croupir, croient-ils, dans des métiers de seconde zone ; car dans une forteresse religieuse vous voilà seulement croyant mais soumis palpitant en effet dans le crépitement mâle des ordres rauques et le froissement espéré de quelques frottements imaginaires à l’ombre des jeunes filles voilées entre-aperçues dans la cour centrale de la madrasa. Cette ambiance n’est pas sans faire rêver l’ultra-gauche qui a passé avec armes et bagages dans le camp islamiste.

Sauf que décidément cela n’a, strictement, rien à voir avec la revendication national-islamique sur la terre juive. Combien d’attentats barbares faudra-t-il encore attendre pour que certains yeux se décillent ?

Lucien SA Oulahbib

https://en.wikipedia.org/wiki/Lucien-Samir_Oulahbib

Voir tous les articles de Lucien SA Oulahbib →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :