7 février 2023
Non classé

Défaite des Conservateurs français

Aussi parler de rééquilibrage peut intéresser la presse people voire féminine parce qu’il faut bien se préparer pour les beaux jours en rééquilibrant son poids ; cela ne peut être qu’écarté par les observateurs non dillettantes.

De même insister sur l’idée d’accélérer les réformes parce que l’on s’aperçoit que l’absentéisme a eu du succès à droite, ne doit pas faire non plus illusion, puisqu’aucune réforme fondamentale n’a eu l’ombre d’une esquisse d’émergence, par exemple la question des coûts de la protection sociale pour les petites et moyennes entreprises.

“On” a même parlé de donner un coup de pouce au SMIC, ce qui est la mesure conservatrice par exellence, alors que la mesure néomoderne (au sens de ne pa être seulement libérale…) consisterait à proposer une modulation du salaire en échange d’une formation et/ou d’une prise de risque en participant au capital de l’entreprise.

Idem pour les coûts sociaux, où il ne s’agit évidemment pas de réduire les prestrations mais de leur donner une assise plus pérenne basée sur l’économie d’échelle pour les formations et les soins lourds, la synergie à l’international, la concurrence mesurée au niveau national.

Certes, la situation financière mondiale est troublée, mais la haute mer n’a jamais été de tout repos ; et si l’on arrive à bien faire attention dans la gestion des volumes alors le risque s’amenuise et permettrait de ne pas amputer les entreprises de leur dynamisme, surtout celles à même de réinventer en leur sein des relations sociales basées plutôt sur l’esprit d’équipe comme le prône Laurence Parisot que sur la combine qui parfois coûte bien plus.
La morgue des gens dits bien nés ne fait pas une politique, même au Fouquet’s.

Il serait temps de créer les conditions d’une relève qui renvoie dos à dos conservateurs et socialistes en leur rappelant qu’ils font seulement partie du 20 ème siècle et que celui-ci a échoué finalement en 1989 avec la chute du Mur dont le dernier râle fut le 11 septembre 2001.

Ils ne sont pas outillés pour penser et agir dans notre 21ème siècle techno-urbain agité encore par les soubresauts totalitaires qui ont sinon détruit l’âme occidentale du moins l’ont sérieusement blessé. La convalescence, possible, sera longue. Aussi convient-il de ne plus s’embarrasser de faux fuyants ni de poids morts. Du moins, si l’on désire s’élever.


Lucien SA Oulahbib

https://en.wikipedia.org/wiki/Lucien-Samir_Oulahbib

Voir tous les articles de Lucien SA Oulahbib →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :