18 juin 2021

Sarkozy, otage volontaire du système national-étatiste ?

Il est cependant dommage que le président français, certes aux abois financièrement, en rajoute ainsi dans le cirage de pompes, mais le pli est pris, et à voir tous les expédients imaginés pour renflouer les caisses trouées des finances publiques on se doute qu’un peu d’hypocrisie n’a jamais fait de mal à personne.

Seulement, tant que durera cette dépendance de l’économie française au marché public ou institutionnel dominé par les Etats, les courbettes continueront, voire pis encore…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :