28 janvier 2023

L’école au pilori

Cette histoire de téléphone portable à l’école, de même, d’ailleurs, que la scandaleuse idée de la cagnotte, est tout à fait révélatrice de l’impasse dans laquelle le système scolaire se trouve aujourd’hui enfermé à double tour. Comme le pouvoir politique, fût-il même démocratiquement élu, s’est au fil du temps privé des moyens d’imposer une autorité d’ailleurs de plus en plus battue en brèche, une vraie volonté de réformer en profondeur a déserté les élites. En foi de quoi on tourne en rond, on n’ose plus toucher à la forteresse Education nationale réputée inexpugnable, on ne vit plus que d’expédients qui contribuent à anéantir chaque fois un peu plus l’école de la République.
 
    Nous ne cessons de le répéter, la France est parvenue à une croisée des chemins qui, désormais, lui interdit tout droit à l’erreur; mais a-t-elle encore les moyens du sursaut sans lequel elle a toutes les chances de sombrer corps et biens ?
 
    Dès lors que les professeurs (les profs !) sont mis dans l’incapacité de se faire respecter et, par conséquent, de faire respecter un minimum de discipline hors de laquelle plus grand chose n’a réellement de sens, alors il faut craindre le pire.
 
    Pour ne s’attacher qu’à l’exemple du portable à l’école, qui, d’ailleurs, induit tous les autres dysfonctionnements partout observés, il n’y a pas d’autre solution que de revenir aux vraies valeurs qui fondent une société harmonieuse.
 
    L’idéal serait donc que les élèves comprennent d’eux-mêmes que s’ils veulent vraiment assurer leur avenir sur des bases solides, il doivent assumer un minimum de règles de vie sans quoi ils risquent fort de rejoindre les rangs déjà serrés des laissés-pour-compte.   
 
    Mais dans l’état de décomposition avancée qui caractérise notre système éducatif je suis bien conscient, en disant cela, de rêver tout éveillé… Sans omettre de signaler à quel point le corps social, privé de tout repère, est alors réduit au désespoir.
 
    Enfin, l’idée hirschienne de remédier à l’absentéisme scolaire par le biais du fric donne une idée précise de l’impuissance juridique, morale et politique à laquelle, à force de se renier, le Pouvoir se trouve aujourd’hui confronté : y survivra-t-il ? Rien n’est moins sûr.
 
Librement !
Philippe (Sully) ROBERT
Membre du Parti libéral démocrate
http://sully1.typepad.com & http://cozop.com/sully1/
02400 FRANCE
 
 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :