2 février 2023

Israël sous le choc

Le soir du 31 août 2010, un attentat à l'arme automatique a été perpétré par des terroristes palestiniens contre 4 israéliens qui circulaient au carrefour Bné Naim près de Kiryat Arba. Les quatre israéliens ont été tués. Cet attentat intervient alors que le Premier ministre israélien Binyamin Netanyahu a quitté Israël pour les Etats-Unis où l'attendent le président américain Barack Obama et le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas pour redémarrer les discussions de paix directes entre les deux parties.
 
Les brigades des martyrs d'Al-Aqsa, branche armée du Fatah du mouvement du président palestinien Mahmoud Abbas ont revendiqué l'attentat  qui a coûté la vie à quatre israéliens. Des hauts fonctionnaires de l'Autorité palestinienne ont affirmé qu'il s'agissait d'une couverture pour les véritables commanditaires de l'attentat, destinée à embarrasser le président Abbas au moment où celui-ci s'apprête à reprendre les conversations directes avec Israël.
 
Le Premier ministre israélien avait souligner à la secrétaire d'État américaine, Hillary Clinton, qu'il a rencontré dès son arrivée à Washington, que cet attentat prouve à quel point les exigences de garanties de sécurité sont pour Israël des considérations sur lesquelles il ne transigera pas dans le cadre d'un accord global avec les Palestiniens.
Le  Conseil des localités juives de Judée Samarie a appelé le Premier ministre Binyamin Netanyahu à rentrer en Israël suite à l'attentat dans lequel ont été assassinés quatre israéliens. Le président du Conseil, Naftali Bennet a affirmé qu'il s'agissait ''d'un massacre qui ne visait pas le torpillage des pourparlers mais qui était le résultat direct de la logique de ces discussions et de ce mouvement de concessions''. Netanyahu qui avait su annuler sa visite aux États-Unis après l'arraisonnement de la flottille terroriste turque ''se doit de rentrer en Israël lorsque des Israéliens sont massacrés'' conclut Bennet.
 
 
Des proches du Premier ministre israélien Binyamin Netanyahu ont indiqué que les pourparlers directs avec les Palestiniens débuteraient comme prévu, et ce malgré l'attentat sanglant de ce soir qui a tué 4 israéliens, près de Hébron. Cependant, ces derniers ont indiqué que ''la politique de riposte d'Israël aux attentats resterait la même que lors des attentats précédents'
 
 
"Cet attentat était couru d'avance, étant donné que Mahmoud Abbas ferme les yeux voire encourage les éléments terroristes'' a déclaré, en réaction à l'attentat , le chef du parti ''la maison juive'' (nouveau parti national-religieux) Zvoulon Orlev. Selon lui, ''les illusions des discussions de paix'' encouragent un relâchement sécuritaire, parmi les services de sécurité et indique que le Premier ministre Binyamin Netanyahu doit ''ordonner à l'armée de mener une vaste opération contre le terrorisme et reconsidérer les allègements de check points consentis aux Palestiniens''.
 
 
En réponse à l'attentat meurtrier  qui a coûté la vie à quatre israéliens, le député Ouri Ariel du parti ''Union national'' a déclaré ''qu'il était clair aujourd'hui que les périodes les plus marquées par la violence terroriste apparaissaient dès qu'un processus politique était engagé''. Ce dernier a ajouté que Netanyahu devait ''stopper immédiatement les pourparlers avec les Palestiniens pour se concentrer sur la promesse de paix pour les citoyens d'Israël''. Le député de droite a exigé le gel des discussions avec les Palestiniens après cet attentat meurtrier
 
Le député Likoud Karmel Shama a appelé à reprendre la construction en Judee-Samarie, en réponse à l'attentat du 31 août. '' Les assassins de la paix nous envoient de nouveau un message clair et sans ambages en nous montrant à qui nous avons affaire, il est impensable de voir que ces Palestiniens qui construisent des nouvelles villes entières et qui nous assassinent parallèlement puissent exiger de nous l'arrêt de la construction en Judée-Samarie après une si longue période de gel'' a déclaré Shama. ''Nous devons au contraire reprendre la construction dès demain matin pour répondre à cet acte criminel'' a-t-il conclu.
 
Le ministre de la Défense Ehoud Barak a évoqué le 31 août 2010, en marge de la cérémonie de remise du prix de la sécurité 2010, la reprise des négociations directes avec les Palestiniens affirmant ''qu'en tant que ministre de la Défense'' il était ''conscient des défis sécuritaires à relever'' tout en ''croyant totalement qu'il faille exploiter cette fenêtre d'opportunités qui pourrait nous conduire à la paix tant souhaitée''.
 
 
Le vice Premier ministre Sylvain Shalom, qui est Premier ministre par intérim en l'absence de Netanyahu, a publié un communiqué disant que "Malheureusement, il a, une fois de plus, été prouvé que pendant que nous travaillons à trouver des moyens pour promouvoir la paix et la coexistence, il y a ceux qui essayent toujours de commettre des actes de terreur et de meurtres d'innocents" a dit M. Shalom. "Plus que jamais, il est clair que les véritables obstacles à la paix sont la terreur et les extrémistes qui feraient n'importe quoi pour enflammer toute la région. L'Autorité palestinienne doit remplir ses obligations dans sa juridiction".

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :