1 février 2023

la Cyrénaïque se soulève

 Environ 2 millions de manifestants cyrénaïques, la moitié de la population libyenne qui contrôle la moitié du pays et une partie de ses ressources pétrolières, s’est embarquée, dimanche 20 février, dans une révolte de grande envergure, contre Mouammar Kadhafi et son régime dominé par l’influence tripolitaine. A la différence des mouvements pour les droits civiques qui se répandent au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, en Libye, la moitié du pays se lève contre l’autre moitié, en même temps qu’elle lutte pour renverser un dictateur qui détient le pouvoir depuis 42 ans.

 

 

Depuis la semaine dernière, des batailles à l’arme lourde se déroulent à Benghazi, Al Bayda, Al Marj, Tobrouk et au moins deux autres villes. Dans certains endroits, les sources militaires de Debkafile révèlent que les manifestants ont dévalisé les bases de l’armée et saisi de vastes quantités de missiles, de mortiers, de mitrailleuses lourdes et de véhicules blindés – et les ont ensuite utilisés. L’importante base de commandement de la brigade Fadil Ben Omar, à Benghazi, a été réduite en cendres.

 

 

Nos sources citent des témoins qui ont détecté des membres des tribus berbères parmi les insurgés, ce qui serait de bonne augure pour l’Algérie ou le Maroc et leurs vastes populations berbérophones.

 

Les rapports de massacres et de l’importation de mercenaires, particulièrement à Benghazi, proviennent essentiellement des sources de l’opposition en Europe de l’Ouest et ne peuvent être confirmées de façon indépendante, en temps réel. Pas plus, du reste, qu’on ne peut confirmer les rapports des mêmes sources, dimanche soir, selon lesquelles le pouvoir de Kadhafi se serait effondré et que la révolte serait en train de s'’étendre.

 

 

Parallèlement, il ne fait aucun doute que Kadhafi n’aura aucun scrupule à employer les mesures les plus brutales, en désespoir de cause, pour parvenir à sauver son régime, s’il ne l’a déjà fait. Les sources hospitalières font état de centaines de morts et de blessés. Il a simultanément conféré à son cousin et chef dela sécurité, Ahmed Gaddaf al-Dam, la responsabilité des efforts de l’armée pour venir à bout du soulèvement à Benghazi. La majeure partie de la ville apparaît être tombée entre les mains des protestataires, à l’exception de l’aéroport, par lequel le dirigeant achemine des renforts imposants et les envoie directement au combat.

 

 

Jusqu’à présent, l’armée de l’air et la marine libyenne n’ont pas été déployées. L’entrée en action d’hélicoptères mitraillant la foule n’est confirmée qu’en un seul endroit,  à Al Bayda.


Depuis samedi après-midi, Khadafi n’a pas été vu ou entendu en public. Selon certaines rumeurs, il aurait quitté Tripoli et se serait installé dans l’oasis saharienne de Sebha, son lieu de naissance dans sa tribu. Jusqu’à présent, il a maintenu l’afflux de renforts militaires en direction des six villes rebelles, parce que la ville et les alentours de Tripoli restent relativement calmes. Mais si jamais Tripoli et ses environs se soulèvent également, il se retrouvera à court de forces militaires pour maîtriser les troubles dans les deux parties du pays.

 

Plusieurs Libyens s’interposant comme médiateurs ont proposé un cessez-le-feu entre Kadhafi et les révoltés, alors que le gouvernement démissionnerait et que l’ancien Premier Ministre populaire Abdul Salam Jaloud serait nommé Premier Ministre, jusqu’à ce que la crise soit résolue. Mais Jaloud a décliné l’offre.


Il est trop tôt pour déterminer par avance de quelle façon tournera l’épreuve de force entre l’armée de Kadhafi et les manifestants-insurgés de Cyrénaïque. Avant qu’elle ne s’achève, les provinces libyennes de l’Est pourraient devoir faire appel au sacrifice de milliers de morts et de blessés supplémentaires. Si les habitants de Cyrénaïque parviennent à maintenir la pression, ils seront en position de découper la Lybie en deux et de faire sécession à l’égard du régime tripolitain de Kadhafi.

 

DEBKAfile  Reportage Spécial 20 février  2011, 11:24 PM (GMT+02:00)

 

Adapté par Marc Brzustowski

 

Pour © 2011 lessakele  et © 2011 aschkel.info

 

 

http://www.debka.com/article/20691/

Une réflexion sur « la Cyrénaïque se soulève »

  1. Ping : prada bags

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :