2 février 2023

L’Occident suicidaire…

“Il faut savoir finir une guerre” a récemment déclaré Nicolas SARKOZY en visite surprise en Afghanistan. Mais une guerre ne peut se terminer que de deux façons possibles : par une victoire sans coup férir ou bien, au pire, par une retraite en rase campagne.

Historiquement parlant, en Algérie, le pouvoir politique désireux d’en finir à n’importe quel prix a endossé la terrible responsabilité, humainement insoutenable, de muer la victoire des armes acquise sur le terrain en cuisante défaite.

En Afghanistan, la même logique de “savoir finir une guerre”, fût-ce dans le déshonneur, s’est aujourd’hui emparée de l’esprit du Prince de la même façon que la raison d’Etat, en 1962, avait prévalu sur toute autre considération d’ordre humanitaire.

A la Maison Blanche, l’idéologue ultragauchiste Barack OBAMA va même plus loin : pressé de saborder l’influence des Etats-Unis encore vivace par toute la planète, il retire prématurément et dans la hâte ses forces armées confrontées au terrorisme invaincu des Taliban…

Une décision lourde de conséquences à laquelle s’est rallié avec enthousiasme le Président français visiblement (et uniquement ?) préoccupé d’assurer sa réélection en 2012, quitte à insulter gravement l’avenir en sacrifiant à la tyrannie du court-terme !

A la lumière de tous ces faits, on peut à bon droit se demander si l’Occident, dont la volonté de plus en plus suicidaire de rendre les armes lui colle à la peau comme une tunique de Nessus, se souvient encore qu’il fut défié, à mort, un certain 11 septembre ?…

Librement !
Philippe S. ROBERT
http://sully1.typepad.com & facebook
02400 FRANCE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :