7 octobre 2022

Le nain turc et autres coraneries

Imaginez que cela soit la chasse israélienne et non pas syrienne qui ait abattu un avion turc, cela aurait été le branle bas de combat, l'appel au djihad (sous toutes ses formes), surtout lorsqu'il s'avère que l'avion turc est revenu dans l'espace international lorsqu'il s'est aperçu de son erreur. Certes, la Syrie s'est excusée, mais en même temps met en garde contre toutes "représailles", ce qui en dit long sur sa volonté d'empêcher tout tentative d'attaques aériennes cherchant à briser son armée d'assassins. 

Mais chut ! ces tueurs syriens ne luttent-ils pas contre des "terroristes", des "islamistes"… Il est dommage que Zemmour et Riposte Laïque analysent de fait (1) le nationalisme arabe du parti Baath comme étant un rempart ("laïc" disent d'autres) alors que le nationalisme arabe a islamisé ces divers pays au détriment toujours des mouvements non religieux (tout en éliminant ses concurrents) ces mouvemnts étant par ailleurs bien trop préoccupés à gauchir leur haine anti-sioniste et anti-impérialiste, pour s'occuper de la sphère spirituelle et la solidarité au jour le jour abandonnées aux barbus tout comme en Algérie. Même la Kabylie en crève aujourd'hui, il suffit de lire le reportage de l'envoyée spéciale de Kabyles.net pour s'apercevoir que faute de débouchés politiques et culturels une partie de la jeunesse kabyle sombre dans la décomposition avant sans doute de se faire ramasser par les barbus comme ceux-ci le font en France à la grande joie de certains idiots utiles qui jugent leur rôle nécessaire puisqu'ils sauvent des jeunes de la "drogue". 

Il ne suffit donc pas de se plaindre de la montée en puissance de l'islam radical sans essayer de comprendre celle-ci qui a peu de choses à voir avec les facteurs socioéconomiques (Ben Laden était richissime et Mohamed Merah vivait dans un quartier cossu de Toulouse). Vociférer contre est dépassé si n'est pas analysé en même temps pourquoi l'islam est devenu un espoir, y compris pour les anciens communistes en mal d'avant-garde, tous unis contre la Modernité, alors qu'ils sont les premiers à participer à ses dérives puisqu'elles seraient sa perte. Or, la bataille doit être menée sur ces deux fronts puisque le nihilisme du déconstructionnisme relativiste anti-sioniste et complotiste alimente simultanément l'islam radical et l'extrême droite anti-assimilationniste qui, au-delà de leur opposition, s'accordent comme naguère à lutter contre l'alliance impérialiste-sioniste (remake du judéo-capitalisme) et donc également contre l'État de Droit encore embryonnaire en France.

Ce qui se joue entre l'islam, ses alliés directs d'extrême gauche et d'extrême droite, d'une part, et la démocratie républicaine d'autre part, ne peut plus être pris en charge par toute cette gauche et droite, alliés indirects, qui ont alimenté l'ensemble en empêchant la critique frontale contre l'islam, en favorisant un étatisme tueur de libertés et créateur de misère économique qu'ils prétendent combattre pourtant en montrant du doigt durant les périodes électorales les ennemis "sans visage de la finance" (alors qu'ils sont amis dans les coulisses) alors que la structure politique de l'étatisme a toujours fait en sorte de défendre les grandes clientèles privées/publiques de l'élite ploutocratique au détriment du peuple sommé ces temps-ci de se soumettre, de baisser les yeux, de se faire enfiler au nom du progressisme, tuer, tabasser, de payer les taxes et surtaxes au nom d'un service public qu'ils parasitent, gardant les meilleures places, ouvrant le reste à la terre entière afin de se fabriquer une clientèle facile qui ne manque pas d'applaudir et de faire quand il faut où il faut, tels des zombis, lobotomisés en plus, ce qui fait tout de même beaucoup.

Jusqu'où les islamistes désormais au pouvoir (au grand dam d'une Caroline Fourest toujours persuadée qu'ils sont mal lu le livre de "paix" qui leur sert d'arme de destruction massive) iront dans la désécularisation ? Jusqu'où ? On a vu qu'ils sont capables d'interrompre des expos et des diffusions et même de faire condamner par la "justice" les responsables. Pas grand monde pour s'en plaindre. A-t-on vu des manifestations "unitaires" permanentes devant l'ambassade syrienne, tunisienne, égyptienne, algérienne ? Bien sûr que non, hormis une micro-manif faite par acquis de conscience alors que la maison brûle.

Les démocrates réels n'ont plus que leurs yeux pour pleurer. Et aussi le souvenir pour se rappeler le temps où l'on savait penser et agir (et donc jouer aussi au foot). Les jeux ne sont pas encore faits cependant, puisque l'islam loin d'être la solution est le problème pour ces sociétés qui aimeraient construire leur propre voie, or ce n'est pas en corsetant l'économie, les femmes, que l'islam y arrivera ; pas plus que sa version khomeyniste. Il reste les versions asiatiques, (Malaisie, Indonésie) sauf que Lady Gaga a été interdite de scène dans ce dernier pays, et aussi la version européenne qui est prête à toutes les compromissions.

 

 

Note 1 : " François Hollande, qui n’a pas de mots assez durs contre le régime syrien, à qui il reproche de ne pas subir le sort des autres « printemps arabes », à savoir le remplacement de régimes nationalistes arabes par des dictatures islamistes, vient, sans vergogne, de féliciter le candidat des Frères musulmans égyptiens, vainqueur des élections. Hasard ? "

Lucien SA Oulahbib

https://en.wikipedia.org/wiki/Lucien-Samir_Oulahbib

Voir tous les articles de Lucien SA Oulahbib →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


%d blogueurs aiment cette page :