7 février 2023

Le Hamas et les femmes de Palestine

Dans l'article 12 de sa charte, le Hamas indique que les femmes peuvent se battre pour la "libération nationale", dans des termes qui montrent également la place que réservent les militants fondamentalistes aux femmes dans la société en général :

"Une femme peut sortir de chez elle pour aller combattre l¹ennemi sans la permission de son mari. De la même manière fait l¹esclave : sans recourir à la permission de son maître "

La lutte nationaliste est le seul point où le Hamas reconnaît qu¹une femme peut faire quelque chose « sans la permission de son mari ». Et le parallèle entre la femme et l¹esclave est édifiant : pour le Hamas, la femme est l¹esclave de l¹homme !

L¹article 17 développe par ailleurs le rôle de la « femme combattante » :

« Dans la bataille pour la libération, la femme musulmane n¹a pas un rôle moins important que celui de l¹homme musulman. C¹est elle qui fait les hommes. »

La suite ?

« Dans le foyer, la femme combattante, qu¹elle soit mère ou soeur, joue le rôle le plus important en prenant soin de la famille, en élevant les enfants et en leur transmettant les valeurs morales et les pensées tirées de l¹Islam. Elle doit leur apprendre à accomplir les devoirs religieux pour les préparer au rôle de combattant qui les attendent. C¹est pourquoi il est nécessaire d¹être très attentif aux écoles et au programme suivi pour l¹éducation des filles musulmanes. Elles deviendront ainsi de bonnes mères, conscientes de leur rôle dans le combat pour la Libération.

Elle doit avoir suffisamment de connaissance et d¹entendement pour l¹exécution des tâches ménagères, parce qu¹être économe et éviter le gaspillage du budget familial est une des exigences pour aller de l¹avant dans les conditions difficiles qui nous entourent. »

Bref, le rôle traditionnel de la femme, soumise, mère au foyer et boniche !

La quasi-totalité des autres articles de cette charte sont des rappels du caractère religieux du mouvement intégriste et de sa volonté d¹instaurer une théocratie. Cela est d¹ailleurs dit très clairement dans l¹article 27 de la charte :

« La Laïcité est en contradiction complète avec l¹idéologie religieuse. »

Et, plus loin :

« nous ne sommes pas en mesure d¹échanger la Palestine islamique présente ou future avec l¹idée laïque. La nature islamique de la Palestine fait partie de notre religion et quiconque prend sa religion avec légèreté est un perdant. »

Aussi, en toute logique et très clairement, le Hamas considère dans son article 11 :

« La loi gouvernant la terre de Palestine est celle de la Charia Islamique »

Et même :

« Toute procédure en contradiction avec la Charia Islamique, où la Palestine est concernée, est nulle et non-avenue. »

Doit-on rappeler ce que signifie la Charia pour les femmes ? Comme dans toutes les religions, le coran, texte écrit par des hommes au 7ème siècle, légitime l'inégalité entre les sexes. La charia indique ainsi qu¹une femme ne peut recevoir que la moitié de la part d¹héritage d¹un homme, elle permet à l¹homme de répudier son épouse, elle condamne à la lapidation la femme jugée « adultère », pratique qui est appliquée dans un pays comme l¹Iran qui finance d¹ailleurs le Hamas, etc…

Et bien sûr, c¹est la lecture la plus stricte de la charia que le Hamas applique. Ainsi si l'obligation de se voiler n¹est pas inscrite dans le coran, une des premières campagnes des islamistes en Palestine fut de forcer les femmes à porter le voile, symbole de leur infériorité et de l'apartheid sexiste. Cet apartheid sexiste, le Hamas l'a clairement indiqué lorsque le conseil municipal dirigé par le Hamas de la ville de Qualqilya en Cisjordanie a empêché un festival de plein air de musique et de danse. Pour justifier sa décision, Moustafa Sabri, conseiller municipal du Hamas, a même indiqué : « Nous avons été élus par des personnes qui veulent que nous conservons les valeurs traditionnelles de la ville. Ces valeurs interdisent le mélange entre les sexes. Les habitants de Qualqilya nous ont félicité pour notre décision ».

De même, lorsque des assassins du Hamas exécute Youra dans la Bande de Gaza parce qu¹elle se promène avec son fiancé, ce n¹est même pas une application de la charia !

Et lorsque les leaders du Hamas ont reconnu avoir commis une « erreur » (qu¹est-ce que la vie d¹une femme pour ces meurtriers !?!), Mouchira Masri, porte-parole du Hamas a ajouté : « Les lois palestiniennes permettent des crimes comme la consommation de vin et l¹adultère. Il y a une augmentation récente de ces crimes et personne n¹est puni ».

Assassiner une femme, c¹est juste une « erreur » pour le Hamas, par contre, l¹adultère ou la consommation de vin sont des crimes… Voilà bien leur conception de la dignité humaine !!

Aux portes du pouvoir, le Hamas commence à dire que finalement, dans certaines conditions, il pourrait discuter avec l¹Etat d¹Israël, mais il y a un point de ce programme qu¹il ne reniera jamais : celui de ramener la Palestine à l¹époque du Moyen-Age (et encore ! Un Moyen-Age fantasmé ! Pas le Moyen-Age arabe qui a produit des grands poètes comme Abou Nawas, mais le Moyen-Age occidental de l¹inquisition cléricale !) et sa haine des femmes et de leur autonomie.

Publié en 2006

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :