7 février 2023

Zimmerman, suite

Alors que Obama racialise la question, il n'est pas inintéressant de lire quelques remarques dans des blogs pourtant pro "Martin" :

" Pierre-O BD dit :

14 juillet 2013 à 15 h 35 min
Martin n’avait pas “que 17ans”, c’était un garçon plus grand et plus costaux que Zimmerman, un jouer de football très athlétique alors Zimmerman est un gars pas en forme. Martin est habitué de se bagarrer à l’école, et est suspendu à quelques reprises parce qu’il aime bien chercher la bagarre. Vous n’avancez aucune preuve que Zimmerman soit raciste, alors qu’on a des évidences du contraire, il vit dans un quartier clôturé (donc propriété privée) où ses voisins sont noirs, il les a accueillis chez lui à quelques reprises pour les aider. Le quartier connaissait des problèmes de cambriolage depuis quelques temps, d’où la surveillance par les citoyens, et c’était le soir de Zimmerman. Zimmerman interpelle Martin, qu’il identifie à la police comme punk (pas comme noir), qui poursuit son chemin. Martin embusque Zimmerman et lui assène un coup de poing qui lui fracture le nez, puis le projette au sol, lui frappant le crâne contre le béton à plusieurs répétitions. Pendant 30 secondes, Zimmerman appelle à l’aide (on peut l’entendre sur l’appel 911), au bout desquelles Martin essaie de prendre son arme. Zimmerman tire Martin, craignant pour sa vie (à ce moment il était seul, sous Martin et commençait à être plutôt amoché).

C’est évident qu’on peut embarquer dans un narratif de marxisme culturel “eux contre nous” à la Saul Alinski. Ce qu’un vrai journaliste fait, c’est de rapporter des faits contextualisés, pas 8 phrases punchées qui semblent résumer un événement, mais simplement de façon cherry-pickée défendent une narrative orientée depuis le début.

Ce qui m’étonne aussi c’est que vous ne défendiez pas la présomption d’innocence, pourtant un des plus grand piliers de notre justice. Je préfère 1000 fois mettre un criminel en liberté qu’un innocent en prison. Mais ça, c’est pas important si on peut inventer une belle histoire de racisme.

Signaler un abus
Louis-Philippe Champagne dit :
14 juillet 2013 à 15 h 43 min
Ce genre de billet ne peut qu’avoir été écrit pas une perosnne qui n’a pas suivit le procès. Chacun des points soulevés est au mieux démagogique au pire un mensonge…

Il a été montré que c’est Martin qui a atttaqué Zimmerman, qu’il a immobilisé Zimmerman au sol pour le frapper et qu’il a même essayé de le désarmer.

Ce n’est pas pour rien qu’un jury de 6 personnes est arrivé a cette conclusion, c’était la seule possible."

Une réflexion sur « Zimmerman, suite »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :