2 février 2023

Pourquoi ne comprennent-ils pas ?

Pourquoi ne savent-"ils" pas par exemple que les Talibans et les Boko Haram ne sont pas, en soi, contre la présence des filles à l'école, à partir du moment cependant où il s'agirait d'une école coranique ? Pourquoi mentent-ils sur ce point diabolisant ainsi les Talibans alors que ceux-ci ne font qu'appliquer les principes dictés par l'histoire de l'islam ? Pourquoi n'organisent-"ils" pas une conférence internationale filmée, eux débattant avec ces partisans de l'école coranique ? On verrait bien… 

Pourquoi ne savent-"ils" pas ou ne veulent-"ils" pas savoir que la montée du FN est, aussi, et sans doute surtout (dans le sud de la France) le résultat de l'échec "algérien" soixante ans après? Une dictature nationaliste fascisante est arrivée au pouvoir en 1962, tout en jetant à la mer plus d'un million de personnes et ce dans l'indifférence quasi générale et sous les quolibets d'une gauche hypocrite restant obstinément silencieuse devant les massacres communistes (pour ne pas désespérer Billancourt disait Sartre) mais hurlant parce que certains en "Algérie" comme le Pen père ont dérapé dans la guerre. Et n'ont-ils pas laissé mourir ceux qui se battaient pour un pays pluriel et démocratique (comme les Kabyles, sacrifiés, comme d'habitude ou se vendant aux nouveaux colons baassistes et nassériens).

Aujourd'hui certains rejetons FLN (et FIS) ayant pourtant fui le bonheur arabo-musulman se comportent en France en pays conquis dans les endroits où on leur a dit qu'ils pouvaient faire ce qu'ils voulaient puisque de toute façon l'état bourgeois payera et que rien ni personne ne leur dira quoique ce soit parce que la Brigade de la Vertu veille (et vient de porter plainte contre Valls, tant elle est toute puissante). 

Idem en Afrique noire où les élites corrompues parasitant la France ont mis en place d'autres faux états vampires avec la bénédiction du gaullisme, du socialisme, et du communisme, et qui, aujourd'hui déversent, leur surplus démographique en Europe faute de développement empêché chez eux par toute cette clique qui existait bien avant qu' "ils" qualifient leurs propres méfaits de "produits du néo-libéralisme", ce qui est d'un ridicule rare (autant accuser la Chine au Tibet ou le Venezuela en Guyana de ce même qualificatif).

L'actuelle implosion de certains états nord-africains et proche-orientaux, libyens, tunisiens, égyptiens, syriens, vient tout droit de la faillite du tiers-mondiste gaulliste et socialo-communiste d'une part (les fameux chasse neiges soviétiques importés), de l'arabo-islamique d'autre part. Mais les belles âmes qui croient encore que les Talibans et les Boko Haram veulent empêcher les filles d'aller à " l'école" crient toujours au loup (Parisot sur Europe 1 samedi 12 octobre avec le recteur de la mosquée de Paris), au racisme, à la moindre critique, analyse sérieuse, mettant tout sur le dos du "néo-libéralisme" en général, de "l'inégalité" et de la "domination" en particulier au lieu de se regarder dans le miroir et d'y voir ainsi aussi, surtout, la véritable cause de l'effondrement actuel, et qui empire de plus en plus, il enfle comme un désir de bulle voulant exploser (l'une des affiches de la Biennale de Lyon). Jusqu'où ? C'est précisément, là, le point de non retour, qui vient à vive allure, qui est déjà là, qui a déjà été franchi, le précipice a été franchi, mais comme dans les bandes dessinées, tout le monde feint de ne pas le voir.

Car tant que l'impact n'arrive pas, le dur toucher du béton, tout le monde se dit "pour le moment tout va bien" et pourtant plus dure sera la chute et malheur aux vaincus, telle est la dure loi de l'Histoire, une loi d'airain disait Marx. Mais n'est-ce pas là ce que désirent certains? Être (enfin) soumis ? Ne lisent-ils pas déjà la littérature à cet effet, qu'elle soit libertine ou religieuse ? Déjà le dit art contemporain avait préparé cet effondrement en interdisant toute figuration (tandis que le bon peuple, assoiffé de beau, de vrai, court aux expositions des peintres d'autrefois parce que les musées vénaux ont besoin de la manne pour se financer, eux, et l'innommable). "Ils" triomphent désormais à Dubaï.

Et ne voit-on pas que certains font tout pour réveiller le néo-nationalisme de l'entre-soi (Manuel Valls compris avec ses phrases programmées exprès) afin ensuite prétendre le combattre, réitérant évidemment le coup des années 30-50 qui a vu ainsi toute une génération de patriotes à fleur de peau (échappés pour certains des colonnes infernales robespierristes aujourd'hui encore en vogue jusqu'à Cynthia Fleury, nouveau membre du comité d'éthique) se réfugier dans les jupes du totalitarisme social-étatiste par peur de son frère jumeau communiste qui voulait refonder l'Humanité, la remodeler, au sens littéral (comme aujourd'hui avec la théorie (queer) du (trans)genre représentée à l'Université et aussi au comité d'éthique) ou comment remettre en cause le fondement même de la légitimité humaine, la liberté, la vérité, l'amitié entre deux femmes : ainsi dans le film "la vie d'Adèle", la dictature de l'homosexualité obligatoire se forge dans la confusion entre amitié et obligation de sexe, comme le fait de forcer à accepter que l'on dorme nue puis de fil en aiguille on fait du chantage, on "convertit", on devient ob/scène comme dans le dernier film de Lars Von Trier...

Mais cette génération qui s'est réfugiée dans le national-étatisme a (tout) perdu. Au profit de la génération "anti-fa" genre Aragon et son Histoire de l'URSS qui justifia la destruction des paysans "riches" russes "en tant que classe" ou le racisme social. Et ces vainqueurs (grâce aux Américains, insultés par la suite, les soviétiques n'auraient pas résisté sans l'armement envoyé par Roosevelt)  arrivèrent au pouvoir, dans les institutions, les éditions, l'Université, ("ils" sont encore là) avec parfois à peine un certificat d'étude en poche mais des (faux) certificats de "résistance" en surnombre.

Cette génération a contribué en réalité à la création des conditions de l'arrivée au pouvoir du nazisme en Allemagne (en allant attaquer avec les nazis les meetings sociaux-démocrates) et du fascisme en Italie (fondé par le socialiste Mussolini) tout en soutenant plus à l'Est le massacre de générations entières (de communistes y compris) qui mourraient sous les balles rouges, actions communistes toujours vénérées en France tout en exigeant que les familles remboursent les balles comme en Chine ou alors, comme aujourd'hui en donnant les organes des exécutés.

Aujourd'hui "ils" tentent de terroriser en hurlant au loup qu' "ils" ont eux-mêmes contribué à ré-installer (au sens littéral, dans les Pyrénées par exemple). Voilà pourquoi serait-il temps de s'en débarrasser. Sans faire de chasse aux sorcières. Mais en redonnant la liberté au peuple, en permettant la création d'universités libres, de transports en communs libres, d'assurances sociales libres, en éliminant aussi le numerus clausus qui empêche l'école libre de se développer ; le tout évidemment supervisé par des Autorités indépendantes. Redonner la liberté au peuple de France, aux peuples d'Europe, aux peuples du Monde, voilà l'enjeu.Celui du Néo-modernisme.
Au-delà des factions. Hors des chemins qui ne mènent nulle part, pour sortir, libre, de la non philosophie.

 

Sortie prévue dans un mois…

Lucien SA Oulahbib

https://en.wikipedia.org/wiki/Lucien-Samir_Oulahbib

Voir tous les articles de Lucien SA Oulahbib →

Une réflexion sur « Pourquoi ne comprennent-ils pas ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :