24 septembre 2021

Un bilan de l’année 2013


 

 Les résultats sont là : alors que les dépenses publiques n’ont jamais été aussi hautes en France, la misère s’étend, les Restaurants du Cœur débordent, les inégalités de formation s’accroissent, la France en un mot dégringole dans divers classements, le tout non pas parce que la spoliation n’a pas été assez loin, mais bien parce que les solutions prônées n’ont fait qu’aggraver la situation, bref, elles ne marchent pas.
 
 
Plus en amont les expériences communistes, aujourd’hui néo-bolivaristes (le Venezuela s'enfonce et Mélenchon le sait, se tait) le démontrent amplement. Même la social-démocratie a mis du libéralisme dans son rosé. Mais qu'à cela ne tienne, d'aucuns préfèrent accroître la spoliation en s'en prenant de plus en plus aux classes moyennes (comme en Russie en 17) via la fusion annoncée entre la CSG et l'IR. Parce qu'il s'agit de dépouiller encore plus, de rendre égal les corps (care), comme dans les camps de concentration ou de travail afin que l'on puisse se les accaparer au nom du désir pour tous, au nom de cette envie furieuse de leur enlever cette distinction honnie : le fait que le timide ou ayant un physique ingrat puisse contrebalancer cela par une compétence accrue qui lui donne un pouvoir d'achat plus grand et donc un meilleur atour, attrait, qu'il s'agira de contrôler là aussi.

Car si l'amende morale directe punira le client de la "prostituée", l'amende morale indirecte doit punir encore plus le citoyen "riche" puisque sa richesse d'après la vulgate professée ardemment dans l'Education, publique, vient de la mise en prostitution du "salariat". Bon grain et ivraie confondus. De toute façon "à 4000 euros on est riche" avait dit le Président de la République qui de manière pernicieuse très adroite (à droite) fait croire qu'il est en désaccord avec son Premier Ministre alors qu'il joue seulement le rôle du flic gentil. Idem d'ailleurs pour l'histoire de rendre "arabe et orientale" la France, c'est-à-dire d'étendre en réalité ou d'officialiser la colonisation arabo-musulmane qui existe toujours en Afrique du Nord, tout en menaçant d'interdire les livres qui prétendent écrire encore ce qui s'est réellement passé dans le passé français.

Nous avons affaire donc à des fous furieux, qui, au nom de la République, de la Chose Publique, du Bien Commun, de cette part de la liberté mise en commun, ces nouveaux enragés veulent, à tout prix, continuer 1793 (Alexis Corbière du Front de Gauche veut une rue Robespierre), 1917, aller plus loin encore, dépouiller, prétendre que le "privé" spolie alors que le "public" sauve, qu'une sage-femme privée est une méchante femme (qu'elle devienne donc une femme "publique" estampillée "putain de la République" par exemple…) ; de même que le médecin, le dentiste, le "libéral" en un mot, profession comprise, jusqu'à transformer à terme la France en musée cul/turel, c'est-à-dire en vaste bordel clandestin volontaire où l'on se donne pour rien, un prestige, un poste, aux tenanciers étatiques et médiatiques qui ont déjà à leurs pieds une population d'assistés qu'il est possible d'abuser tout en lui distribuant du pain et des jeux, (tout en chantant sur l'air des "enfoirés") tout en pleurant,en pérorant sur les "inégalités" que l'on s'empresse de creuser en sourdine, dans l'ombre des jeunes pousses en fleur.

Certes, "la" France brille en Afrique, mais à quel prix, sinon en tentant de rattraper des dizaines d'années d'abandon, de soutien aux dictatures, puisque l'islamisme vient bien de quelque part (d'où vient l'AQMI ?), qu'il a bien été nourri par toute une politique de soutien idéologique à l'arabo-islamisme puis au clientélisme affairiste africain et nord africain qui a fermé les yeux devant la corruption et les exactions qu'une jeunesse aveuglée pense combattre en s'enrôlant dans une idéologie qui n'est au fond pas si loin de celle au pouvoir en France et ailleurs avec ses harems non dits, ses promotions canapés, sa furieuse confusion entre ses intérêts et ceux de la nation qu'elle nomme République, cette religion absolutiste nouveau genre qui durcit sacralise l'idéologie au rang d'une religion séculière avec ses mandarins et ses codes professés made in langue de bois. Préférant condamner Israël pour éviter son impuissance à contrer un islamisme (syrien) que la caste étatiste défend dans ses rapports sondes (et sa politique étrangère au Qatar en Arabie Saoudite etc) en traitant d'islamophobe la moindre critique censée. Pour combien de temps ? Longtemps encore semble-t-il…Trop longtemps…Mais le peuple accepte, en redemande même, dans le masochisme volontaire et ses cinquante nuances d'étatisme.

Lucien SA Oulahbib

https://en.wikipedia.org/wiki/Lucien-Samir_Oulahbib

Voir tous les articles de Lucien SA Oulahbib →

Une réflexion sur « Un bilan de l’année 2013 »

  1. Ping : sikiş

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :