30 janvier 2023

Étatisme à tous les étages

Qu'il s'agisse de la "plainte" étatique (juridique) américaine contre BNP Paribas ou de l'agacement de la ministre française de la Culture envers l'exil fiscal d'Arthur, force est de constater que la mauvaise conception de l'État, celle de l'État spoliateur, prévaut sur sa bonne conception, celle de l'État facilitateur. Car on voit bien qu'en réalité même aux USA l'État contrôleur et parasite apparaît bien dans toute son ampleur ou le mythe d'ailleurs d'un État américain "libéral".

Ces États se font forts de s'entre-aider pour traquer le mauvais "imposé" qui tente de fuir l'enfer fiscal parce que aujourd'hui le "devoir" du citoyen consiste à payer, payer, payer (et ne pas le faire est une "trahison" clame sans rire une Grande Gueule de RMC), même si c'est injuste inutile au sens où cela ne fait qu'entretenir une classe en excroissance, sous le prétexte de parler et d'agir en votre nom (alors que l'on pourrait fort bien se passer d'eux s'agissant des tâches non régaliennes).

Le danger étant qu'au sein de ces États, de plus en plus en faillite ou alors faisant marcher la planche à billets pour le cacher (ce qui fait rêver Marine Le Pen), certains politiques vont de plus en plus s'orienter non seulement vers le protectionnisme des marchandises afin de se "redresser productivement" (mais cela ne fera qu'accroître le décrochage comme on l'a vu dans les économies dites autocentrées comme au Brésil, Inde, pays communistes), mais aussi aller vers le contrôle des capitaux, ce qui interdirait à d'autres Arthur de s'exiler… Ce sera alors le vrai commencement de la fin…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :