25 janvier 2022

Tunisie : l’arabo-islamisme en pleine action (up-to-date)

Berceau punique, terre ancestrale du Numide chrétien Augustin père de l'Église, la Tunisie militante arabo-islamiste paye avec cet attentat du Bardo (du 18 mars 2015) ses accointances profondes avec la domination arabo-musulmane et ce d'autant plus que cette Tunisie là le revendique haut et fort, engendrant les plus gros contingents de djihadistes, comme si elle voulait par cet étourdissement de plus en plus violent compenser son vide criant d'identité depuis l'invasion et le refus de renouer avec ce passé que la présence française avait un temps rappelée (un témoignage sur RTL le faisait entendre dans le journal d'Yves Calvi, des habitants regrettant cette époque). Cela couvait, et maintenant l'hérésie se répand partout. Comme au 7ème siècle. C'est tout. Aussi dire qu'il s'agit d'un nihilisme ou d'une réplique sociale fabriquant du "paumé"comme le prétendent des pseudo-experts est un non sens.

Il faudrait cesser de faire de la psychosociologie de mauvaise qualité (mais dans ce cas nombre de beaux parleurs seraient au chômage)  puisque l'individu, même "issu-d'un-milieu-défavorisé" peut choisir de ne pas dépasser ses contradictions internes de la sorte, sauf qu'ici, son identité arabo-islamique en tant que socle eschatologique le légitime à y aller si et seulement si cependant il désire avoir un statut avec sa part de pouvoir de prestige (y compris désintéressé) et de richesses ces trois facteurs fondamentaux de la motivation humaine.

Ne pas comprendre cela c'est encore croire qu'il suffit de donner un emploi pour nourrir spirituellement ces âmes humaine qui ont soif d'absolu ou qui calculent qu'elles peuvent rassasier leur soif d'aventure et de reconnaissance en s'investissant dans un tel combat comme l'a démontré Claude Lefort lorsqu'il a étudié l'engagement communiste (on ne parlait pas de "paumés" dans ce cas). De même la constitution des brigades internationales en Espagne n'est pas le résultat de la crise économique des années 30. Ou le fait que des centaines d'étrangers viennent se battre dans les rangs kurdes et les nouvelles milices chrétiennes.

Observons qu'au lendemain de cet évènement (19 mars) le service public radiophonique et TV s'est mis en grève. Ou  sa confiscation par le corporatisme.

PS : un colloque qui devait se tenir dans le département italien à la Manouba, fief salafiste/djihadiste tunisien, a été annulé (prenant la suite de la longue série d'évènements avortés depuis le 7 janvier…)

18 mars 2015

Lucien SA Oulahbib

https://en.wikipedia.org/wiki/Lucien-Samir_Oulahbib

Voir tous les articles de Lucien SA Oulahbib →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :