5 octobre 2022

Comment “réenchanter” un monde occidental à la dérive (G.7)?

À lire le dernier communiqué du G.7  et comme l’a remarquablement effectué le Courrier des Stratèges, l’on y repère bien, au-delà du vocabulaire dégoulinant de bons sentiments sur le climat la santé et la protection/fabrication des LGBTI+, une stratégie sous-jacente  consistant  en fait et prosaïquement à contrebalancer, sur le moyen et long terme, la saturation du marché industriel “classique” comme l’automobile (moins de mille milliards de dollars) par cette croissance en (forte) hausse de l’industrie de la santé au sens large -prothèses d’assistanat mental, manip génitales comprises- (plus de mille deux cent milliards de dollars) loin devant le marché de la vidéo et des produits frais.

À lire, entre les lignes, encore une fois, ce “communiqué” apparaît bel et bien comme un programme d’action, pavé bien sûr de bonnes intentions en devanture pour justifier en filigrane ce tournant dangereux et irrationnel (ou “Grand Reset” made in Davos) ; ainsi le tout, comble de l’hypocrisie,  est bien plus habillé par “le changement climatique”, “l’agression russe”, que par la “pollution” et la “paix dans le monde”; car autant concernant la pollution les améliorations progressives en particulier en Occident l’ont réduite considérablement, autant s’agissant du climat il apparaît bien plutôt comme ce mirage mixte assemblant éthique dévoyée et alarmisme catastrophiste puisque les observations relevées infirment constamment les modélisations (confondant climat et météo).

Idem en matière infectieuse concernant la menace sanitaire en vogue soit la C.19 : les “modèles” prédisaient des dizaines de millions de morts, et avançaient que les traitements précoces ne servaient à rien (quitte à falsifier les rapports sur ce point façon LancetGate) surtout comparés à des injections préconisées par cette industrie de santé en pleine essor (supra) alors que jour après jour et pays après pays tout montre que non seulement cela ne marche pas mais aggrave la situation de santé en particulier pour les multi-injectés désormais et ce au fur et à mesure que leur système immunitaire loin de se renforcer accroît son affaissement global puisque en certains cas non seulement d’autres maladies parfois anciennes (re)surgissent, mais s’aggravent…

Observons également que face aux infirmations répétées en matière climatique et virale (s’avérant être leurs deux armes fatales en plus de Goldstein Poutine) leur seule issue de secours reste cette idée (mantra plutôt)  également de plus en plus battue en brèche stipulant que les “solutions” proposées “éviteraient les formes graves” (pénuries, catastrophes météo, infections longues, conflits divers) alors qu’il n’en est rien, bien au contraire : il n’y a pas plus en effet de cataclysmes que naguère (la “canicule” 2022 a fait pschitt,  il y a bien plus d’énergies  à disposition que prévu, surtout en intégrant le nucléaire) ; il s’avère que les injections expérimentales loin de les empêcher précipitent nombre d’effets secondaires -tant et si bien que de plus en plus d’associations ont vu le jour, pour déjà en parler, et ce malgré tous les efforts acharnés et très pointilleux des redresseurs de torses, en particulier ceux de l’AFP et Libération qui de toute évidence sont de plus en plus dos au mur, mais continuent à délivrer les bons et mauvais points, jusqu’à ce pointillisme de l’absurde façon 1984 comme effacer des données, accuser les lanceurs d’alerte (autrefois les “hérétiques”) de “conspirationnisme” (équivalent de ” déviationnisme”) nier les évidences de la balance bénéfices/risques (pour les moins de 65 ans) ce qui leur permet même de faire également rectifier des articles déjà parus et pourtant relatant, constatant, seulement, ce qui est.

Idem concernant “la paix dans le monde” avec un seul accusé, le Goldstein russe, dédoublé cependant en deux voire en trois tout de même (le régime néo-maoïste ayant été quelque peu tancé pour le Tibet, Hong Kong… Le régime khomeyniste iranien idem concernant son désir de nucléaire militaire) sans que pour autant un réel débat (disputatio) puisse les faire progresser vers une plus grande compréhension de ce qui empêche que s’installe une réelle coopération civilisationnelle à commencer par la falsification de ce qui s’est réellement passé en 1947 en Israël, et le fait que Taïwan protège les réels fondateurs de la démocratie chinoise de 1911… Dommage qu’un organisme comme l’UNESCO n’organise pas au niveau mondial et de façon grand public ce genre de confrontations…

Au lieu de “réenchanter” ainsi le monde, le G.7 se transforme en Police Spéciale de la Pensée (PSP) alors que ses résultats en ces trois domaines, climat, santé, paix dans le monde, s’avèrent proches de zéro, surtout au regard des problèmes qui s’amoncellent et des lacunes et autres corruptions qui lézardent de plus en plus ce qui reste encore de “communauté internationale”.

Nous marchons en fait sur la tête ; et pourtant le courant de pensée prétendument “universaliste” dont tous ces numéros Un sont issus avait promis que cette “dialectique” de la “coopération internationale” marcherait (un jour) enfin sur ses pieds… (Promesse, promesse…).

D’ailleurs, si un “réenchantement” pouvait advenir ce serait précisément là: ou comment déjà donner la parole  non seulement aux personnes réellement compétentes mais à même également d’accepter de participer à des débats non biaisés car c’est ainsi que les controverses (au sens de la disputatio) progressent au lieu de les annihiler dans de faux consensus . Mais pour cela il faudrait une réelle autonomie des centres de décision internationaux, un renouvellement de fond en comble de leurs paradigmes à la fois tiers-mondistes scientistes hygiénistes et affairistes, en faisant également attention à ce que ces organismes ne deviennent pas ces potentats autocentrés à la manière des ONG passées sous la houlette d’oligarques idéologues… Vaste programme…

Car s’agissant de “la paix dans le monde” à lire encore une fois ce “communiqué” dégoulinant de poncifs et de bonnes paroles façon dames patronnesses pas une fois quelques mea-culpa apparaissent; ne serait-ce qu’en Afghanistan où il semble bien qu’à force de ne pas avoir tenu compte qu’il n’était pas possible de passer sans coup férir d’une société tribale à une société de “partis” (même problème en Afrique au Proche et Moyen Orient) les solutions transitoires ont été méprisées sous le double prétexte d’y voir un complexe d’infériorité (la tribu aurait été une résurgence” néo-coloniale d’Etat faillis” alors qu’elle a toujours été là) ou matière à sécession au bénéfice de “seigneurs de guerre” alors que la prise en compte en l’état des structures politiques telles qu’elles sont et non pas telles qu’elles devraient être aurait dû être la boussole permanente d’une réelle Communauté mondiale cherchant à réenchanter les relations inter-étatiques et inter-nationales.

Au lieu de cela ce G.7 montre une vision pathétique des relations internationales croyant être exhaustif en donnant son mot sur tout alors qu’il n’a des réponses sur rien sinon ce programme intrusif cherchant à faire ployer l’Humanité sous l’inanité d’un fardeau idéologique   suranné ou la quête queer du R.0  hygiéniste et scientiste démultiplié partout avec la Chine en miroir, cette boule de cristal déformante du retour vers l’avenir, soit le contrôle de “l’État total“… Ou le désenchantement abouti.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


%d blogueurs aiment cette page :