6 février 2023

La dérive sectaire du courant ethno-différentialiste (TV.Libertés, Conflits, Éléments, BD Voltaire, Valeurs Actuelles…)

Ce courant, certes multiforme (il se diffracte aussi en  “fragments” au sein de divers “partis” étant par exemple assez puissant dans Reconquête, Rassemblement national, diverses officines dites “identitaires”) semble aujourd’hui tellement sur la défensive du point de vue eschatologique (civilisationnel) qu’il en vient à soutenir des positions néo-trotskistes telle que trancher, de facto, plutôt du côté de Kiev (pro Bandera) que de Moscou (récent interview, surréaliste, du général Desportes sur TV Libertés, 7/01/23, ou la proposition zemmourienne d’envoyer de Villepin et Sarkozy à Moscou en mars 2022), -ce qui revient, objectivement, à défendre l’OTAN de façon similaire à ce que Trotski disait qu’il fallait défendre l’URSS, même si elle était devenue un “État ouvrier bureaucratiquement dégénéré” comme l’est l’U.E, défendue façon néo-trotskiste là aussi par les mêmes; sans oublier (mais c’est un autre sujet) ce que sont devenus les US depuis 1945 -avec leur confusion entre luttes nationalistes et luttes communistes- malgré un Reagan et aujourd’hui Trump, versatile en réalité quant à celui-ci si l’on analyse sans pathos son soutien piètrement électoraliste à l’injection affairiste (pour ne pas en dire plus…).

 Ce courant ethno-différentialiste va aussi se mettre à défendre également des positions néo-impériales telles que pencher vers le national nazisme arabe (Nasser, Saddam, Kadhafi, ce qui fait le jeu d’un BHL) vers Pékin plutôt que Taïwan, tout en restant bien timide quant à la répression khomeyniste en Iran, voire se tenir plutôt et ce en général du côté palestiniste qu’israélien, ou prendre pour argent comptant la présence talibane en Afghanistan (position de Jacques Baud -oubliant par ailleurs comme Onfray d’ailleurs le massacre en masse des Kurdes par Saddam- et aussi de Zemmour refusant d’accueillir des afghanes) ; ce qui s’explique aussi  également les sympathies de ce courant avec disons le côté viril de l’islam …

C’est en effet cette “virilité” (reconnue également par  les trotskistes canal historique tel que le néo-créoliste Mélenchon…)que ce courant ethno-différentialiste, bien que subdivisé en paganisâtes germanophiles  et en catholiques fondamentalistes nostalgiques façon bien plus anti-Dreyfus (pour aller au fond) que le contraire, admire le plus (d’où sans doute le coup de fil très “mâle” de Zemmour à Ramadan); du moins, si l’islam se cantonnait dans “ses” frontières (?) et, donc, ne débordait pas sur le fond ethnique européen à défendre y compris biologiquement ; d’où le combat de ce courant contre l’immigration bien plus dans ce cas puriste et relativiste différentialiste (chacun chez soi) qu’universaliste en effet…

Sauf que ce dernier ne doit pas être vu en son sens scientiste comme le fut (pour une part) celui du XIX° siècle et que défend encore le globalisme affairiste d’aujourd’hui avec son écologisme et son hygiénisme (made in Davos) car il s’agit plutôt, du moins celui issu de la France (et d’une partie de cette Angleterre lockienne qui donna un Churchill) et non de l’Allemagne, d’un universel plus juste au sens gréco-romain chrétien et français à savoir propager, pacifiquement, techniquement -au sens de praxis-, une meilleure façon de vivre en soi ; ce qui implique certes de se rendre “maître et possesseur de la nature” mais ce non pas pour la dominer en soi, plutôt mieux se connaître afin de savoir bien vivre disait  Descartes dans sa Méthode… Hygiène (qui fut bien plus la cause fondamentale de l’éradication des maladies endémiques que sa médicalisation aujourd’hui en hypertélie) et infrastructures, institutions, “division organique du travail”, bref, ce qui fut fait, par exemple, en…Algérie, au-delà du pire….

Or, rappelons à nouveau la position de tout ce courant par rapport au conflit israélo-palestinien, en particulier, et de l’islam, en général,  bien plus compréhensif pour les seconds que pour le nationalisme juif; remarquons également en passant que Houellebecq n’a pas parlé sur l’islam dans l’une de leurs officines récemment et rappelons la frilosité de BD Voltaire récemment épinglé sur Riposte Laïque dont les auteurs ne sont d’ailleurs jamais sinon très rarement invités par ces médias dits “alternatifs” (mais Causeur et Berkoff, Charles Gave, Putsch, Juste milieu, ne font pas mieux sur ce plan strict de la liberté, voltairienne, d’expression…) ; ce qui fait qu’il n’existe qu’une différence de degré et non de nature entre ce courant ethno-différentialiste et celui d’Égalité et réconciliation de Soral et Dieudonné …

Rappelons d’ailleurs et brièvement certains faits géo-symboliques, anciens, modernes, contemporains qui semblent être toujours incompris par ce courant (d’où son côté défensif caché par ce remake/revival par défaut ou faute de mieux actuel) : ce qui a fait la grandeur de Rome c’est aussi d’adouber les meilleurs, même issus d’ethnies différentes (Septime Sévère était Amazigh) idem pour le christianisme (St Augustin était Amazigh) ce qui a fait la grandeur de Valmy (poursuivi par Napoléon) fut de s’appuyer à la manière grecque/platonicienne sur la compétence et non sur l’origine (République veut dire politeia en grec ancien) ; enfin s’il faut mettre les points sur les i à l’encontre de cette collusion vis-à-vis de Kiev (pro Bandera) entre globalistes et ethno-différentialistes, à écouter les premiers (comme BHL) il aurait fallu bombarder la Corse et la Nouvelle Calédonie du fait de leurs velléités autonomistes, tandis que les seconds prônent un strict retour au Traité de Westphalie (ce qui aurait bien fait rire Fouché ou Talleyrand et rendre caducs services secrets forces spéciales, alliance de revers…)

N’oublions enfin tout de même pas que la France est un composé ethnique, certes européen, avec cependant comme sédiments forts formant alluvions puis terreaux pour fructifier des racines la pensée chrétienne ayant revisité les pensées juives et grecques  pour y prendre la “substantifique moelle” rabelaisienne et le “bon sens” cartésien afin de savoir comment bien vivre, avec toute la mesure et finesse pascalienne (d’où toute une conflictualité pas toujours feutrée…) ; d’où alors l’inégalable douceur d’être à la française concurrencée uniquement de nos jours par l’italienne…(Mais les tablées allemandes et russes sont redoutables par leur convivialité…).

Au fond, ce courant ethno-différentialiste (et également son contraire, le courant néo-créoliste issu de la dégénérescence du trotskisme en néo-léninisme libidinal et “trans” outil répressif  de la Secte globaliste) deviennent de plus en plus des obstacles pour un vrai renouveau français au sens de ne pas avoir des “racines”uniquement ethniques ou internationalistes mais surtout et d’abord politiques. C’est-à-dire partager un destin semblable, y compris dans les tranchées, dans lesquelles le sang qui coulait en 14 n’était pas de couleur bleu ou blanche, ce que même un Maurice Barrès  a bien été obligé d’admettre…

Ce courant, et son contraire néo-créoliste, empêchent au fond qu’une réelle convergence s’affirme entre tous ceux qui issus de diverses histoires commencées à gauche et à droite ne veulent pas sacrifier des acquis civilisationnels français (et aujourd’hui partagés mondialement) pour un plat de lentilles supposées “pures” puisque “locales”…

Ce sont désormais bien plus des obstacles et des alliés objectifs de la Secte globaliste que ses réels opposants.

Une réflexion sur « La dérive sectaire du courant ethno-différentialiste (TV.Libertés, Conflits, Éléments, BD Voltaire, Valeurs Actuelles…) »

  1. Si humble puisse-être mon niveau académique, autorisez-moi à vous opposer cette critique, dont plusieurs de vos compères à bien d’autres endroits, peuvent se voir affubler:
    L’art de la vulgarisation et de la synthèse, qui rendent leurs propos intelligibles à qui veut se donner la peine, n’est cependant pas l’apanage de vos essais ici publiés.
    Si j’admets fort aisément que mes lacunes intellectuelles et mes suffisances m’empêchent probablement d’embrasser pleinement la substance de vos réflexions; je crois que sacrifier un peu de profondeur « universitaire », pour un peu de pédagogie « populaire », saurait à tous profiter.
    « Ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement, et les mots pour le dire arrivent aisément ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :