La France socialiste accroît la misère

La misère en France non seulement augmente, mais est entretenu avec le durcissement du clientélisme méprisant (via le réaménagement du RSA d'activité à partir de janvier 2016) pour faire en sorte que le "populo" vote "bien" au moins au second tour de 2017. Ou comment réduire la défiance citoyenne vis-à-vis d'une classe politique hors sol à la seule demande pécuniaire alors que tout est fait depuis des décennies (depuis le CNR et l'alliance gaullo-communiste) pour empêcher les mêmes citoyens de pouvoir prendre en charge leurs propres affaires par exemple en réorganisant un modèle social non seulement coûteux mais obsolète (lunettes, bridge dentaire, ostéopathie… non remboursés ou à peine).

La charité de la société civile tente bien de combler la faillite d'un État socialiste, d'un État Providence (soutenu du Front de gauche à la droite nationale), celle par exemple des Resto du Coeur. Sauf que si elle soulage des méfaits de cet État qui produit donc plus de misère qu'il ne la conjure, cette charité "citoyenne" devient de plus en plus contreproductive comme le constate Gérard Depardieu (au-delà de ce que l'on peut penser de son soutien à Poutine) car elle permet en réalité au régime socialiste, social-étatiste, de se défausser.

La preuve de ce délaissement ? La responsable d'une association s'occupant de la zone résidentielle corse intitulée "Les jardins de l'Empereur" et que prétend aller visiter le ministre de l'intérieur, a déclaré que les moyens octroyés permettant de juguler les failles diverses et variées d'un système social et éducatif à la dérive sont ridicules ; ne parlons pas de ces innombrables endroits où tout est à l'envers, de ces fausses réformes de l'éducation qui forment des touche à tout et des spécialistes de rien, sous prétexte de lutter contre les "inégalités" puisqu'en effet former un spécialiste de la langue allemande, une pianiste, un danseur, les rend "inégaux" vis-à-vis de ceux qui ne sont pas experts dans ces spécialités. On bascule dans l'absurde, pis, nous sommes trainés, forcés, à accepter l'idée totalitaire de réduire les corps humains à de la pâte à modeler qui peut être fabriquée selon les besoins politiques de cet État hypocrite, tartuffe.

Le socialisme, quand bien même deviendrait-il "national" ne peut qu'accentuer cette déperdition de la dignité humaine. Et à l'heure où d'aucuns parlent de déchéance de nationalité, celle-ci ne vient-elle pas au fond masquer celle-là ? La déchéance de citoyenneté n'est-elle pas en effet déjà là lorsque toute une nation est placée au ban de la dignité par sa propre élite qui préfère parler rire écrire ricaner manger des petits fours en son nom, au nom d'un peuple ainsi réduit à une masse saupoudrée de quelques miettes pour donner le change ?…

Est-ce exagéré ? Ce serait bien si cela l'était. Si cela pouvait conjurer le pire. Mais il est à craindre que non seulement cela ne soit pas le cas, mais que nous soyons en deçà de la réalité réelle…

Lucien SA Oulahbib 30/12/2015

Discuss this articleDiscuss this article

Imprimer ce texte Imprimer ce texte

1 vues

Tous les articles de Lucien SA Oulahbib

Share/Save/Bookmark

Trackback

Posted in: Analyses-RTV, Article Resiliencetv, Editorial de Resiliencetv-ARTV, Libertés-RTV

 

Comments are closed. Please check back later.