Chronique de la campagne présidentielle française (Besson, Sarkozy)

Besson explique qu’il a reçu plus de coups, bas, venant de son propre camp, que celui de Sarkozy alors qu’il avait été l’auteur de ce petit texte sur le néoconservatisme d’un Sarkozy au passeport français, dont acte, et mae culpa… Sarkozy s’explique sur diverses choses, rend hommage à Kouchner, réagit sur l’emploi, en particulier à la question d’un recruteur de supermarché ne trouvant pas chaussure à son pied car beaucoup de demandeurs aimeraient terminer plutôt à 16h qu’à 17h…

Sarkozy démarre au quart de tour, dit des choses pertinentes sur le retour à l’emploi et l’expérience anglaise en matière d’accompagnement, mais ne demande pas à son interlocuteur si les personnes qui préféraient finir à 16h n’étaient pas des mères de famille soucieuses de récupérer leurs bambins à 16h30 heure fatidique et unique pour les récupérer, sauf si on les laisse à l’étude, qui n’existe pas pour la petite enfance et le primaire, semble-t-il.

Bref, Sarkozy intervient trop rapidement sur des questions délicates, mettant tout son poids sur la question de l’organisation du travail et bien moins sur son coût et la place des salariés dans l’entreprise, ce qui est essentiel en matière de motivation, dynamisme, et surtout création de fonds salariaux capitalistiques permettant de transformer peu à peu l’assiette financière de la protection sociale. Tel est l’enjeu si l’on désire rendre les entreprises françaises moins dépendantes de prédateurs qui en effet investissent pour dépouiller certaines entreprises de leurs actifs, donnant ainsi du grain à moudre aux extrêmes toutes catégories.

On aurait pu penser qu’un Fillon pouvait orienter la campagne de Sarkozy dans cette direction, seulement François Fillon est bien plus étatiste que libéral…mais il est vrai que dans « gaullisme social » il y a « gaullisme » avant tout…

En tout cas, il n’est pas étonnant dans ces conditions que Bayrou remonte face à Sarkozy puisque celui-ci n’affiche parfois que la mauvaise image construite sur le libéralisme alors que celui-ci bien loin d’être « contre » les salariés cherche plutôt à les émanciper de tous les jougs en les conviant non seulement à participer mais à s’associer, ce qui n’empêche pas l’action syndicale spécifique évidemment.

On n’entend pas beaucoup non plus les « sarkozystes de gauche » sur ces questions…preuve s’il en est que « la » gauche, décidément, a déserté le royaume des idées constructives pour celui des chimères protectionnistes habituelles.

Lucien SA Oulahbib 21/2/2007

Discuss this articleDiscuss this article

Imprimer ce texte Imprimer ce texte

796 vues

Tous les articles de Lucien SA Oulahbib

Share/Save/Bookmark

Trackback

Posted in: Non classé

 

Comments are closed. Please check back later.