Même les morts

Une autre ville du nord de la France connaissait des faits similaires. Elle a fait installer des caméras devant son cimetière pour un coût de 20.000 euros. La raison invoquée est la lutte contre le vol de plaques et de métaux. La caméra du journal télévisée n’a cependant pu éviter, parmi les tombes saccagées quelques mois auparavant, quelques tombes portant une étoile. Un hasard!

Mais il s’agissait officiellement de lutter contre le vol de plaques.

Quand on ne veut pas voir


Dans le sud ouest, à Mont de Marsan plus précisément, des tombes juives ont été profanées il y a quelques jours dans l’indifférence la plus totale. Mais on ne veut toujours pas voir.

Voir la lâcheté immense qu’il y a à s’attaquer aux morts. Car il faut être habitée par une veulerie sans nom pour outrager jusque dans la tombe des morts qui ne veulent que reposer en paix.

Il faut être habité d’une haine inextinguible pour éradiquer jusqu’au souvenir, à la mémoire.

Et personne, même parmi les candidats n’ira reconnaître que ces actes vont en s’amplifiant. Qu’ils sont le résultat d’un discours anti-juif désormais bien installé dans la société.

Bien entendu, ces mêmes candidats expriment tous leur profonde indignation. Mais l’analyse de ce fait de société reste superficielle. Comme s’il ne fallait stigmatiser personne.

Qui est responsable ?


Il tarde à tout le monde de trouver une réponse à cette question. Si ce sont des personnes proches de l’extrême droite, on entend d’ici les soupirs de soulagement d’une partie de la communauté musulmane intégriste.

Si les auteurs sont issus de cette mouvance, le public sera aimablement prié de ne pas faire d’amalgame.

Peu importe puisque ces deux extrêmes se rapprochent de plus en plus et font souvent cause commune contre le juif, contre Israël, l’état colonisateur, contre les sionistes.

Peu importe le coupable car le rapprochement idéologique entre l’extrême gauche et l’extrême droite est désormais avéré, que leurs penseurs et idéologues se rencontrent, voyagent et agissent de concert dans toutes les instances en en tout lieu susceptible de casser du juif et de critiquer Israël.

Quelle horreur, disent les candidats


Cet acte a suscité de nombreuses condamnations notamment de plusieurs candidats à l’élection présidentielle.

Ségolène Royal a exprimé « son indignation et son soutien aux familles », face à cet acte ignoble commis à la veille de la Pâque Juive ». Elle a rappelé « sa détermination à lutter contre toutes les formes de haine et de violence ».

Pour Marie-George Buffet, cette profanation est un « acte odieux ». Elle a exprimé sa « très vive colère et (sa) profonde indignation », indiquant: « Mes pensées vont d’abord aux familles. L’antisémistisme est un poison qu’il faut combattre avec une vigilance constante », a-t-elle ajouté, demandant que « les auteurs de ce crime » soient « poursuivis et punis ».

La palme de l’indignation calculée revient à Jean-Marie Le Pen, qui a qualifié d’ »acte odieux » cette dégradation en observant sur France Info que de tels événements étaient « récurrents », en particulier pendant les campagnes électorales ».

Mettre cette haine au compte de l’excitation de la campagne électorale, voilà qui est odieux. Refuser de voir, voilà qui est indigne d’un candidat à la fonction suprême. surtout quand il rajoute : « Attaquer des cimetières, quelle que soit la religion, est quelque chose d’insupportable et de stupide ».

Qui dira à Le Pen que ce n’est pas la religion qui est visée ?

Qui lui dira que ce sont des personnes, des familles, des souvenirs, en bref, tout ce qui constitue l’Histoire et la Mémoire !

© Primo 2 avril 2007

2/4/2007

Discuss this articleDiscuss this article

Imprimer ce texte Imprimer ce texte

739 vues

Tous les articles de

Share/Save/Bookmark

Trackback

Posted in: Non classé

 

Comments are closed. Please check back later.