24 septembre 2020
Non classé

Petlioura : double scandale

En Ukraine Simon Petlioura, qui fut général en chef de l’armée et homme politique a toujours été considéré comme un héros nationaliste. Or il y eut une autre facette à sa personnalité, comme le souligne la Ligue antiraciste : « Cet homme est responsable de pogroms organisés en Ukraine sous le régime des tsars, pogroms qui ont fait des centaines de milliers de victimes juives. »

En effet, le cri de ralliement de Petlioura, militaire et homme politique, était : « mort aux Juifs et aux Bolcheviques ! » Il fut ministre de la guerre de la République autonome d’Ukraine, proclamée en 1917. Dans le même temps était proclamée une République soviétique d’Ukraine. La région fut alors le théâtre de violents combats, avec une occupation par les troupes allemandes dans un premier temps, puis une prise de contrôle soviétique en 1920.
C’est alors que Petlioura s’était réfugié à Paris où Samuel Schwarztbard, jeune étudiant Juif, rescapé des pogroms mais dont la famille avait péri au cours de massacres antisémites, l’abattit le 25 mai 1926. Bernard Lacache, jeune journaliste, avait alors lancé une campagne et créé la « Ligue Contre les Pogroms » pour prendre sa défense. Défendu par Maître Henry Torrès lors d’un procès qui eût lieu en 1927, il fut acquitté et La Ligue devint Ligue contre l’Antisémitisme, LICA, pour devenir enfin plus récemment la Ligue contre le Racisme et l’Antisémitisme.

La LICRA dénonce aujourd’hui « avec la plus grande vigueur le révisionnisme du gouvernement ukrainien et s’étonne qu’en France on ait pu autoriser un dépôt de gerbe sur la tombe du soldat inconnu à la mémoire de cet assassin, le jeudi 25 mai, par différentes organisations ukrainiennes en France, la Bibliothèque, summum du révisionnisme historique, qui porte le nom de Simon Petlioura. ».Dépôt qui doit avoir lieu à 17 h 30.
Car il semble que ce soit en vain que La LICRA ait attendu « du « Comité de la Flamme » association loi de 1901 qui organise les cérémonies du ravivage de la flamme, l’annulation pure et simple de ce dépôt de gerbe. » D’où l’appel à une manifestation contre ce scandale.

Par ailleurs, la LICRA a demandé « au Ministre des Affaires étrangères d’exprimer l’indignation de la France auprès des représentants ukrainiens à Paris à l’heure où un vent mauvais négationniste souffle à l’est de l’Europe. »
Le Comité des Droits de l’Homme des Nations unies a d’ailleurs condamné en son temps « les manifestations d’antisémitisme en Ukraine. » L’un des signes d’un antisémitisme quasi étatique est la décision officielle d’ériger à Kiev un monument à la gloire du pogromiste. Monument qui devrait être inauguré en décembre de cette année.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :