29 septembre 2022
Non classé

Explicite et implicite

Un exemple concret. Mahmud Abbas, le Président de l’Autorité palestinienne, a décidé d’organiser un référendum dont le sujet ne mentionne nullement le nom d’Israël, pourtant partie prenante, aux yeux de tout observateur pertinent, à toute résolution définitive du conflit proche-oriental. Cela n’empêche point nos ‘’experts’’ -en particulier les ‘’journalistes’’ n’ayant jamais mis le pied en cette région mais nous informant (sic), tout de même, des dessous du conflit- de voir en cette consultation populaire une demande de ‘’reconnaissance’’ de l’Etat d’Israël dans les ‘’frontières’’ d’avant 1967, soit la ligne d’armistice de 1949 !!!

On ne peut s’empêcher de se demander pourquoi alors, si cela est, Mahmud Abbas ne pose pas franchement la question ??? «Reconnaissez vous le droit d’Israël à exister ? ». C’est simple et a le mérite d’être clair. Cela permettra de connaître, tout au moins, explicitement l’avis du « peuple palestinien » et autorisera, par une approbation, un bond extraordinaire dans la solution définitive du conflit. Si, donc, cette question n’est point posée, c’est qu’un éventuellement acquiescement à cette question ne peut être accepté par tous leurs leaders.

Evidence qui devrait mener de véritables Experts en la matière à s’interroger publiquement sur la raison de ce refus, qui dure -faut il le rappeler- depuis 1948. Ils pourraient, ainsi, découvrir, lors de la lecture du texte qui sera proposé aux suffrages des électeurs, l’exigence d’un ‘’Droit au retour ’’ de millions de « réfugiés » et de leurs descendances au sein même de l’Etat des Juifs, seul refuge leur permettant de vivre en sécurité et selon leurs desiderata. Ils s’apercevraient, alors, que les ‘’experts’’ auto-proclamés font le jeu de nos « idiots utiles » et militent implicitement (que cela soit volontaire ou non) pour une résolution du conflit clôturant la « parenthèse » israélienne. Ils discerneraient la volonté ‘’palestinienne’’ (mais pas seulement) explicite de voir Israël se convertir, sous le nombre, en un pays mixte, puis en un pays à majorité musulmane et enfin en un pays islamique qui ne comprend nulle minorité ‘’d’infidèles’’.

Nul doute, alors, que ces Experts honnêtes dénonceraient le jeu trouble de Mahmud Abbas, que les ‘’journalistes’’ nomment, encore trop souvent, de son nom de guerre Abou Mazen.

Mais voilà ! Ces véritables Experts existent peu car tenus, implicitement, à l’écart du débat pour cause de « politiquement correct ».

Affaires et pétrole obligent.

Cela est, pour le moins, explicite.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


%d blogueurs aiment cette page :