3 février 2023
Non classé

Mariage et parentalité : deux choses à ne pas confondre

1°/ la question de l’adoption ou de la procréation d’un enfant devrait être découplé du mariage.

Autrement dit, ce n’est pas parce que l’on se marie que l’on peut avoir automatiquement un enfant lorsque l’on est du même sexe. Pourquoi ? Parce que l’enfant a le droit d’avoir un père et une mère. Il n’est pas possible de lui imposer le contraire. Dans ces conditions, les couples homosexuels doivent admettre ceci et ne pas considérer le droit d’avoir un enfant comme similaire au fait d’avoir le droit à une protection, car il s’agit d’un être humain ; ce qui implique d’assurer que l’enfant puisse garder le contact avec la mère ou le père biologique, ou, à défaut, (lorsqu’il s’agit d’insémination artificielle faite à l’étranger) d’avoir une mère ou un père adoptif qui aurait la possibilité d’aider au choix. L’enfant n’a pas à subir les aléas de Mère Nature…ou de Père Désir…

Dans ces conditions également, il ne sera plus possible qu’un célibataire puisse adopter un enfant (d’ailleurs ce n’est guère réalisé dans la pratique pour des enfants de moins de 7 ou 8 ans …).

2°/ La seconde condition implique la nécessité d’écrire un préambule à l’Acte du mariage (comme il y a un préambule à la Constitution).


C
e préambule pourrait indiquer que la République reconnaît les unions que la Nature rend possible, comme l’hétérosexualité ou l’homosexualité, c’est-à-dire en considérant que ces deux tendances ne sont pas le pur produit d’un choix culturel (qui est, lui, une affaire privée, du moins dans certaines limites) mais d’un choix principalement naturel en ce sens que les parties prenantes ont toujours eu cette inclination, camouflée plus ou moins du fait de la pression socioculturelle.

Quel est l’intérêt d’un tel Préambule ? Celui d’une protection des plus sensibles psychiquement et vis-à-vis desquels certaines pressions idéologiques peuvent inciter à penser que l’homosexualité ou l’hétérosexualité serait un choix uniquement mental, qu’il serait alors possible de changer au gré des caprices comme le prônent certains en se battant contre la différence sexuelle, c’est-à-dire en considérant qu’un homo devrait être également hétéro par moment afin de prouver qu’il n’est pas enfermé dans une identité.

Pourtant, il existe rarement d’homosexuels qui se découvrent hétéros au détour d’un désir, alors que l’inverse est vrai, des homosexuels par pression socioculturelle ne se l’ont pas avoués et ont eu des enfants.

Ne faisons alors pas en sorte que l’inverse se déroule et que par pression idéologique l’on incite certains à faire un choix alors que ce n’est pas leur tendance naturelle au sens d’inclination permanente. Car, autrement, pourquoi interdire le mariage à…trois, quatre, bref la polygamie ? Pourquoi interdire le mariage sadomaso à partir du moment où l’on accepterait que le sadomasochisme soit une tendance culturelle comme une autre ? Bien sûr les notions de nature et de culture ne sont pas aussi tranchées, qu’il s’agit d’une interaction, mais, tout de même, il y a des tendances fortes qui se décantent et l’on peut observer que deux se détachent l’hétéro et l’homo, même si l’hétéro est largement majoritaire, contrairement à ce que l’on dit…

En tout cas déconnecter la question du mariage de celle de la parentalité doit être prise à bras le corps si l’on veut penser aussi du point de vue de l’enfant. D’ailleurs, pourquoi ne pas faire en sorte que certains enfants n’ayant pas un environnement adéquat puissent, après démarche volontaire, ou enquête et éventuellement décision de justice, être placés durant l’année scolaire dans des internats dernier cri qui leur permettraient d’échapper à leurs destinées sociétales et ainsi épanouir leur potentialité ?… En tout cas un débat sérieux devrait être entamé plutôt que procéder de la même manière que pour l’IVG, c’est-à-dire par le fait accompli, à savoir la masse des cas à traiter qui oblige le politique à entériner, alors que le droit à l’enfant ne devrait rien à voir avec le droit d’avoir un enfant dans n’importe quelle condition.

Du moins si l’on admet que l’enfant n’est pas un objet miroir ou un signe de reconnaissance sociale. Il est dommage que certains soient réduits à reproduire cette vieille antienne.


Lucien SA Oulahbib

https://en.wikipedia.org/wiki/Lucien-Samir_Oulahbib

Voir tous les articles de Lucien SA Oulahbib →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :