30 janvier 2023
Non classé

VOUS AVEZ DIT : IMMORAL ?

Au cours d’un point presse à l’issue d’une réunion restreinte avec les ministres directement concernés, le président de la République s’est plu à définir la position de la France (chiraquienne) aux journalistes présents.

“Face à cette crise qui menace l’équilibre de toute une région, la France s’est aussitôt mobilisée. Avec deux priorités :

“d’abord, bien sûr, venir au secours des populations éprouvées et permettre à nos compatriotes du Liban qui le souhaiteraient de rentrer en France“. On sait que cette mission fut brillamment remplie par notre marine nationale.

Ensuite : “parallèlement, nous avons déployé tous nos efforts pour parvenir à un cessez-le-feu et à un règlement durable de cette dramatique crise. Comme la France l’a affirmé dès le début, on ne résoudra rien par la force; toute solution doit passer par un accord politique“.

C’est en particulier sur ce point récurrent que je ne saurais jamais consentir à la politique mise en oeuvre par Chirac au nom de la France. Car tout cela dégage de tels relents de Munich, puis de Juin 40 et bientôt même de Montoire avec l’Iran que j’en éprouve le plus grand dégoût !

“Chacun comprend, et sais parfaitement, quels sont les liens qui existent entre l’Iran et le Hezbollah. A partir de là il est légitime que l’Iran, qui est une puissance importante de cette région, soit consultée, en tous les cas qu’il y ait des contacts, des relations, ne serait-ce que pour déterminer quelle est l’influence que l’Iran peut avoir sur le retour à la paix dans le Moyen-Orient” (sic !).

Si le président de la République a bien tenté de se raccrocher aux branches en exrimant sa défiance envers la Syrie, il n’en demeure pas moins que sa coupable déférence pour l’Iran d’Ahmadinejad, exterminateur auto-proclamé et présumé génocidaire d’Israël, est totalement inacceptable et parfaitement condamnable !

Enfin, lorsque Jacques Chirac énonce :

“Le règlement auquel nous travaillons aujourd’hui doit respecter, me semble-t-il, une double exigence :
– Le rétablissement de la souveraineté du Liban sur la totalité de son territoire : c’est l’essentiel pour les Libanais;
– et, naturellement, le droit à la sécurité d’Israël”
(venant en dernier lieu),

il me semble, à moi, que le chef de l’Etat est ici en pleine confusion. En effet, “le droit à la sécurité d’Israël” est une priorité immédiate et absolue hors de laquelle aucun règlement, jamais, n’interviendra dans la région. Car là où le rêve éveillé de Paris se transforme en cauchemar pour l’Occident, c’est quand Chirac se prend les pieds dans le tapis persan en calomniant son propre pays !

P.S. “Je ne veux pas imaginer qu’il n’y ait pas de solution, ce qui serait la plus immorale des solutions, que l’on accepte la situation actuelle et que l’on renonce au cessez-le-feu immédiat (…)”.

Vous avez dit : immoral ? Mais qui ou quoi est immoral ? En tout cas sûrement pas Israël qui est pleinement dans son droit !

Librement !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :