1 février 2023
Non classé

Réponse à Monsieur Rocard sur l’Islam

Les attentats de New York, Madrid, Londres clôturent une période. Ils ne sont que des passages à d’autres formes d’actions.Dans le même temps ils fixent le clivage : Occident – Islam. L’Iran, la Russie, la Chine (avec bien sur quelques autres satellites comme le Vénézuéla, le Soudan ou la Cote d’Ivoire) initialisent la nouvelle période et de nouvelles formes d’attentats l’accompagneront. Les actions terroristes futures ne ressembleront pas à celles du passé. Ceci est une certitude.

La nouvelle ligne de front est fixée et le « jeu » des Nations et Gouvernements se déroulera en regard de ce front. La réalité est celle-là. Il n’en existe pas d’autre même si elle dérange. Elle ne ressemble pas à celle que nous présente la « réal politik », idéologie désuète mais utilisée par bon nombre d’observateurs et de praticiens dont Monsieur Rocard lui – même. Réalité qui prend racines dans le vécu des populations. Victimes et bourreaux se trouvent propulsés dans la même matrice dont les clefs d’entrée sont formées dans le contenu d’un livre appelé « livre de prières » par les milieux dits religieux et dont les versets répétés obséquieusement en dehors de toute cohérence temporelle, voire de toute compréhension, servent de trame de vie à des millions d’individus. Ce fait, énoncé aussi crûment peut choquer quelques inconditionnels, « idiots utiles » de circonstances ou collaborateurs appointés qui n’hésiteront pas à taxer ces dires comme étant la manifestation d’une islamophobie coupable. Délit créé dans l’inspiration de la clinique psychiatrique soviétique et de la pratique du goulag qui l’accompagne pour justement, masquer la dite guerre qui allait nous être déclarée.

La dualité qui est manifestée aujourd’hui, Croyants – Infidèles ne fait que prolonger la confrontation Est-Ouest équivalente à la dualité morale Bons – Mauvais qui forme la base idéologique de la Guerre Froide. Seule différence le remplacement du communisme par un autre totalitarisme : l’islamisme qui emprunte beaucoup à son devancier. Terme générique commode qui sert lui aussi à masquer le réel et principalement cette filiation. Faire la différence entre islamisme et Islam suppose que ce dernier pourrait être deux, voire trois, si nous prenons exemple sur la guerre interne qui fait rage en Irak. Or l’Islam est unique et le restera tant qu’un de ses courants n’aura pas écrasé l’autre.

Nous avons remis sur le devant de la scène ce dualisme (bons – méchants) qui nous sert de trame d’analyse politique, économique, géostratégique depuis près d’un siècle et au gré des idéologies (ou des besoins de tels ou de tels) des mélanges sont réalisés. Aujourd’hui les US, accompagnés d’ Israêl sont les méchants. Leurs opposants ne peuvent être que les bons qu’il convient de soutenir de toutes les façons possibles et ce quelles que soient leurs actions. Le journal Le Monde (Edition du 11/09/2006) donne le ton et un exemple de forme de soutien dans l’intitulé d’un article : « Les violences des colons israéliens à l’encontre des Palestiniens souvent classées sans suite. » Violence. Colons israéliens, Palestiniens. Trois termes qui résument et rendent inutile la lecture même du contenu. Le lecteur ne retiendra que l’association réalisée à partir de ces trois termes avec pour résultat : les Israéliens sont des colons donc des voleurs de terre ; intouchables donc sionistes et impérialistes et les Palestiniens des victimes qui subissent. C’est tout ce qu’il faut démontrer.

Le vulgaire n’a pas besoin de savoir autre chose des relations entretenues par les protagonistes. Il faut démolir l’image d’Israël dans sa pratique de la Démocratie et de la Justice. Amener ses dirigeants et ses habitants à être dans l’inconscient des masses, les équivalents parfaits des nazis qui les ont fait autant souffrir. C’est le nouveau jeu gagnant à la mode. Action qui porte un nom tombant sous le coup de la Loi. Toutefois, nul ne sera inquiété.

Monsieur Rocard dans son développement n’est, heureusement pas à ce niveau. Le Ministre fait simplement l’impasse sur la guerre que se font les deux plus importantes tendances de l’Islam. Chiisme et Sunnisme. Guerre entre des courants religieux certes, qui n’est pourtant pas dénuée d’importance dans la mesure où elle débouche sur la question du nucléaire par Pakistan interposé, réservoir du sunnisme, ennemi juré du chiisme.

Ce n’est donc pas anodin et c’est aussi à la lumière de cela qu’il faut comprendre le vouloir nucléaire de l’Iran. L’Occident n’est pas plus en sécurité avec le Pakistan qu’avec l’Iran doté de pouvoirs nucléaires. Qui succèdera au Président du Pakistan ? Personne ne le sait aujourd’hui.

Pourquoi donc taire ces « à cotés » ? Pour les besoins de compréhension des populations ? pour ne pas affoler les marchés et les économies ? Difficile à croire n’est-ce pas. Les raisons de cette occultation semblent plus triviales. Cette guerre intra religion est niée pour n’avoir pas à exonérer les US et la coalition dans le conflit Irakien. Cette guerre aurait eu lieu que Saddam Hussein soit en place ou non. (Un premier round a duré 8 années pleines). Donc l’intervention en Irak n’est pas essentiellement le déclencheur premier de la tuerie à l’oeuvre tous les jours en Irak. Cette guerre est niée pour n’avoir pas à tenir compte des actions du Hamas, celles du Hezbollah et des Talibans qui s’inscrivent plus dans la droite ligne du crime contre l’humanité (cible civile privilégiée comme objectif de guerre). Tuer le plus de civils innocents possibles est une des nouvelles formes que prendront les actions du terrorisme. Les derniers évènements de Grande Bretagne nous renseignent dans ce sens. Tout comme le fait l’utilisation de la tragédie de Cana et des reportages « bidonnés» dans la propagande islamiste. Cette guerre est niée pour n’avoir pas à poser la question des rôles ambigus de l’ONU, de la Russie, de la Chine et surtout de l’Europe sur cette scène d’opérations. Nous avons donc toutes les raisons pour taire cette confrontation.

Politique de l’autruche qui ne nous a pas porté bonheur il y a quelques décennies et que nous répétons. Comme aucune leçon n’est appréhendée à sa juste valeur restons donc en terrain connu et la guerre en Irak c’est la faute des US et de son Président. Le conflit israélo-palestinien c’est la faute d’Israël et des Juifs. Les choses sont entendues et c’est bien connu l’Islam n’est qu’une religion d’amour, de paix et de tolérance.

Mais dans l’instant c’est ce courant idéologique qui mène le bal et l’Occident danse.

Nos maîtres de bal ne sont-ils pas parmi les meilleurs du Monde ?


Une réflexion sur « Réponse à Monsieur Rocard sur l’Islam »

  1. Ping : Cheap Uggs

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :