6 février 2023
Non classé

La Votation des Suisses

« La nouvelle loi sur le droit d’asile prévoit le rejet sans examen des demandes des personnes dépourvues de papiers d’identité. La loi supprime aussi l’aide sociale en faveur des déboutés du droit d’asile et la remplace par une simple “aide d’urgence” de 960 francs suisses par mois (604 euros), un montant considéré comme le minimum vital par les associations.

Les autorités pourront aussi détenir des déboutés “récalcitrants” du droit d’asile pendant 18 mois au lieu de neuf actuellement.

La loi sur l’immigration revient quant à elle à interdire la venue en Suisse d’étrangers non européens qui ne seraient pas recrutés pour un poste de travail précis. Les candidats devront prouver qu’ils disposent de qualifications professionnelles particulières et qu’aucun travailleur suisse ni européen n’a été trouvé pour occuper le poste en question.
Pour ceux qui auront franchi l’obstacle, il sera plus facile de faire venir leur famille. Cette concession vise à favoriser l’intégration des jeunes étrangers le plus tôt possible. “En cas d’intégration réussie”, ces étrangers pourront obtenir un permis de résidence définitif au bout de cinq ans. »

Le président du Parti démocrate-chrétien (PDC) Christophe Darbellay a insisté sur la nécessité de travailler à l’intégration des immigrés. “Je ne veux pas de ghettos à la française”, a déclaré M. Darbellay, dont le parti était très divisé sur ces lois”

(Source Edicom.ch)

Ce durcissement de la législation suisse , décrié par Le Haut Commissariat aux réfugiés , et par La Fédération des Eglises protestantes de Suisse (FEPS), la Conférence des évêques suisses (CES) et la Fédération des communautés israélites (FSCI) est sans doute le premier geste d’un pays Européen pour défendre ses populations. Il sera sûrement suivi. De plus les nouvelles autorisations seront attribuées pour défendre une immigration du travail, donc une immigration intégrée .

Nous venons d’assister aux demandes d’aide espagnoles qui n’arrive plus à endiguer le flux de ses immigrés , mais qui n’avait pas hésité à faire des régularisations massives de clandestins , il y a moins d’un an .

Ces régularisations sont de véritables appels à l’immigration clandestine pour tous les pays Européens .

Quand à la France , il vaut mieux ne pas en parler , puisque non seulement elle refuse les statistiques , mais quand elle en sort , elle reconnaît qu’elles sont truquées , et jusqu’à ce jour , personne n’a vraiment chiffré le coût réel de l’immigration durant les 30 dernières années .

En dehors du problème humain posé par l’immigration , nous devrions très sérieusement penser à l’exemple suisse . La Suisse a toujours été un pays d’immigration et pourtant , elle offrait beaucoup moins d’aides aux nouveaux arrivants que nos généreux politiques qui n’ont eu de cesse de faire des chèques en blanc avec les chéquiers de nos enfants .

A titre d’exemple , le système de protection sociale suisse est très éloigné du gouffre français. Récemment , par une subtile responsabilisation de individus grâce à des franchises de forfaits de soins , les Suisses ont réussi à faire baisser les taux de cotisation d’assurance maladie sur pour tous les employeurs , et bien sûr pour tous les salariés , ce qui a naturellement augmenté le pouvoir d’achat de ces derniers . Nous en sommes encore à nous demander en France pourquoi le pouvoir d’achat des Français baisse , en se battant sur des chiffres faux une fois de plus… mais pendant ce temps , le pouvoir d’achat des suisses augmente .

Nous refusons d’appliquer les Directives Européennes sur l’abolition du Monopole de la Sécurité Sociale , directives qui ont pourtant été signées par Lionel Jospin en 2001 . Combien ces refus et cette langue de bois nous ont-ils coûté en emplois puisque tout le monde sait désormais que l’élasticité aux taux de prélèvement sur salaire est négative . Plus les prélèvements augmentent , plus les emplois se délocalisent et le chiffre de la création d’emplois baisse inéluctablement . En termes simples , nos gouvernements successifs socialistes en tête ont passé leur temps à déshabiller Pierre , Paul ou Jean pour habiller de nouveaux venus qui ne sont venus chercher que des aides et certainement pas du travail .

Nous avons même réussi à constituer des Ghettos , véritables territoires perdus de la République , comme le fait remarquer plus haut Christophe Darbellay , ghettos dans lesquels même les CRS ne sont plus en sécurité .

Alors pourrions-nous demander à nos politiques de s’occuper du Peuple Français en premier lieu , comme le font avec conscience les politiques suisses , et de ne pas jeter à tout vent nos deniers , ceux de nos enfants , notre sécurité , pour garder une soi-disant image dans l’histoire ou une stature en politique internationale , place et stature qui diminuent de toutes les manières comme peau de chagrin , au fur et à mesure de la paupérisation de notre pays .

Pour une fois , essayons de regarder les recettes de cuisine qui marchent… Nous savons que notre modèle a échoué dans de nombreux domaines , celui de l’immigration en particulier . Les Suisses ne se sont jamais gargarisés de leur « modèle social » , mais eux savent défendre les intérêts de leur population , y compris en allant à contre-tendance du politiquement correct de la gauche et de la droite bobo si humanistes quand il s’agit de dépenser ce qui ne leur appartient pas , en particulier en créant des dettes sur la tête de nos enfants .

J’avais déjà abordé ce sujet dans un article précédent « Les fossoyeurs de la France » , mais les résultats du vote Suisse lancent un nouvel éclairage sur ce qu’il est possible de faire , à condition bien entendu de le vouloir !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :