1 février 2023
Non classé

En hommage au combat de Redeker

Voici l’« objet » de l’inadmissible, du « crime », selon tous les capitulards de la « bien-pensance », la faute intolérable d’oser s’insurger contre l’évidence affichée de la dictature oppressive d’une religion que les pratiquants « sages », modérés, tolérants – et j’en passe – ne « défendent » face à la barbarie intégriste que par des silences qui en disent long à propos de leur ambivalence : comment disculper l’islam modéré de soupçons de connivence ?

On a mis en avant la liberté d’expression et son statut non négociable. Sans discussion possible ! Un pays sous tutelle qui ne peut exprimer que la pensée officielle – comme cela a été le cas sept décennies durant sous les régimes bolcheviks de feue l’Union Soviétique, comme c’est toujours le cas à Cuba ou en Corée du nord – est un pays d’esclaves dont le sens de l’existence humaine est détruit.

La force argumentaire de Redeker par le parallèle entre l’islam et le communisme est exemplaire. C’est finalement de cela qu’il s’agit. Deux exemples parmi tant d’autres :

lorsqu’un lycéen musulman conteste le cours de philosophie ou l’explication scientifique de l’apparition de la vie et de l’homme de ses professeurs, menaces à l’appui, parce que cela ne correspond pas au Coran, c’est quoi ? De l’« islam-modéré» ou de l’intégrisme islamiste ? Lorsqu’à Lille, dont la socialiste Martine Aubry est maire, on a accordé à la population féminine musulmane, la discrimination horaire des piscines, en flagrante contradiction avec notre mixité républicaine, c’est quoi ? Islam modéré ou intégrisme ? Que les bonnes âmes cessent de nous « bourrer le mou » avec la ritournelle de l’islam modéré qui n’e serait pas intégriste.

Naguère, le judaïsme et le christianisme romain ont eu leur fondamentalisme. Parce qu’il est dans la nature même de toute théocratie monothéiste d’être antidémocrate : le peuple doit obéir à Dieu car il est écrit (dans le Coran) que « le pouvoir est à Dieu ». On est loin de la métaphore, non ? On est dans le fascisme ! De ce pouvoir, seule l’autorité religieuse est à même d’avoir l’autorité d’en exprimer comportements, rites et activités de la cité. Et puisque Dieu étant vérité (il ne saurait y en avoir d’autre), la démocratie n’est qu’imposture : le prosélytisme de la « vérité » doit finir par en avoir raison. Il y a un siècle, la « religion-athée » du marxisme-léninisme avait instauré ses régimes en Europe de l’est avec les mêmes ingrédients que l’« opium des peuples ». Dieu-prolétaire s’était « incarné » dans Staline qui, au cours de deux décennies envoya à l’abattoir des millions de russes, dans l’ignorance imposée par le communisme et acceptée par les dirigeants occidentaux.

Et que dire du national-socialisme allemand sous la baguette de Hitler et de ses quarante millions de victimes de la deuxième guerre mondiale ? La folie fasciste se loge avec violence dans la tête d’un homme lorsque ce dernier décrète imposer « sa » vérité sous la férule de sa volonté de pouvoir exacerbée. Et lorsque cet homme est à l’origine d’une religion qui représente le cinquième de la population mondiale (Muhammad ou Mahomet, né il y a une quinzaine de siècles) en se réclamant d’Allah, comment est-il possible de se laisser berner par nos Diafoirus qui ne voient dans les imams et cheiks-successeurs du prophète que l’exotisme attachant d’un impossible multiculturalisme ?

Nos démocraties (« le pire des systèmes mais le seul possible », dixit W. Churchill) basées sur la liberté d’expression sont à vocation identitaire : dans le monde incertain qui se dessine de la main malhabile même de l’homme multiple immature, comment ne pas voir dans l’antinomie irréductible de la dictature coranique et ses desseins expansionnistes à base de fatwas, de meurtres et d’hégémonies, la semence de la mort obscurantiste contre laquelle une seule attitude prévaut : la Résistance à base de courage, la Droiture dans l’affirmation de son identité occidentale pétrie de l’héritage grec, de la Renaissance dans le génie artistique de la Musique austro-allemande, de la philosophie française des Lumières, du Savoir des sciences et de la mathématique dont le Rationnel transforme la créature humaine en être humain ?

Merci encore, infiniment merci à Monsieur Redeker d’avoir su exprimer avec vigueur ces évidences qui en ont assez des fausses sacralisations religieuses et de ses condamnations à mort qui n’ont rien à voir avec la secrète mais magnifique perception du dieu que nous portons tous en nous, Dieu, en Vérité, qui ne dicte rien à autrui car il est Amour.

Johann Soulas est physicien et professeur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :