29 janvier 2023
Non classé

Le paradoxe du dit “féminisme” musulman

– libre disposition de leur corps et maîtrise de leur contraception
– libre choix de leur conjoint et possibilité de relations sexuelles hors mariage
– abrogation de la sourate 34 qui autorise un musulman à battre sa femme
– arrêt de la polygamie
– Réinterprétation des textes dans le sens de l’égalité hommes femmes
– Droit à l’homosexualité

Ne savent-elles pas que toutes leurs demandes ne sont que l’application des lois Européennes et qu’en fait , pour celles d’entre elles qui vivent en Europe , elles ne font rien d’autre que de demander l’application de nos lois en ce qui les concerne ? !!!

Faut-il que nous ayons été aveuglés par le relativisme culturel qui baigne nos pays depuis 20 ans pour que des résidentes Européennes soient obligées de se monter en association féministe pour demander l’application de nos lois et l’égalité du citoyen devant la Loi ?!!!

Elles sont considérées comme apostates par beaucoup de leurs correligionnaires masculins qui considèrent que ces demandes ne peuvent émaner de musulmanes….

Lorsqu’on connaît les risques induits par l’apostasie, spécialement pour les femmes, il devient donc impératif de propulser leurs demandes plus que légitimes sur le devant de la scène médiatique, de manière à être sûrs que tout le monde ait bien compris, et en particulier leurs pères, leurs frères et leurs maris, que dans nos pays, ces femmes ont le droit le plus absolu de revendiquer l’application des libertés qui existent pour toutes les autres femmes, car nos lois sont applicables à tous et à toutes , avant même les lois religieuses .

Cela s’appelle l’égalité du citoyen devant la Loi , et ce principe constitutionnel est inscrit dans tous nos textes fondateurs .

Notes

Des féministes musulmanes revendiquent la libre disposition de leur corps

Pour Siham Drissi, Française d’origine marocaine, 28 ans, le combat féministe est l’avenir de l’islam. Les féministes musulmanes ne vont pas “descendre dans la rue pour brûler leurs soutiens-gorge”, dit-elle, mais c’est bien la libre disposition de leur corps qu’elles ont réclamée lors du congrès qui a réuni à Barcelone, du 3 au 5 novembre, 400 membres de divers collectifs.

Un “féminisme islamique” ? On croit rêver. Certaines voix se faisaient entendre depuis longtemps sur les campus américains – Amina Wadud, Asma Barlas, Riffat Hassan -, mais elles restaient isolées. Devant l’augmentation des associations et sites féministes, en Malaisie, au Nigeria, au Pakistan, Abdennur Prado et Ndeye Andujar, deux Espagnols convertis, président et vice-présidente de la principale association islamique de Catalogne, ont voulu les réunir en congrès pour leur donner une “visibilité”.

Pari réussi à Barcelone où un mouvement de libération de la femme musulmane vient de naître.

Lu sur eXtremecentre.org

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :