7 février 2023
Non classé

Le Drame de Oullins n’est pas un fait divers

En effet si les médias avaient eu le courage de parler de ces deux jeunes filles assassinées , si les médias avaient eu le courage de décrypter les causes de leur mort , et avaient ainsi fait acte de pédagogie, il n’y aurait sans doute pas eu de drame à Oullins , car le père et le frère de la jeune Tunisienne auraient su qu’ils avaient interdiction de séquestrer et de torturer leur fille et leur sœur .

Une violence conjugale causée par l’alcool est dénoncée , son origine aussi . Si la violence trouve ses racines dans l’éducation , les journalistes n’hésitent pas à en parler , et incitent ainsi ceux qui ont eu les mêmes problèmes dans leur enfance à ne pas reproduire des schémas identiques .

A quel titre et par quelle distorsion de l’esprit n’aurions-nous pas le droit de chercher les causes d’actes barbares si ces causes se trouvent dans la religion ?

Oui Le drame de Oullins est causé par une sourate du Coran , intitulée la sourate Mumtahana, qui interdit à une jeune musulmane de fréquenter un non musulman . Refuser d’analyser la cause c’est légitimer ceux qui suivent encore cette loi religieuse totalement incompatible avec nos lois civiles

J’accuse ceux qui se taisent et qui refusent de chercher les fondements de ces actes .
Je les accuse de se faire les complices des futurs assassinats , des futures séquestrations , des futures tortures de ces jeunes filles .

Références

Une jeune Tunisienne tondue pour avoir fréquenté un Français

(Le figaro 🙂 De notre correspondant à Lyon FRÉDÉRIC POIGNANT.

À Oullins, près de Lyon, le père et le frère d’une jeune fille de 18 ans l’auraient séquestrée, frappée et lui auraient en partie rasé les cheveux parce que son petit ami n’était ni maghrébin ni musulman.

UN HOMME de 62 ans et son fils de 22 ans, français d’origine tunisienne, devront répondre de violences aggravées et séquestration sur leur fille et soeur âgée de 18 ans devant le tribunal correctionnel de Lyon.

Vendredi, quatre membres de la famille qui réside à Oullins, une ville du sud de l’agglomération lyonnaise avaient été placés en garde à vue pour « violence aggravée et séquestration » après que la jeune fille était allée porter plainte jeudi, accusant son père et son frère de l’avoir violentée au seul motif que son petit ami était un garçon -d’origine française. Oullins n’est pourtant pas une de ces banlieues lyonnaises qui portent le poids du mal-être des grands ensembles HLM qui bouchent l’horizon. C’est une petite ville populaire, mais mixte socialement, certes peut-être un peu terne, mais où il fait bon vivre.

La déposition prise par les -policiers et révélée par Le Progrès est pourtant particulièrement choquante et rappelle une sombre -période de l’histoire de France, celle des femmes tondues à la -Libération pour avoir fréquenté des soldats allemands pendant la Seconde Guerre mondiale. Apprenant qu’elle fréquentait un jeune homme qui n’était ni musulman ni maghrébin, les deux hommes de la famille se sont offusqués et au-raient voulu lui infliger une punition humiliante. Son frère lui aurait tondu la partie droite du crâne tandis qu’elle était maintenue au sol par son père, puis c’est une volée de coups de pieds et une série de violences physiques avant des menaces de mort et des insultes qu’a subi la jeune fille. Une scène à laquelle aurait assisté la mère. La jeune fille qui souffre aujourd’hui d’un hématome au -visage, s’est vu prescrire trois jours d’incapacité de travail par les services médicaux.

Les deux hommes ont partiellement reconnu les faits


Enfermée ensuite pendant de longues minutes par ses tortionnaires dans la salle de bains familiale, la jeune fille n’aurait dû son salut qu’à sa soeur. Entendant que la situation empirait, celle-ci serait entrée dans la pièce au moment où la première voulait se défenestrer. Après cette vaine tentative, désespérée, elle a tenté de boire de l’eau de Javel. Sa soeur qui lui a ouvert la porte l’en aurait à nouveau dissuadée. La victime s’est alors rendue au commissariat. La mère et la soeur de la victime, ont pu quitter libres le commissariat samedi après avoir été placées vendredi en garde à vue, tandis que celle du -père et du frère était prolongée. Niant dans un premier temps les faits, ils en auraient reconnu une partie, le père indiquant aux enquêteurs qu’il reprochait à sa fille des vols et d’autres problèmes de comportement. Au terme de leur garde à vue, hier, les deux hommes devaient être présentés devant le juge des libertés et pourraient comparaître dès aujourd’hui devant la chambre des comparutions immédiates du tribunal correctionnel s’ils sont écroués.

2 réflexions sur « Le Drame de Oullins n’est pas un fait divers »

  1. Ping : gucci store

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :