7 février 2023
Non classé

Pourquoi je ne crois plus en un sursaut salvateur

Le cas échéant, quand une “minorité” n’ayant pas encore (pour combien de temps après analyse des courbes démographiques pour les trente prochaines années) l’avantage numérique mais les dents suffisamment longues pour effrayer et déstabliser la majorité lui impose ses us et coutumes, sa manière de raisonner, sa culture, alors la majorité se comporte comme un troupeau de moutons et obéit à la baguette aux ordres du berger et de son chien, qui ne sont que deux, pourtant, pour mener un troupeau de quelques dizaines de têtes.

Il faut bien nourrir les deux larrons. De temps en temps, ils prélèveront quelques brebis dont ils pourront apprécier la chair. Je fais notamment allusion à ces innombrables petites gauloises se revendiquant fièrement de leur identité ghetto-islamo-africaine et n’hésitant pas à reprendre comme de bons petits perroquets tout ce qui pourtant les désigne comme de petites proies bonnes à finir dans des caves ou au mieux, dociles voire voilées.

Je pense, entre autres, au phénomène Skyblog, qui permet de bien mesurer l’ampleur des dégâts. Je ne compte plus ces filles de chez nous, Européennes en apparence (parfois habillées “fashion”), complètement ghettoisées de l’intérieur, et qui s’affichent ouvertement sur ces blogs en compagnie de leurs copains CPF et de tout le baluchon importé du bled ou du fond de l’Afrique. Combien de ces petites blondes aux yeux bleus qui n’ont pas (ça ne saurait tarder) une goutte de sang Africain s’identifient-elles à la communauté arabo-musulmane, en raison de la présence et des pressions qui sont faites autour d’elles ? Sans doute énormément.

Le maillon le plus faible d’un peuple : ses femmes.

Nous ne sommes plus en mesure de protéger nos filles, que ce soit par lâcheté ou en raison de nos convictions en une société plurielle, métissée, où le couple maghrébin-femme occidentale ou africain-femme occidentale est devenu une norme. Il est toujours amusant de noter que l’inverse demeure l’exception, mais je me suis laissé dire qu’en islam, l’homme musulman pouvait prendre pour femme une juive ou une chrétienne, les enfants étant automatiquement musulmans, mais que l’homme non-musulman, lui, n’avait qu’à se gratter.

Incapables de se défendre seules, puisque nos hommes sont majoritairement devenus des eunuques (60 ans de paix, abolition du service militaire, etc), nos filles sont bien obligées de se fondre dans le moule forgé par leurs nouveaux maîtres. Celles qui sont censées porter la génération future ne feront office de matrice que pour ces gens-là. Ajouté à la faible natalité des dernières autochtones encore fidèles à leur peuple, je crains que malheureusement, le clash ou la passation civilisationnelle ne survienne plus rapidement qu’on ne le pense.

Promis, si un jour, je parviens à sortir du merdier dans lequel je me trouve (CV vide, extrême difficulté à trouver un emploi ou une formation) et que je trouve la bonne, je tâcherai de fonder une famille et d’expliquer à mes enfants comment ce qui fut un grand pays a pu sombrer aussi rapidement dans la nullité la plus totale.

Bien à vous, amis résistants.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :