26 septembre 2020
Non classé

L’impasse stupéfiante de l’Etat sur les énergies du futur

Et pourtant, des énergies nouvelles non polluantes et peu coûteuses ont vu le jour en France, dans le silence des médias, des mouvements écologistes, ces écolos des carrés de pelouse comme dirait un certain candidat, et naturellement du Gouvernement, tout du moins jusqu’à ce que celui-ci aie trouvé le moyen de taxer l’eau et l’air .

Je rappellerai que la France est le seul Etat de l’Union Européenne à interdire l’utilisation de l’huile de friture comme combustible, celle-ci n’étant pas taxable.

Deux inventions pérennes parmi d’autres…

La première invention revient à Monsieur Guy Negre, un ingénieur français qui a fait carrière dans l’industrie pétrolière puis automobile où il a travaillé en Formule 1, on n’a donc pas affaire à un farfelu . Il a développé une voiture propre qui fonctionne à air comprimé, la MDI. L’autonomie du véhicule est de 200 kilomètres avec des pointes de vitesse à 110 Km/h. Il suffit de 3 minutes pour le recharger sur une pompe à air comprimé, ou de 4 heures sur une prise électrique. Il est également rechargeable grâce à un compresseur branché sur allume cigare, cas dans lequel le véhicule devient autonome.

Coût: 1 centime le Km, pour une pollution 0. Certes, l’autonomie est encore un peu légère, mais dois-je vous rappeler que le premier avion n’a parcouru que 15 mètres ?

La voiture à Air Comprimé est donc un véhicule économique à l’entretien simple et peu coûteux, grâce notamment à la température modérée de fonctionnement du moteur : une vidange tous les 50.000 Km avec de l’huile alimentaire (ce qui évite de recycler les huiles). Un véhicule sûr, sécurisé (pas de carburant inflammable, pas de risque d’explosion) et un véhicule 100% écolo qui n’utilise, pour circuler, que l’air que nous respirons. Mieux encore, cet air qu’il absorbe est déjà pollué, mais il “filtre” l’air qu’il respire et le rejette plus propre qu’il n’est entré. Le véhicule donc ne pollue pas, mais dépollue.

Des moteurs plus puissants de 200 CV devraient voir le jour.

Mais comme Monsieur Negre ne trouve pas d’écoute auprès des autorités françaises, il part industrialiser son véhicule en Inde….

La deuxième invention est à mettre au crédit de Fabien Lecler, un moteur à hydrogène. La mise au point du prototype du générateur électrique est quasiment achevée. Ce système est décentralisé, non polluant et il produit une énergie peu onéreuse.
Il est adaptable aux véhicules terrestres, maritimes et aériens qui seront alimentés directement par l’électricité générée ou indirectement par l’hydrogène obtenu par électrolyse. Ce générateur pourra notamment être utilisé dans les habitations pour fournir l’électricité nécessaire, et son chauffage. Certains pays comme l’Australie sont intéressés par cette invention et c’est probablement à l’étranger que l’inventeur devra se diriger pour développer son invention, car il ne parvient même pas à obtenir de rendez vous auprès du Ministre de l’Industrie, et pour cause.

Ces deux inventions dérangent manifestement certains intérêts économiques. Il ne faut pas se leurrer, les grandes compagnies pétrolières, automobiles ou bancaires financent tous les partis politiques. Elles attendent en retour que leurs intérêts soient protégés et tant qu’il en sera ainsi, rien ne changera !

Le soutien d’un grand nombre d’usagers sera le bienvenu, car ces énergies, les pétroliers n’en veulent pas, les pouvoirs publics non plus car ils perdraient la colossale manne fiscale qu’ils perçoivent sur les carburants pétroliers ; les fabricants de véhicules à essence non plus, évidemment. En fait, une multitude de gens, de sociétés, de financiers…sont contre.

Bientôt, nous allons payer une taxe sur la pollution, une pollution qui de l’Amoco Cadiz à l’Erika pollue nos côtes et nos plages, une pollution pétrolière qui pollue nos villes et génère une foule de maladies. Des prix du pétrole qui ne cessent de monter au détriment des uns pour le plus grand profit des autres, des profits colossaux comme en atteste l’actualité récente.

Au rythme actuel de la consommation, il n’y aura plus de pétrole en 2035, car le parc automobile va doubler (au moins) dans les 10 ans. Au nom du pétrole des conflits et des guerres naissent sur tous les points du globe et ce produit se raréfiant, les conflits seront de plus en plus nombreux. De plus, le coût de la pollution en termes de santé publique, atteint aujourd’hui les sommets et demain, avec l’effet de serre, ce sera la catastrophe. Je ne parle pas d’un hypothétique réchauffement auquel je ne crois pas, mais simplement de respirer.

La pollution industrielle s’ajoute à celle de 6 milliards d’individus qui rejettent du gaz carbonique, à 5 milliards de voitures et de poids lourds qui crachent quotidiennement des oxydes de carbone ; et cette pollution s’accumule au fil des ans. Mais les pressions, les intérêts en jeu, les politiques pensent qu’il est urgent de ne rien faire. Si nous avions procédé de la sorte avec le charbon, le pétrole n’aurait pas encore vu le jour….

Certes, la géopolitique risque d’être bouleversée notamment avec la fin de la mainmise, de la prise en otage devrais-je dire des pays de l’Opep, mais cela sera au profit de la forêt amazonienne dont le bois, en tant que combustible, n’offrira plus le moindre intérêt.
Espérons que tous, rapidement, comprendront où est l’intérêt de l’humanité : sa survie dans de bonnes conditions.

« Les hommes réussiront bientôt à connecter leurs machines aux grands rouage de la nature » (Nikola Tesla 1856-1943)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :