26 septembre 2020
Non classé

Sarkozy: le meilleur possible

Il est inadmissible d’avoir pour alliés des altermondialistes, des communistes, des trotskystes, tout en se fardant de vertu et en prétendant mettre en difficulté une droite républicaine pouir des alliances avec l’extrême-droite qu’elle n’a JAMAIS passées.
Inadmissible de ne pas dénoncer ces gourpes anti-républicains à idéologie totalitaire, et de courir après leurs voix alors que la plupart de ces groupes manifestent avec des islamistes, brûlent des drapeaux de la république alliée américaine dont les soldats meurent avec les nôtres en Afghanistan sur le front anti-islamiste.
Inadmissible de s’acoquiner sans sourciller avec des dirigeants qui laissent fuser des slogans antisémites dans les manifestations, au nom d’une prétendue lutte communue “anti-libréale” et “anti-impérialiste”.

Il nous revient, moralement, de donner une leçon définitive à ces socialistes cyniques qui troquent leur âme contre des voix, et s’allient avec les plus antirépublicaines des forces de la nation. Et de les renvoyer chez eux, aux présidentielles, puis aux législatives.

Soutenir Sarkozy, candidat du meilleur possible

Néoconservateurs, nous sommes patriotes, or le refus de Ségolène Royal des réformes radicales, aussi bien de l’Etat que des appareils culturels dominés par les billevesées “anti-capitalistes” et étatistes du XIXème siècle, et les comportements dignes de la guerre froide (“anti-impérialisme”, “anti-libéralisme”,) ou de la période populiste faciste (culte gauchiste des “mouvements sociaux”…). De telles conceptions ne peuvent conduire qu’à poursuivre la politique de déclin de la France. Retrouver son rang de grande puissance, c’est, pour la France, retrouver le chemin des idées et des comportements justes. Et battre Ségolène Royal.

Patriotes, , nous sommes pour un Etat fort assurant avec détermination ses missions régaliennes, afin de garantir le jeu des libertés. . Avec Ségolène royal, c’est le retour du laxisme : dur pour les faibles, incapables de se protéger, mais sans danger pour les forts, toujours aptes à trouver des solutions de sécurité privée. Le comportement de cette candidate lors des événements de la Gare du Nord, qui virent un travailleur de la RATP se faire frapper par un voyou, fut irresponsable. En prétendant voir dans ce voyou le symbole de la jeunesse, et dans son arrestation, celui du décallage entre jeunesse et police, elle montra que sa démagogie n’avait aucune limite. Qu’elle préfère être du côté du lunpenproletariat, avec ses amis gauchistes, que du côté du monde du travail, est pathétique. Quant à la jeunesse, au lieu de la juger, par mépris, à l’aune de la voyoucratie, elle a montré qu’elle était capable de moralité malgré ses difficultés.
Avec Nicolas Sarkozy, le laxisme peut n’avoir plus cours et la sécurité des humbles est possible.

Patriotes, nous voulons la puissance économique de la France, ils sont donc aussi favorables au libéralisme économique, . Ségolène Royal, après avoir hésité entre des postures différentes, a maintenu les positions de fond étatistes socialistes. Son anti-libéralisme s’est affiché de plus en plus fortement durant cette campagne. Et sa propositon d’alliance tactique avec les centristes, ne change en rien sa détermination à conserver une vision dont plus aucun socialiste ne veut en Europe. Nous le savons : la clef de la solution à la misère privée est la croissance et l’intitiative ; la clef de la solution à une concurrence qui nous assurera emplois et prospérité, est la libération de l’initiative et de la créativité. A l’heure de la mondialisain et d’Internet, une révolution de l’Etat s’impose, avec un toilettage sensible sans qu’aucune question ne soit plus tabou, de l’ISF aux 35 heures, de la flat tax à l’ouverture des secteurs protégés à la concurrence. au lieu de préparer la rénovation des modes d’organisaiton du travail, la candidate socialiste tergiverse. Avec Ségolène Royal, demain sera comme aussi gris qu’hier. Faute d’une seule idée cohérente, sous la pression d’un parti qu’elle ne contrôle pas, d’élus qui ne lui sont pas fidèles et d’alliés qui, près de 10%, joueront la rue contre elle, l’espace politique deviendra brouillon, voire chaotique, donc plus bureaucratique, liberticide et tâtillon.

Avec Nicolas Sarkozy, la liberté économique,donc la réforme de l’Etat et de la fiscalité, est possible.

Patriotes, nous sommes partisans d’un libéralisme éthique qui veut mettre l’homme et la générosité au coeur de la Cité. Avec Ségolène royal, l’assistanat ruine la liberté, et la bureaucratie d’Etat ronge l’assistanat. Nous le savons : il faut donner au contraire aux relations interhumaines une grande liberté pour assurer la croissance qui est le véritable chemin de la justice sociale. Et il faut assurer à la générosité les moyens fiscaux et juridiques de la compassion interindividuelle et interassociative, qui est le vrai chemin de la solidarité. L’assistanat doit rapidement devenir l’exception, réservée à ceux qui, restés sur le bord de la route par malchane ou mauvais calcul, ne peuvent être l’objet de la compssion caritative. Un Etat compassionnel mais non tutélaire.
Avec Nicolas Sarkozy, c’est possible.

Patriotes, nous sommes partisans d’une politique internationale favorable aux sociétés de liberté et traquant les tyrans, jusque dans l’espace francophone . Le comportement inadmissible de Ségolène Royal au Liban, où elle se permit d’abonder dans le sens d’un député du Hezbollah, son ignorance de la guerre que mène notre pays en Afghanistan contre les Talibans quand nos soldats y meurent pour notre république, sa volonté de poursuivre la même politique arabe de la France, son anti-américanisme ouvert, son ignorance des questions de défense et de sécurité…tout cela montre que par sa victoire la France ne retrouverait pas le chemin qui fut le sien, depuis le Général de Gaulle, celui de participer au concert des grandes nations libres.

Avec Nicolas Sarkozy, le changement est encore possible.

Possible? Avec Nicolas Sarkozy, il dépendra aussi de nous que la France retrouve le chemin de la vraie gandeur, de la grandeur morale, qui se conjugue aujurd’hui avec la puissance politique et économique. Ainsi, il est vrai de dire qu’avec Nicolas Sarkozy nous faisons le choix le meilleur possible. Et tout aussi vrai d’ajouter : avec Ségolène royal nous rendons impossible tout choix.

Chers compagnons de la liberté, pour ceux qui hésitaient hier, voter et faire voter Nicolas Sarkozy, telle est bien la plus sage décision.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :