30 janvier 2023
Non classé

Revue de presse (Proche-Orient), semaine du 14 mai

La Maison Blanche rejette un compromis sur le financement de la guerre en Irak


La Maison Blanche a rejeté vendredi 18 mai un projet de compromis des démocrates pour le financement de la guerre en Irak qui fixait un calendrier pour le retrait des troupes américaines mais aurait autorisé le président George W. Bush à ne pas le respecter, a rapporté l’agence de presse américaine Associated Press.

Les démocrates ont proposé les premières concessions dans leur bras de fer avec le président Bush sur le financement de la guerre en Irak lors d’une réunion à huis clos à Washington avec les principaux collaborateurs du président. Mais aucun accord n’a été conclu.

Un projet de résolution pour la création d’un tribunal international pour le Liban


La France, la Grande-Bretagne et les Etats-Unis ont fait circuler jeudi 17 mai un projet de résolution pour l’établissement par l’ONU d’un tribunal international chargé de juger les assassinats politiques au Liban dont celui de l’ancien Premier ministre Rafic Hariri, a rapporté le quotidien libanais L’Orient-Le Jour.

Dans ce texte, le Conseil « décide que les dispositions de l’accord conclu entre l’ONU et le Liban sur l’établissement d’un tribunal spécial pour le Liban (…) entrent en vigueur dès l’adoption de cette résolution ». Aux termes du projet de résolution, le Conseil prévoit également le cas où il s’avérerait impossible de parvenir à un accord entre l’ONU, le Liban et un pays hôte pour décider du lieu où siégera le futur tribunal. Dans ce cas, le Conseil « décide que le siège du tribunal sera l’objet d’un accord entre l’ONU et le pays hôte».

Les noms de plusieurs pays comme Chypre, l’Italie ou les Pays-Bas ont été avancés comme pouvant abriter le futur tribunal. La création du tribunal avait été décidée en 2005 par la résolution 1595 du Conseil de sécurité de l’ONU.

Turquie : deux partis laïcs s’allient pour les législatives


Deux partis laïcs ont annoncé jeudi 17 mai avoir conclu une alliance électorale en vue des prochaines élections législatives en Turquie, où ils espèrent battre le Parti de la Justice et du Développement (AKP, islamiste dit modéré) actuellement au pouvoir, a rapporté le quotidien conservateur Zaman.

Des législatives anticipées sont prévues pour juillet, alors que le Parlement ne parvient pas à élire un nouveau président. Depuis, rassemblements et contre-rassemblements se succèdent. Les partisans de la laïcité refusent de voir un islamiste élu président.

Abbas reporte sa visite à Gaza


Le chef de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas (Fatah) a reporté sa visite prévue jeudi 17 mai dans la bande de Gaza où il devait rencontrer le Premier ministre Ismaïl Haniyeh (Hamas), ont annoncé des responsables palestiniens à Ramallah (Cisjordanie).

La rencontre Abbas-Haniyeh était destinée à désamorcer les tensions entre leurs deux partis rivaux, le Fatah et le Hamas, après une semaine d’affrontements inter-palestiniens qui ont fait plus de 40 morts dans la bande de Gaza.

Aucune raison n’a été donnée pour ce report, mais il est probable que la sécurité du chef de l’Autorité palestinienne, qui réside à Ramallah, n’était pas garantie dans la bande de Gaza, fief des islamistes.

Les chars israéliens ont pris position à la pointe nord de la bande de Gaza


Un petit nombre de chars israéliens a pris position jeudi 17 mai à la pointe nord de la bande de Gaza près de la frontière, a rapporté le Jerusalem Post.

Au cours des derniers mois, les l’Armée de défense d’Israël (Tsahal) a fait des incursions de plusieurs centaines de kilomètres à l’intérieur de la bande de Gaza à la recherche de bombes placées le long de la frontière.

Mercredi, le cabinet israélien s’est prononcé contre une opération militaire d’envergure à Gaza malgré les tirs répétés de roquettes Kassam par des terroristes palestiniens affiliés au Hamas islamiste (qui dirige l’actuel gouvernement de l’Autorité palestinienne !).

Première visite d’un président iranien aux Emirats arabes unis


Le président iranien, Mahmoud Ahmadinejad, est arrivé dimanche 13 mai à Abou Dhabi pour un déplacement de deux jours, le premier d’un chef d’Etat iranien depuis la création de l’Etat des Emirats arabes unis (E.A.U.) en 1971.

Cette visite intervient vingt-quatre heures après celle du vice-président américain, Dick Cheney. Le quotidien iranien Hamshahri, cité par le Courrier international du lundi 14 mai, indique que l’Iran cherche à s’assurer de la « solidarité » de son voisin arabe « à l’heure où des puissances étrangères essaient de [les] monter l’un contre l’autre ».

Rappelons qu’un conflit territorial oppose les Emirats arabes unis à l’Iran au sujet des îlots iraniens d’Abou-Moussa et des Petite et Grande Tomb, revendiqués par Abou Dhabi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :