30 janvier 2023
Non classé

Écologie: Quelle mouche a piqué Sarkozy ?

Mais est-ce si sûr ? S’agit-il réellement d’une tentative de diversion ? Ainsi, devant les premières intimidations gauchistes dans les Universités, Sarkozy aurait préféré surfer sur l’idéologie du moment puisque tout le monde s’en réclame et ainsi se ramollit à son contact à la façon de la péninsule nordique… Possible. Mais je ne crois pas que cela soit la bonne tactique, même si cela peut faire gagner les élections. Car les problèmes demeurent : déficit, déficit, déficit. Et leur non solution, autre que par l’austérité et la franchise, ne fera qu’accroître les aigreurs.

Il aurait été pourtant possible de raffermir le camp de la liberté en posant haut et fort que le facteur premier de la prospérité c’est la liberté donnée quant aux charges, à l’éducation, tout en sachant que cette liberté doit être mesurée et observée a posteriori par un État veilleur et éveilleur. Nous sommes loin du compte. Il est dommage de se réveiller encore sous domination idéologique climatotalitaire avec les mêmes invités dans les mêmes médias alors qu’ils ont été évincés du débat avec moins de 2% aux élections présidentielles. Et alors que le débat est étouffé et est en passe de l’être pour les OGM pourtant cultivés avec succès par les Brésiliens, les Chinois et bien sûr les Américains. Curieux non?

Et à l’heure où le Liban s’embrase, sans que l’on puisse sérieusement dire que cela soit dû à Israël, comme le clament pourtant les partisans védrinistes ayant aujourd’hui l’oreille du Président, il est risible d’entendre un Juppé, sous la pression de certains journalistes anti-américains il est vrai, réclamer à Kouchner un “outing” sur l’Irak, alors que celui-ci, tout comme le Liban et l’Afghanistan, subit l’assaut de djihadistes qui ont leur propre agenda, même s’ils peuvent aussi rouler pour la Syrie, allié de l’Iran islamiste.

On le voit, la mue n’est pas faite. Les gros raccourcis sur le changement climatique (bien préférable à la locution “réchauffement climatique”), l’Irak, le refus national-islamique de reconnaître le fait israélien, l’atermoiement quant aux principes fondamentaux de la prospérité et de la solidarité, sont autant de freins puissants qui font dire que la construction d’un réel pôle néomoderne, c’est-à-dire articulant liberté prospérité solidarité au lieu de les opposer, est devant nous et non pas derrière.

Le Président actuel saura-t-il comprendre cette équation ou fera-t-il comme ces prédécesseurs, se démettre, par peur de froisser les salons parisiens et ses shampouineuses à la mode de chez nous ?

Lucien SA Oulahbib

https://en.wikipedia.org/wiki/Lucien-Samir_Oulahbib

Voir tous les articles de Lucien SA Oulahbib →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :