7 février 2023
Non classé

Kouchner chez Elkabach se védrinise

C’est à la fois ahurissant et lassant ; mais on voit bien que la propagande visant à démoniser Israël marche fort, même si Kouchner insiste sur une solution “pacifique” du conflit. Sauf que pour qu’il y ait solution pacifique le désir doit être partagé, ce qui n’est pas le cas à Gaza et ailleurs. Gaza n’est pas une prison, pas plus que le Liban. Gaza est ouvert sur la mer, sur l’Egypte, sur Israël, sur les territoires disputés ; il suffirait d’affirmer la paix par la reconnaissance d’Israël et tout pourrait se débloquer, la prospérité s’amorcer, les problèmes de réfugiés et d’échanges de territoires s’effectuer etc etc etc etc etc… Mais qui bloque, qui refuse, qui fait chanter, qui qui qui ?…

Aussi il est décevant d’entendre un Bernard Kouchner bégayer ce qu’un Védrine aurait dit ou un Douste, un Barnier, etc, pas de différence, même pas l’épaisseur d’une feuille de cigarettes en effet.

Il est temps de rappeler à cette équipe gouvernementale qu’il ne s’agit pas de faire du chiraquisme maintenu, et de favoriser un son de cloche sur un autre, en particulier de laisser croire que la cause majeure des troubles proche orientaux vient du confit judéo-arabe alors que c’est précisément le contraire : c’est le refus de reconnaître le fait israélien qui est la source principale parce que ce refus implique également le refus aussi de partager les mêmes principes institutionnels, celui de la démocratie qui n’est pas un régime de guerre mais de paix tourné vers la prospérité. L’Allemagne n’était pas démocratique lorsqu’elle a déclaré la guerre durant les deux guerres mondiales, pas plus que le Japon, pas plus que l’URSS.

La guerre est devenue la fille naturelle du totalitarisme. Les démocraties font rarement la guerre sauf pour se défendre, et souvent mal. Les guerres coloniales ont été commencées sous l’ère monarchique et non démocratique. La démocratie est donc l’autre face de la médaille. Voilà ce que le panarabisme et le panislamisme ne peuvent comprendre, sinon par la force du réel, celle qui montre les Etats arabophones du Golfe en prospérité lorsqu’ils renoncent à cette idéologie mortifère morte en Europe avec Napoléon Hitler et en Asie avec Gorbatchev et Mao.

Voilà ce que devrait être le nouvel esprit du Quai, nous en sommes loin.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :